Le Dodo et le rhinocéros: Voltaire au pays des merveilles

Polémique sur les espèces en voie de disparition? Non. Fable de La Fontaine? Non plus… Il s’agit des illustrations du dernier tome des Questions sur l’Encyclopédie. Les Questions ne parlent pas que de l’Encyclopédie. A travers les quelque 440 articles qui composent cet ouvrage on est confronté aux souvenirs personnels de l’auteur, aux lectures qui l’inspirent, à ses marottes, à ses réactions devant l’actualité entre 1770 et 1772. Inhabituellement, car Voltaire n’est pas particulièrement connu comme amateur des beaux-arts, il évoque, dans l’ultime volume de cet énorme regroupement d’articles, deux gravures, l’une représentant un rhinocéros, l’autre un dodo.

rhinocerus

La première est célèbre; c’est le ‘Rhinocerus’ d’Albrecht Dürer. La référence chez Voltaire est cependant oblique. Dans le bel article ‘Rare’ il affirme que le rare ‘excite l’admiration’ et il poursuit: ‘Un curieux se préfère au reste des chétifs mortels quand il a dans son cabinet une médaille rare qui n’est bonne à rien, un livre rare que personne n’a le courage de lire, une vieille estampe d’Albert-dure, mal dessinée et mal empreinte’. Mais pourquoi penser qu’il y est question du rhinocéros? Deux pages plus loin, Voltaire achève son article en évoquant le rhinocéros Clara, dont l’étape parisienne, en 1749, de sa tournée européenne (1746-1758) fut commémorée par Jean-Baptiste Oudry (ci-dessus). Voltaire est au moins brièvement à Paris en 1749. A-t-il vu Clara? Il en aurait certainement entendu parler.

Le nom du dodo, connu dès le dix-septième siècle à partir des écrits d’explorateurs tels que Thomas Herbert et François Cauche, est comparé à Dôghdu, la mère du prophète Zoroastre, par le savant anglais Thomas Hyde, dans un livre que Voltaire possède dans sa bibliothèque, gravure à l’appui. Voltaire, qui prend plaisir à tourner en dérision les mythes, ne résiste pas à la tentation de resserrer le lien dans son propre article ‘Zoroastre’, où il fait mention explicite de la gravure qu’il a vue dans son exemplaire: ‘Pour sa mère, il n’y a pas deux options, elle s’appelait Dogdu, ou Dodo, ou Dodu; c’était une très belle poule d’Inde: elle est fort bien dessinée chez le docteur Hyde’.

Sur le plan zoologique, outre le dodo et le rhinocéros, les Questions consacrent des articles aux abeilles, au bouc, au chien, aux colimaçons, au serpent… Si Christiane Mervaud n’avait pas déjà écrit ses Bestiaires de Voltaire, le sujet serait à inventer.

QE

Les Questions sur l’Encyclopédie

-Gillian Pink

2 thoughts on “Le Dodo et le rhinocéros: Voltaire au pays des merveilles

  1. Congratulations to the _Questions_ team for work extremely well done ! ! ! !

    Just a note on rhinoceri: there was a successor to “Clara” who arrived in Paris in 1770. I ran across this beast in edition the “Epître au roi de la Chine” (OCV vol. 71C). Voltaire refers to the new arrival in D16762: “‘Tout le monde court à Paris après le roi de la Chine, comme après le
    rhinocéros. Voilà ce que c’est que de venir de loin.” See L. C. Rookmaaker, ‘Histoire du
    rhinocéros de Versailles (1770-1793)’, Revue d’histoire des sciences, vol.36, nos.3-4
    (1983), p.307-18.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s