Launching and celebrating the Correspondance du président de Brosses et de l’abbé marquis Niccolini

Round table and Italian launch

Sala Azurra of the Scuola Normale Superiore in Piazza dei Cavalieri. From left to right: Professor Vincenzo Ferrone (University of Turin), Professor Andrea Giardina (SNS) in the chair, and Professor Marcello Verga (University of Florence).

The Italian launch of the Correspondance du président de Brosses et de l’abbé marquis Niccolini, edited by myself and Mireille Gille, took the form of a one-day round table on 12 April in the beautiful Sala Azzura of the Scuola Normale Superiore in Pisa. The late Renaissance surroundings of Vasari’s building in the Piazza dei Cavalieri lent themselves perfectly to the evocation of two aristocatic eighteenth-century scholars whose wide-ranging culture was in itself a continuation of that very spirit of the Renaissance.

The incontro was organized by Professor Andrea Giardina, who holds the chair of Roman History and is Director of the Laboratory of History, Archaeology, Epigraphy and Tradition of Antiquity. He is also the current President of the International Committee of Historical Sciences. After paying a handsome tribute to us for our work, he invited Professor Vincenzo Ferrone of the University of Turin, and Professor Marcello Verga of the University of Florence and also director of the Istituto di Storia dell’Europa Mediterranea du Consiglio Nazionale delle Ricerche (CNR) in Rome, to open the discussion.

Professor Vincenzo Ferrone dwelled largely on the influence of Newton on Antonio Niccolini’s thinking, and he suggested that the abate may have been a freemason. He regretted the absence of references to the publication of the Encyclopédie in his correspondence with De Brosses. Professor Marcello Verga then picked up the references in the correspondence to Niccolini’s belief that his beloved Tuscany was in decline, an idea that also lay at the heart of the debates of Muratori and Tiraboschi. Moreover, if Niccolini said little about the politics of Tuscany, his views of European events are shown to have been particularly striking. Niccolini’s admiration for Montesquieu, whom he saw as serious critic of despotism, led Professor Verga to speak of the political role of the Florentine academies, such as the Crusca, where the scholarship of the elite also served to rein back despotism. He drew attention to Niccolini’s final belief that the Church was, indeed, the strongest bulwark against despotism.

Villa at Camugliano (from left to right): Marchese Lorenzo Niccolini, Dr Mireille Gille, and Professor John Rogister, taken the day before, 11 April.

In response to these stimulating points of discussion, Mireille Gille began by stressing the fortunate circumstances that had made possible the publication of both sides of the correspondence, while lamenting the loss of several letters which deprived us of any knowledge of Niccolini’s reaction to the news given to him by De Brosses of the publication of the Encyclopédie. She also described the rules adopted in the presentation of the texts that had enabled the correspondence to fully reflect the grammatical and spelling quirks of the two writers, one of whom was not writing in his native language.

I then took up some of the points raised by the speakers. I questioned whether Niccolini was a freemason, saying that there was no formal evidence for the claim and that what got him into trouble was his initial hostility to the exclusion of the natural heir of the Medicis from the succession to the grand-ducal throne by the major European powers. Indeed I emphasised Niccolini’s ‘soft’ Jansenism, an approach similar to that of his friend Benedict XIV, and his secret role as a diplomat. Although an admirer of Newton, Niccolini sided with the view that ‘cento Newton non farebbero un Montesquieu’. After questions from a large audience of scholars, Professor Giardina thanked the participants and concluded the session by inviting those present to a reception.

A congenial lunch hosted by Professor Giardina for the participants later took place at an osteria. Marchese and Marchesa Niccolini, who had made possible the publication of one half of the correspondence with documents from their family archives, were present at the session. The previous day Mireille Gille and I had been to their Medicean villa at Camugliano to present them with a copy of the volume, and we were shown the splendid estate. After a delightful lunch, we were taken on a tour of the villa from which Antonio Niccolini had written at least one of his letters to President de Brosses. Being in the very place that the abbé had put pen to paper was a very fitting start to the launch.

Celebrating the Correspondance with the De Brosses family

The lunch: Alec de Brosses introducing Count Dorick de Brosses (left), John Rogister is on the right.

When I mentioned to Alec de Brosses that there was to be a launch in Pisa of his ancestor’s epistolary exchanges with Niccolini, he was keen that there should also be one in France. For some years now, he had hosted occasional gatherings of the De Brosses family at his château d’Ailly near Parigny (Loire). As this year also marked the 240th anniversary of the death of président de Brosses in May 1777, it seemed appropriate to hold both events at the same time.

The date was fixed for 3 June, near enough to the anniversary, and there would be a buffet lunch at which I would give a presentation of the volume. After travelling down from Paris the day before, Alec met me for the short journey in bright sunshine to the beautiful eighteenth-century château d’Ailly, where I was to stay. On either side of my bed were large prints of the comte de Saint-Florentin and cardinal de Tencin, not men who had been close to the président’s heart, one suspects. The next day, about sixty members of the De Brosses clan arrived in family groups bearing exquisitely prepared food for the lunch, and Count Dorick de Brosses, the owner of the président’s papers, came over from Saint-Trys with bottles of his chateau’s wine.

A group photograph of the De Brosses family on the terrace of the chateau after the lunch, including: (in front, on the right) John Rogister; (on the step behind him) Dorick and Alec de Brosses; (top left at the back) Count de Brosses, head of the family.

There was a convivial partie de campagne atmosphere to the reunion, and sadly I was the only one dressed in city clothes, having just attended a very formal event at the Mazarine two days previously. This discrepancy did not seem to matter as the weather changed and rain forced us all to go indoors for the lunch. I gave my short speech, and concluded by presenting a copy of the Correspondance to Dorick de Brosses, who seemed to me to bear a striking resemblance to portraits of his ancestor. I could not help reflecting that the président had two wives and several daughters before he finally produced the son and heir from whom all present-day members of the family are descended.

After lunch the sun came out again and group photographs were taken on the terrace of the chateau facing the lake. During the late afternoon most of those present departed, and those staying at Ailly had a final dinner there. The next day Alec drove me to Roanne to catch the train to Lyon, where I boarded a very crowded Whit-Sunday TGV back to Paris full of pleasant memories of the hospitality and wit of a remarkable family.

– John Rogister

Catherine II et Friedrich Melchior Grimm : les clés d’une correspondance cryptique

Catherine II, par Fiodor Rokotov, 1763.

Catherine II, par Fiodor Rokotov, 1763.

On comprendrait difficilement l’intense relation d’échanges et de transferts culturels qui s’est établie entre l’Europe occidentale et la Russie dans le dernier tiers du XVIIIe siècle sans étudier la correspondance, entre 1764 et 1796, de Catherine II, Impératrice de Toutes les Russies, et de son principal agent d’influence, Friedrich Melchior Grimm, natif de Ratisbonne établi à Paris qui fut longtemps le directeur de la Correspondance littéraire destinée aux têtes couronnées du continent. Cette correspondance ne comporte pas moins de « 430 lettres », ce chiffre étant cependant « donné à titre approximatif parce que les limites entre les lettres ne sont pas toujours très nettes », les épistoliers pouvant inclure dans une énorme « pancarte » plusieurs lettres écrites à des dates successives. Elle n’était jusqu’alors connue que par les éditions données par Iakov Karlovitch Grot dans le Recueil de la Société impériale russe d’histoire en 1878 (lettres de Catherine II à Grimm, t. 23) et 1885 (lettres de Grimm à Catherine II, t. 44). Quelque utiles qu’aient pu être ces éditions à des générations de chercheurs, force est de reconnaître qu’elles ont fait leur temps. Outre le fait que la séparation des correspondance active et passive en deux volumes rendait difficile de suivre le fil de l’échange, Grot ignorait plusieurs manuscrits, commit certaines erreurs et retrancha des lettres certains passages qu’il jugeait malséants.

Aussi attendait-on avec impatience l’édition de cette correspondance par Sergueï Karp, directeur de recherche à l’Institut d’histoire universelle de l’Académie des sciences de Russie, qui travaille depuis longtemps sur Voltaire, Diderot, Grimm et leurs relations avec la Russie. Il a fait paraître en juillet 2016 le premier volume d’une édition qui devrait en comporter au moins cinq autres[1]. Il couvre les années 1763-1778 qui virent Grimm passer du statut de simple commissionnaire à celui de principal agent de l’Impératrice. Faute de disposer de ce volume au format papier, on pourra le consulter au format électronique sur le site de l’éditeur moscovite.

Force est d’évoquer la qualité, la richesse et l’importance de l’échange épistolaire. Plus qu’un agent de premier plan, Catherine II a trouvé en Grimm un ami et un confident avec lequel elle pouvait plaisanter en toute liberté. Ne lui a-t-elle pas écrit : « avec vous je jase mais n’écris jamais […] je prefere de m’amusér et de laisser aller ma main », ou, mieux encore, « je n’ai jamais écrit à personne comme vous»? Si cette correspondance est en ce sens familière ou « privée », elle est aussi « artistique » et « politique » pour reprendre le titre de l’édition. Catherine II n’était pas une simple collectionneuse mais une collectionneuse de collections; c’est à Grimm qu’elle confia le soin d’acquérir les bibliothèques de Diderot, de Galiani et de Voltaire, les loges du Vatican, pour ne donner que ces quelques exemples de cette frénésie d’acquisitions, de sorte qu’il n’est pas exagéré d’écrire que la Russie est redevable à l’Impératrice de la richesse de certaines de ses plus grandes institutions culturelles, comme la Bibliothèque nationale de Russie et le Musée de l’Ermitage.

Friedrich Melchior Grimm, gravure de Lecerf, dessin de Carmontelle, 1769.

Friedrich Melchior Grimm, gravure de Lecerf, dessin de Carmontelle, 1769.

On soulignera tout particulièrement la qualité des notes éditoriales de S. Karp. Elles sont requises pour éclairer la lecture de ces lettres qui, « dans la plupart des cas[,] sont strictement personnelles et volontairement obscures : c’est ainsi que Catherine a voulu les protéger contre la curiosité des tierces personnes ». S’adressant en 1801 à l’empereur Alexandre Ier, petit-fils de Catherine II, peu après son avènement, Grimm ne constatait-il pas « qu’il s’était établi entre l’immortelle et son pauvre correspondant, une espèce de dictionnaire qui a besoin d’une clef pour ne pas rester énigmatique »? Telle est cette clé que S. Karp offre au lecteur en faisant la lumière sur ce qui était destiné à rester obscur.

On s’attachera à l’« Introduction » pour au moins deux raisons : la première, due à l’éditeur général, consiste dans une étude précise de l’évolution du rôle joué par Grimm qui a su se rendre indispensable à l’Impératrice ; la seconde, œuvre de G. Dulac et de C. Scharf, étudie avec finesse les particularités de son maniement du français et de l’allemand. Surprenant est, en ce qui concerne la première de ces langues, le paradoxe d’une souveraine qui recourt tout à la fois à des néologismes éloquents et à des tournures archaïsantes, que l’Impératrice a parfois héritées de son institutrice huguenote, Mme Cardel, parfois du théâtre de la Foire et parfois aussi de la plume de Voltaire, qu’elle considérait comme son « maître » dans le domaine des belles-lettres. On sait en revanche qu’elle ne possédait que des rudiments d’anglais et qu’elle maîtrisait mal le russe.

S. Karp décrit admirablement l’arrière-plan de cette Correspondance. Suite au coup d’État par lequel son mari Pierre III fut renversé en 1762, Catherine II éprouva le besoin de justifier idéologiquement son règne tant au plan intérieur que sur la scène internationale, en sollicitant la plume des philosophes français qui façonnaient l’opinion publique. Grimm fut incontestablement le principal intermédiaire entre l’Impératrice et la scène philosophique occidentale. Mais contre l’opinion qui consiste à croire que les philosophes furent naïvement manipulés par une souveraine machiavélique, S. Karp considère fort justement, d’une part, que Catherine II a bien été la fille des Lumières, mettant en œuvre de nombreuses réformes qui ont permis une modernisation sans précédent de la Russie, et que, si instrumentalisation il y a eu, elle fut réciproque, les philosophes jouissant de l’actif soutien de cette puissante cour et ayant « utilisé l’exemple russe comme argument rhétorique pour critiquer les pratiques de la monarchie française » dont ils dénonçaient le despotisme.

Frappant est le contraste de la Correspondance de Catherine II avec Voltaire, d’une part, et Grimm, d’autre part. Alors que la première est soigneusement relue et revue, empreinte de formalisme, la seconde est spontanée, souvent écrite à la diable et emplie de facéties. S. Karp montre clairement que leur liberté de ton « abolissait fictivement la distance sociale » qui les séparait. Il fait également justice de l’interprétation, notamment accréditée par Grot, consistant à dénoncer les « flatteries » obséquieuses dont les lettres de Grimm seraient farcies. Il remarque fort justement que « l’humour respectueux » des lettres de Grimm ne s’apparente pas à de la flatterie et que les « formes outrées de la politesse restaient traditionnelles au XVIIIe siècle, comme une composante obligatoire du dialogue entre un souveraine et un simple mortel » (à preuve, les lettres de Diderot ou de Voltaire). Catherine II ne se laissait pas prendre à ces éloges obligés, elle qui se moquait d’elle-même et de ses obligations de souveraine. Ce qui prime dans les lettres de Grimm, c’est leur humour : « ses plaisanteries et ses sarcasmes contribuaient largement à créer cette atmosphère de complicité et de gaieté dans laquelle purent se développer leurs relations ».

Tout spécialiste du siècle des Lumières en général, et de Voltaire en particulier, devra désormais se référer à l’édition des lettres de l’Impératrice et de Grimm qu’on ne nommera désormais plus que « l’édition Karp » et dont on attend avec impatience l’achèvement tant elle contribue à renouveler notre compréhension du dernier tiers du XVIIIe siècle.

– Christophe Paillard

[1] Catherine II de Russie. Friedrich Melchior Grimm. Une correspondance privée, artistique et politique au siècle des Lumières. Tome I. 1764-1778, édition critique par Sergueï Karp, avec la collaboration de Georges Dulac, Christoph Frank, Sergueï Iskioul, Gérard Kahn, Ulla Kölving, Nadezda Plavinskaia, Vladislav Rjéoutski et Claus Scharf, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, Ferney-Voltaire, et Monuments de la pensée historique, Moscou, 2016, lxxxiv p., 341 p. et 3 p. non paginées, 26 illustrations.

Un voyage fantastique dans les archives de la Société Royale de Médecine

‘…Trois figures allégoriques qui représentent le zèle du bien public, l’observation et l’étude, contemplent le portrait de sa Majesté et lui rendent hommage comme au Fondateur et au Protecteur de la Société royale de médecine’ dans Histoire de la Société royale de médecine…, t.1 (Paris, 1779), frontispice.
BIU Santé (Paris)

‘Qui voudrait faire un voyage fantastique, celui-ci ira plonger dans les archives anciennes de la Société Royale de Médecine.’[1] Jean-Pierre Peter formulait ce conseil il y a quarante-cinq ans dans Medecins, climat et épidimies à la fin du XVIIIe siecle. Il avait participé à l’étude quantitative par un groupe d’historiens de l’enquête météorologique et nosologique laissée inachevée par ‘la dernière-née des grandes académies parisiennes’.[2]

Marquée par le renouveau de l’hippocratisme, l’enquête devait permettre d’expliquer les épisodes épidémiques à partir de l’observation des phénomènes climatiques. Elle mobilisait le réseau des correspondants de la Société à l’échelle du royaume dont elle rassemblait les observations. Ce dossier a fait l’objet d’un récent projet de numérisation accessible en ligne.

Ce chantier n’est que l’un aspect des travaux de la SRM, compagnie à l’identité incertaine et aux activités foisonnantes. Les soubresauts institutionnels et les relations avec l’Etat de la Société sont bien connus, ainsi que son Secrétaire perpétuel, Félix Vicq d’Azyr. Incarnation d’une médecine éclairée et renouvelée, la SRM est aussi étroitement liée aux dynamiques de la Cour et à l’essor du commerce et de la consommation pharmaceutiques. Outre l’enquête météorologique et nosologique, ses activités concernent les eaux minérales et les remèdes secrets et leur régulation. Les lettres reçues des correspondants provinciaux et étrangers conservées dans les archives concernent l’ensemble des enjeux médicaux des dernières décennies du XVIIIe siècle dans le domaine des pathologies, de la thérapeutique, de la police médicale ou de la réorganisation des professions de santé.

Au carrefour des recherches sur les liens entre atmosphère et santé et prérogatives dans la règlementation des remèdes, la SRM s’est appropriée l’évaluation d’un moyen de guérir spectaculaire et en vogue durant les années 1770: l’électricité.

Pour documenter les pratiques et les parcours médicaux des malades analysés dans L’Electricité médicale dans la France des Lumières, j’ai pu profiter de la richesse des observations des médecins correspondants de la SRM. Dans les archives des essais orchestrés par Pierre Mauduyt de la Varenne s’accumulent les ‘dossiers médicaux’ de malades dont l’histoire de la maladie et du traitement est soigneusement compilée. Ces histoires mettent en lumière la diversité des recours thérapeutiques mobilisés pour les malades du ‘peuple de Paris’ et les négociations qu’ils mènent avec les personnes qui les soignent en réclamant ou refusant des remèdes ou des traitements particuliers. Les obstacles physiques, linguistiques ou sociaux à la rencontre de soin apparaissent nombreux.

Abbé Joseph Sans, Guérison de la paralysie par l’électricité (Paris, Cailleau), 1778, pl.4. Wellcome Library, Londres.

La cohabitation des malades dans le cadre du traitement au domicile du médecin est parfois problématique. C’est le cas notamment lors du traitement d’un compagnon maçon nommé Le Noir pour lequel Mauduyt note:

‘Il est venu saou où au moins ivre 2 a 3 fois: il étoit horriblement mal propre et puant des pieds; les autres malades s’en étoient plaint, ils m’avoient assuré qu’ils avoient vu des pous courir sur lui et Schmal qu’il en avoit gagné. je le pris en particulier, pour lui parler sur tous ces objets. je le fis avec beaucoup de ménagement: il me répondit fort insolement; revint trois ou quatre jours après avec sa femme et tous deux me dirent d’un air insolent qu’ils venoient chercher ses pantoufles et que le roi sauroit comment il avoit été traité chez moi; je lui répondit de prendre ses pantoufles et de se retirer’ (SRM 118, dr. 26)

Des enjeux institutionnels et politiques aux vicissitudes des interactions thérapeutiques, les archives de la Société Royale de Médecine fournissent une documentation riche à qui s’intéresse à la société de la fin de l’Ancien régime. Ces ressources sont bien connues et mobilisées par les historiens mais on pourrait souhaiter une réévaluation globale du fonctionnement de l’institution en articulant les échelles de ses activités et la diversité de ses acteurs. Ce que les moyens informatiques rendaient utopique il y a un demi-siècle est désormais réalisable.

– François Zanetti

[1] On peut trouver un inventaire en ligne des archives de l’Académie nationale de médecine.

[2] Voir l’article de Daniel Roche, ‘Talents, raison et sacrifice. L’image du médecin des Lumières d’après les Eloges de la Société royale de médecine (1776-1789)’, dans Annales, Economies, Sociétés, Civilisations (1977), 32:5, p.866-886.