An American Voltaire: the J. Patrick Lee Voltaire Collection at McGill

Reblogged from McGill University Library News ‘Library Matters’, 9 May 2018.

An American Voltaire

Published by Cambridge Scholars in 2009, with contributions by Nicholas Cronk and other Voltaire scholars.

Pat Lee, who died in 2006, was a life-enhancing friend as well as a Voltaire enthusiast and an avid collector of books. The J. Patrick Lee Voltaire Collection was acquired by McGill in 2013, and contains some 2000 books and 42 manuscripts, relative to Voltaire and his contemporaries. I recently had the huge pleasure of helping Ann Marie Holland organise in the Rare Books Library a small exhibit containing just a few of the highlights of this collection.

Like any great collection, this one has its share of precious printed books, as well as some remarkable manuscripts, not least a manuscript compilation of verse that belonged to Voltaire’s companion, Emilie Du Châtelet – this last item has been exhibited in Paris at the Bibliothèque nationale de France. The compilation also has its unique personality: Pat Lee, as an American – who loved Voltaire, was born in Kentucky, and wrote his doctorate on Voltaire at Fordham University in New York – clearly had a particular predilection for books by and about Voltaire that were in some way connected with America.

Americans were keen readers of Voltaire from the early years of the Republic, and the provenance of some of the items is startling: a volume of Voltaire that belonged to Theodore Roosevelt, and a manuscript collection of French poetry with the bookplate of… George Washington. But it’s not just the famous names that are interesting. A book called Fame and Fancy, or Voltaire Improved, published in Boston in 1826, provides an American take on Voltaire: but Pat Lee’s copy is also interesting because the bookplate records its American owner: ‘Daniel Green, Jr., Portland, Maine’.

Abner Kneeland’s translation of Voltaire’s Dictionnaire philosophique

Another remarkable production from the same decade is Abner Kneeland’s translation of Voltaire’s Dictionnaire philosophique, also published in Boston in 1836. Kneeland (1774-1844) was an evangelist minister of radical views, remembered as the last man jailed in the United States for blasphemy – among his publications are The Deist (1822) and A Review of the Evidences of Christianity (1829). His edition of Voltaire’s Philosophical Dictionary was clearly a polemical gesture therefore, and one of the copies in Pat Lee’s collection is exceptional. The anonymous American owner has inserted two blank sheets in the middle of the volume, with pages headed ‘Births’, ‘Marriages’ and ‘Deaths’. It was common of course for families to own a ‘family Bible’ with such blank pages serving to record key events in a family’s history, a volume that would be handed down from generation to generation. In this (unique?) example, a nineteenth-century American has radically subverted the genre of the ‘family Bible’ by creating a ‘family Voltaire’. Only in America…

A tipped in censored illustration of Rockwell Kent’s Candide intended for the 1928 edition.

A tipped in censored illustration of Rockwell Kent’s Candide intended for the 1928 edition.

In the twentieth century, New York publishers were active in producing illustrated editions, and there are some remarkable illustrated editions of Candide in this collection. The Rockwell Kent illustrations for Random House (1928) are justly famous – not least because the picture of Voltaire’s house in the colophon went on to become widely familiar as the Random House logo. Rockwell Kent’s first depiction of Pangloss conducting an experiment in natural philosophy in the shrubbery was deemed too shocking, and he had to replace it with a more anodine image – the first edition in this collection is very special because it includes a real rarity – the ‘censored’ image has been tipped in to cover up its timid replacement. (See also the NYPL Candide website for more on Rockwell Kent.)

The Rockwell Kent Candide is a celebrated publication, but also remarkable is the fact that the year before, 1927, there had appeared an edition of Candide illustrated by Clara Tice, a bohemian figure known as the Queen of Greenwich Village (below left); and two years later, in 1930, there was an illustrated edition by Mahlon Blane (below right).

This is real testimony to the vibrancy of the American market for illustrated books: three major illustrated editions of Candide all published in New York within the space of four years – and all three in completely contrasting artistic styles.

Clara Tice Candide Part 2 in the 1927 edition.

Clara Tice Candide Part 2 in the 1927 edition.

Following the hugely successful publication of Candide in early 1759, there appeared in 1760 a sequel, Candide, seconde partie – an amusing work that we now attribute to the abbé Dulaurens, but that at the time was widely attributed to Voltaire himself, so much so that it was not uncommon for the two parts of Candide to appear together as ‘one’ work by Voltaire. Gradually it became accepted that Voltaire was not the author of the second part, so this practice declined – except in the United States, where the two parts of Candide continued to be published together well into the twentieth century. This is another peculiarity of the American Voltaire, and this fidelity to the apocryphal Second Part of Candide gives illustrators like Clara Tice a wider range of scenes to depict – for example, Candide’s seduction by a lascivious Persian at the start of the Second Part.

Pat Lee’s Voltaire collection contains many of these beautiful objects – another is the illustrated edition by Jylbert, published by the aptly named Editions du charme. The date here gives us pause for thought, though: the edition appeared in 1941, in occupied Paris. Does the scene with the monkeys in any way reflect what was happening on the streets of the capital?

Alongside this precious work, Pat Lee’s collection also includes a humble and modestly printed translation of Candide which appeared in the Armed Services Edition in 1943 – part of a series of books made available to American servicemen and women. In Chapter Three of Candide we remember how both sides in the war have a Te Deum sung, in the certain knowledge that God is on their side… And among the troops who liberated Paris, was there perhaps a serviceman who had Candide in his backpack? The Pat Lee collection gives us a specifically American take on Voltaire and his impact in North America, and as such, it is unique.

– Nicholas Cronk

Advertisements

‘La nouvelle édition de ces choses merveilleuses’

Page de titre de notre texte de base

Page de titre de notre texte de base.

Passage de la mer Rouge à pied sec, arrêt du Soleil et de la Lune, résurrection des morts, transformation de la farine en anguilles, refus de s’agenouiller devant le Consistoire de Genève, habitude d’entendre le contraire de ce qui est dit et écrit, tours de passe-passe de Rousseau à Venise: tel est l’assemblage – hétéroclite, on en conviendra – de ‘miracles’ – ou prétendus tels – dont Voltaire se gausse en les réunissant au sein de cette Collection des lettres sur les miracles. Ecrites à Genève, et à Neufchâtel. L’ouvrage est loin d’avoir la rigueur d’un quelconque traité susceptible de répondre aux très sérieuses Considérations sur les miracles de l’Evangile pour répondre aux difficultés de M. J.-J. Rousseau (1765) publiées par le pasteur David Claparède, qui fournissent le prétexte de la première intervention de Voltaire, dans une feuille volante intitulée Questions sur les miracles, à M. le professeur Cl……. par un proposant. Loin même d’être, dans sa forme finale, le fruit d’un projet concerté dès l’origine: d’Autres questions, puis une Troisième Lettre paraissent peu après, et l’affaire aurait pu en rester là. Mais lorsque John Turberville Needham publie une Réponse au ‘proposant’, son intervention met le feu aux poudres, et la présence à Genève du prêtre catholique irlandais – présenté, pour l’occasion, comme un jésuite anglais – suscite encore un rapprochement avec les derniers épisodes des troubles qui agitent alors la République (affaire Covelle, poursuites contre Rousseau), relançant successivement l’activité de l’artillerie de Ferney: à jets continus, ce sont au total vingt Lettres qui se succèdent, entre mi-juillet 1765 et janvier 1766; elles seront au mois de mai réunies au sein d’un recueil, qui comporte aussi les réponses de l’adversaire, dûment annotées, le tout entrelardé de paratextes.

Aux circonstances singulières qui conduisent à la publication de la Collection s’ajoute ultérieurement une histoire éditoriale complexe: d’abord dans les Nouveaux Mélanges (voir OCV, t.60A), puis dans les collections dites ‘complètes’ des Œuvres de Voltaire, à commencer par l’‘encadrée’, le recueil est défait, ramené à la succession des Lettres originales à l’exception de l’une d’entre elles, réutilisée entre-temps dans les Questions sur l’Encyclopédie. Si les éditeurs de Kehl cherchent à retrouver l’esprit du recueil, ils ne réintroduisent les textes de l’adversaire, jugés excessivement ennuyeux, que sous la forme d’extraits. Les choix qui ont conduit à éditer, dans ce volume des OCV, l’intégralité de la Collection, accomplissent ainsi – osons le mot – une résurrection: le texte, connu par la suite sous le titre trompeur de Questions sur les miracles, n’a pas été donné à lire sous cette forme depuis plus de 250 ans. C’est l’occasion de procéder à une redécouverte qui permet d’apprécier, dans leur diversité, les expérimentations que Voltaire y effectue.

Expérimentation, d’abord, dans la construction a posteriori d’un recueil, organisé autour d’une fiction minimale qui s’invente au fil des Lettres, à l’intérieur d’un cadre narratif et discursif faisant intervenir une foule de personnages, les uns fictifs, proches des marionnettes qui peuplent l’univers des contes, les autres réels mais largement fictionnalisés, chacun doté d’une voix propre: de quoi orchestrer un beau raffut par la mise en place d’une structure polyphonique qui tient à la fois – sans se réduire à l’une de ces composantes – du micro roman épistolaire, du brûlot polémique et du pamphlet.

Expérimentation aussi dans la diversification de modes d’écriture pamphlétaire, même si l’on retrouve à l’occasion les recettes éprouvées d’une entreprise visant à faire taire l’adversaire en l’accablant de ridicules et en discréditant son discours: Needham se prétend-il imprudemment ‘qualifié par ses recherches’ pour faire pièce aux objections des incrédules? Il s’agira conjointement de disqualifier sa personne et ses interventions dans l’espace public: le pseudo-savant qui a cru observer, au cours d’expériences mal conduites sur de la farine de blé ergoté délayée dans de l’eau, sa ‘transformation’ – voire sa ‘transfiguration’ – en ‘anguilles’, lui-même ‘jésuite transfiguré’, devient le ‘jésuite des anguilles’, enfin l’‘anguillard’, que son ‘galimatias’ désigne comme un homme à enfermer. Il est même condamné ‘à faire amende honorable une anguille à la main’ avant d’être ‘lapidé’: il ne s’agit cependant que d’une exécution de papier, et le coupable finit d’ailleurs par s’échapper. Jean-Jacques aussi réchappe à sa propre lapidation, mais l’affaire est plus sérieuse.

Expérimentation encore, à l’occasion de l’évocation des troubles qui affectent Genève, d’une pensée politique dont les éléments se mettent en place: les tirades enflammées d’un Covelle, doté d’une éloquence dont l’original était sans doute incapable, sur la liberté, qui est tout à la fois liberté de penser et accomplissement d’une libération du ‘despotisme presbytéral’, préludent aux textes ultérieurs sur les affaires genevoises (Idées républicaines, OCV, t.60B), avant l’ultime réécriture, en mode burlesque, des tribulations qui agitent la ‘parvulissime’ dans La Guerre civile de Genève (t.63A).

Page 150 de notre texte de base

‘Je n’aime l’érudition que quand elle est un peu égayée.’ (Page 150 de notre texte de base.)

C’est dire que la Collection a enfin valeur de jalon dans une réflexion continue, ce que vérifie l’examen de celle, conduite en pointillés, sur la question des miracles: au niveau des arguments avancés comme des sources qui leur servent de fondement, les Lettres sur les miracles font aussi office de laboratoire dans l’élaboration de l’arsenal polémique qui nourrit en parallèle les rééditions contemporaines du Dictionnaire philosophique (OCV, t.35-36) ainsi que, par la suite, les opuscules antichrétiens des années 1766-1767, en particulier L’Examen important de milord Bolingbroke (t.62), Le Dîner du comte de Boulainvilliers (t.63A), jusqu’aux Questions sur l’Encyclopédie, dont une section de l’article ‘Miracles’ (t.42B) est ‘tirée d’une lettre déjà imprimée’ – la Douzième de la Collection, probablement après un essai infructueux de remaniement de la Première, fourni en Annexe de l’édition.

La Collection des lettres sur les miracles est en somme un objet étrange et foisonnant, à même de susciter la curiosité de quiconque s’intéresse à l’histoire éditoriale des ouvrages de Voltaire et à l’élaboration d’une manière et d’un positionnement polémiques sur des questions idéologiques importantes. Voltaire invente ici une formule appelée à une certaine fortune dans les productions tardives du ‘patriarche’, dont le fin mot est réservé au pseudo M. Beaudinet, ‘citoyen de Neufchâtel’: ‘Je n’aime l’érudition que quand elle est un peu égayée.’

– Olivier Ferret

Itinéraire d’un savant au XVIIIe siècle: Jean-Baptiste d’Anville

Les hésitations professionnelles des jeunes adultes, la difficulté à vivre de son art pour un savant ou un artiste, la nécessité de multiplier les activités rémunérées, autant de problématiques qui paraissent indéniablement contemporaines. Et pourtant, elles s’appliquent avec une acuité non moins grande au siècle des Lumières, malgré un contexte bien évidemment différent.

La mobilité professionnelle d’Ancien régime fait parfois l’objet de généralités: le fils de savetier sera savetier, le fils de boulanger sera lui-même boulanger, conservant ainsi les avantages d’une communauté de métier dans la famille. Dès lors, le choix d’un état ne semble guère poser question, il serait bien souvent dynastique. Cependant, l’héritage de la carrière paternelle était loin d’être une pratique systématique, comme le prouve la lecture des biographies d’académiciens publiées à leur mort sous la forme d’éloge.

Ainsi, Jean-Baptiste d’Anville, géographe français de premier plan au siècle des Lumières, est fils d’un tailleur d’habit parisien, Hubert Bourguignon. Aucun de ses deux autres fils ne suit la voie paternelle: l’un devient graveur, l’autre choisit la finance. Ces hommes ont donc choisi leur métier, ou comme on dit alors « un état ». La question de l’orientation professionnelle se pose donc.

Cependant, selon les conventions des éloges académiques, toute carrière scientifique a caractère d’évidence, d’où l’emprunt au vocabulaire religieux: les futurs savants, invariablement précoces, ne se destinent pas à une carrière, mais s’abandonnent à leur ‘vocation’. Et de même que leur voie s’impose aux académiciens, de même leur parcours ne paraît jamais rencontrer aucun obstacle matériel à en croire ces mêmes éloges, comme si le talent et le travail menaient sans faillir au succès.

Portrait de Jean-Baptiste d’Anville par Pierre Simon Benjamin Duvivier

Portrait de Jean-Baptiste d’Anville par Pierre Simon Benjamin Duvivier (1834); frontispice gravé dans Louis Charles Joseph de Manne, Œuvres de d’Anville publiées par M. de Manne, 2 vol. (Paris, 1834), t.1. Bibliothèque nationale de France, CPL, RES Ge FF 9378.

Dans l’ouvrage Une Carrière de géographe au siècle des Lumières, Jean-Baptiste d’Anville, les contributeurs se sont appliqués à dépasser les apparences et à saisir les conditions intellectuelles, mais aussi matérielles de la vie savante au XVIIIe siècle.

À travers les archives, la carrière de d’Anville apparaît infiniment plus précaire que ne le laisse deviner le parcours fulgurant dessiné par les éloges académiques. Les titres honorifiques se révèlent peu rémunérateurs; les prestigieuses positions à la cour s’avèrent temporaires; certaines relations utiles mais potentiellement embarrassantes sont soigneusement camouflées. L’apprenti savant, avant d’espérer vivre de son art, accepte de nombreux menus travaux, qui n’ont parfois même rien à voir avec la géographie: il copie des dessins d’uniformes militaires, se fait acheteur de cartes pour le compte du roi du Portugal. Avec le temps, il dispense des leçons, vend ses premières cartes, répond à des commandes et reçoit la dot de sa femme tous les trimestres, laquelle se révèle être une précieuse pension pour un jeune ménage. Le savant vit d’une mosaïque d’activités et de revenus.

Jean-Baptiste d’Anville, Considérations générales sur l’étude et les connoissances que demande la composition des ouvrages de géographie (Paris, Lambert, 1777), page de titre. Bibliothèque nationale de France, CPL, RES Ge FF 9394.

Mais ce ne sont que des expédients. Plus encore que par les pensions académiques, qui ne viendront d’ailleurs qu’assez tardivement dans le cas de d’Anville, l’équilibre économique n’est souvent garanti au XVIIIe siècle que par le mécénat, celui des ducs d’Orléans pour le géographe parisien. Évidemment, celui-ci a l’inconvénient de jeter le soupçon sur le travail du savant: exactitude scientifique et protection d’un mécène ne vont pas toujours aisément de pair. Mais sans le mécénat, le géographe n’aurait eu ni moyens de subsistance suffisants, ni le temps et l’argent nécessaires à la création de cartes de haute qualité.

Ainsi, au rebours de ce que laissent entendre les éloges académiques, rien n’est évident dans une carrière savante. Avant d’atteindre la reconnaissance et la sécurité matérielle, leurs moyens d’existence sont souvent instables et certains meurent dans la misère. Les parents du XVIIIe siècle ne sont d’ailleurs pas dupes, et les éloges laissent entendre qu’une carrière scientifique n’était pas forcément vue d’un très bon œil par les pères soucieux de l’avenir de leur progéniture. L’aspirant mathématicien du siècle des Lumières suscitait le même genre de frayeurs que l’apprenti poète du XIXe siècle. Les ressorts de la carrière artistique comme de la carrière savante sont d’ailleurs similaires: dans les deux cas, le soutien des académies et mécènes est bien souvent indispensables. Ils sont d’ailleurs, les uns comme les autres, logés dans la Grande galerie du Louvre, lorsqu’ils ont obtenu ce privilège.

Jean-Baptiste Lallemand, Collège des Quatre-nations et la galerie du Louvre (dix-huitième siècle); dessin.

Jean-Baptiste Lallemand, Collège des Quatre-nations et la galerie du Louvre (dix-huitième siècle); dessin. Bibliothèque nationale de France, EST, RES. VE-53 (D).

Pour se faire connaître comme géographe, toutes les techniques sont permises. Jean-Baptiste d’Anville saisit l’essor des journaux pour faire paraître dès ses dix-sept ans ses premiers résultats de recherche dans le Mercure de France, ou pour participer aux controverses scientifiques en vogue pour se faire un nom. Ce nom, bientôt, devient une marque de fabrique, garante de la qualité des cartes qui en sont signées. Il fait d’ailleurs l’objet de contrefaçons.

D’Anville, sous des dehors conservateurs, a vite compris l’intérêt de jouer de cette nouveauté, l’opinion publique, en se construisant un personnage: celui du travailleur solitaire et acharné qui redessine le monde sans avoir quitté Paris. Il en découle un ultime paradoxe dont on trouverait sans mal des équivalents actuels: d’Anville a assis sa légitimité et sa carrière savante en créant sa propre légende.

– Lucile Haguet

Qui est Jean-Baptiste d’Anville, géographe français des Lumières?

Jean-Baptiste d’Anville, savant parisien du XVIIIe siècle, est l’un des plus grands géographes du siècle des Lumières. Pour ses contemporains, ses cartes modernes sont incontournables. Bougainville, l’explorateur, salue ses cartes des Moluques et de l’Asie dont l’exactitude lui a été d’une aide précieuse au bout du monde. Le jeune Bonaparte, sur le point de se lancer à la conquête de l’Égypte, emporte avec lui une carte de d’Anville qu’il a pris soin de faire entoiler avant son départ. Ses cartes du monde ancien demeurent des références jusque loin dans le XIXe siècle pour les érudits de l’antiquité. Le jeune Champollion dans son Égypte sous les Pharaons (1814) s’en remet presque à chaque page au géographe parisien. Au XVIIIe, comme au XIXe siècle, lorsqu’il faut définir les frontières du Brésil, ce sont encore les cartes de d’Anville qui sont incontournables pour les diplomates. Enfin, sa notoriété excède les milieux autorisés. Encore au début du XIXe siècle, quand les journalistes de Paris, mais aussi les écrivains, comme Chateaubriand ou Balzac, doivent citer un géographe célèbre, c’est d’Anville qu’ils mentionnent.

Jean-Baptiste d’Anville

Jean-Baptiste d’Anville. Image Wikimedia Commons.

Aujourd’hui pourtant, malgré une renommée de près de deux siècles, rares sont ceux qui connaissent son nom, tant il est profondément tombé dans l’oubli. Si l’on prend l’expression au pied de la lettre, c’est le type même de l’illustre inconnu.

Pour tout historien du XVIIIe siècle cependant, d’Anville est incontestablement une figure majeure. Cette anecdote personnelle en témoigne: vers 2006, j’avais demandé conseil à Frank Lestringant, professeur de littérature à Paris-IV Sorbonne, également spécialiste reconnu de l’histoire de la cartographie, sur un passage de mon doctorat consacré à la cartographie occidentale de l’Égypte. Les cartes d’Égypte de d’Anville étant parmi les plus remarquables de mon corpus de recherche, Frank Lestringant s’était étonné de la quasi absence de références consacrées au grand géographe parisien. Du point de vue d’un spécialiste de l’histoire de la cartographie aguerri, il semblait inconcevable qu’aucun ouvrage n’ait été dédié à d’Anville. Et pourtant, à cette date, seuls quelques rares articles avaient été consacrés au grand géographe des Lumières.

Depuis la fin des années 2000, cependant, d’Anville fait l’objet d’un regain d’intérêt auprès de la communauté scientifique internationale. Des chercheurs sud-américains, américains, canadiens et belges ont commencé à publier des articles relatifs à d’Anville et à ses cartes. Cet intérêt mondial s’explique: d’Anville a cartographié toute la Terre, et nombre de ses cartes semblent avoir eu des conséquences diplomatiques et politiques importantes dans de nombreuses régions.

Jean-Baptiste d’Anville, ‘Amérique septentrionale’, détail.

Jean-Baptiste d’Anville, ‘Amérique septentrionale’ (1746 [i.e. vers 1755]); détail. Bibliothèque nationale de France, CPL, Ge AA 1380.

En 2008, la bibliothèque nationale de France a lancé de son côté un appel à chercheur associé sur Jean-Baptiste d’Anville, puis lui a consacré un programme triennal de recherches de 2010 à 2012. L’intérêt de la BnF pour d’Anville était naturel: le département des Cartes et plans y conserve depuis 1924 la quasi-intégralité de la collection cartographique de Jean-Baptiste d’Anville, complétée de manuscrits textuels et cartographiques réunis patiemment aux XIXe et XXe siècles et conservés à la fois au département des Manuscrits et à celui des Cartes et plans. L’entreprise colossale de catalogage et de numérisation de la collection d’Anville (près de 10 000 cartes) ne pouvait se concevoir sans y adosser des recherches scientifiques.

La mise en œuvre de ces programmes a donné lieu à de nombreux travaux: un recensement des sources et ressources sur d’Anville, une analyse plus fine de ses cartes manuscrites, la construction d’un carnet de recherche électronique pérenne (blog) qui diffuse un nombre très important de documents inédits relatifs à d’Anville, la tenue d’un colloque international en septembre 2012, organisé par la BnF et parrainé par l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Aujourd’hui, la monographie consacrée à Jean-Baptiste d’Anville par la Voltaire Foundation vient concrétiser plusieurs années d’efforts. Elle vient combler une lacune de la bibliographie sur un géographe de premier plan avec ce volume au contenu entièrement inédit par les archives qu’il exploite, comme par l’originalité des problématiques qu’il met en œuvre.

– Lucile Haguet