The Voltaire Library Project: using digital humanities to understand Voltaire’s influences

Lena Zlock is a rising senior at Stanford University double-majoring in History and French. She is the principal investigator of the Voltaire Library Project, a digital humanities study of Voltaires personal library. She will be working at the Voltaire Lab during the summer of 2018. Her work is supported by the Vice Provost for Undergraduate Education at Stanford University. Lena can be reached at lzlock@stanford.edu or @LZlock89.

In the firmament of the Siècle des Lumières, Voltaire is the sun. His presence in the Enlightenment world is enormous by any metric. In life as in death, Voltaire’s name came to signify those who challenged orthodoxy and convention. When asked why philosopher Jean-Paul Sartre had not been arrested for his polemical critique of the Algerian War, French president Charles de Gaulle, simply replied, ‘One does not arrest Voltaire’.

To understand Voltaire’s thinking and impact, where better to look than his massive library of 6700 volumes? Much like its owner, the library has both a fascinating history and afterlife. It was sold to Catherine the Great of Russia by Madame Denis – Voltaire’s niece and lover – shortly after the author’s death in 1778. Catherine the Great was one of Voltaire’s most powerful admirers, writing to him in 1763, ‘By chance your works fell into my hands; and since then I have never stopped reading them, and have not wished to have anything to do with books which were not written as well and from which the same profit could not be derived.’[1] In 1779 the books started the perilous journey from Voltaire’s château in Ferney all the way to the Hermitage in St Petersburg. Under the careful watch of the Empress, the library was sorted and placed into the Hermitage Palace, alongside the library of fellow philosophe Denis Diderot. However, the contents of Diderot’s library were dispersed throughout the Hermitage. Voltaire’s library thankfully remained intact, with an occasional book identified as mistakenly belonging to the sire of Ferney.

Battle of the books

‘Before the Title of the Battle’, frontispiece to the Battle of the Books in the 1710 edition (London) of Jonathan Swift’s A Tale of A Tub.

His library is extraordinary for this period not only because it remains intact, but because it was a working library, rather than a collector’s library. Gorbatov’s thesis of ‘the working library’[2] is especially helpful in understanding Voltaire’s interaction with his books. It was active and even chaotic, akin to Jonathan Swift’s depiction of a ‘battle of the books’. But even with this flurry of activity, Voltaire’s was a curated library for the purpose of research and writing, which means that deliberate choices were made as to what became part of the collection. With marginalia in over half the books, the story of the library is in many ways the origin story of Voltaire’s corpus.

In 1961, Soviet researchers put together a catalogue of the library, including titles; names of authors, editors, translators, and publishers; places of publication; and real and false data for books that were censored or printed underground. In studying the library, researchers usually flip through the catalogue to find a particular book (e.g. did Voltaire have works by John Locke? Yes, but not the ones you think). What if we could study hundreds or even thousands of books at once?

With the advent of digital humanities, we can now visualize the full breadth and depth of Voltaire’s ‘laboratory’. How many works of history did Voltaire own? Science? Theology? Jurisprudence? Did he purchase these books or were they gifted to him? How many were clandestinely printed? Where is the historical weight of the library? The goal of my project is to create a three-dimensional portrait of Voltaire’s ‘life of the mind’.

My current project is building a database of the library. I took the library catalogue and ran it through Optical Character Recognition (OCR) software, making it machine readable (I am lucky to have Russian as my native language, otherwise the structure of the catalogue would have been unintelligible). Each of the 6700 books is organized along 130 metadata categories – including data on authorship, publication dates and locations, and censored works. These categories combine modern typologies with those intelligible to Voltaire and his contemporaries, such as 17th-century bookseller hierarchies of genre.

The database is enriched through linked data, drawing on repositories like Wikidata, Geonames, Virtual International Authority File (VIAF), and BnF Gallica. My research is guided by two questions: what forces – social, literary, geographic, political – shaped Voltaire’s library? And what in the library shaped Voltaire’s corpus? These questions are often two sides of the same coin. Using a big-data approach to the library, we can visualize the patterns that shaped the library, and in turn Voltaire’s own work. My goal is to recreate the experience Voltaire himself had as a researcher in the library. The library database will form part of a larger cross-referencing system. This system will incorporate a digitised version of Voltaire’s marginalia, as well as the current Electronic Enlightenment database. Users of the database will be able to reference his marginalia in the books, as well as letters to and from the individuals – authors, publishers, editors – in the library. By immersing ourselves in the laboratory of Voltaire’s mind, we can gain new insights into the Enlightenment’s lodestar.

– Lena Zlock

[1] Quoted in Inna Gorbatov, ‘From Paris to St Petersburg: Voltaire’s library in Russia’, Libraries & the Cultural Record, vol.42, No.3 (2007), p.308-324 (p.308).

[2] Gorbatov, ‘From Paris to St Petersburg’, p.314.

Advertisements

Voltaire en notre temps : le Cellf et la Voltaire Foundation

Sylvain Menant est professeur émérite à Sorbonne Université, ancien directeur du Cellf, il est, depuis 1988, membre du Conseil scientifique des Œuvres complètes de Voltaire, pour lesquelles il a signé de nombreuses éditions critiques dont celle des Contes de Guillaume Vadé en 2014.

La Voltaire Foundation, à Oxford.

La Voltaire Foundation, à Oxford.

L’acronyme « Cellf » désigne le « Centre d’étude de la langue et des littératures françaises », centre de recherches de l’Université Paris-Sorbonne (fondue depuis le 1er janvier 2018 dans Sorbonne Université) et du Centre National de la Recherche Scientifique. Jusqu’à une période récente, ce centre de recherches était spécialisé dans l’étude des XVIIe et XVIIIe siècles. Son prestige a amené les autorités de tutelle à élargir ses compétences à tous les siècles, sous la direction du Pr Christophe Martin. Cet élargissement n’a en rien nui à l’étude des XVIIe et XVIIIe siècles, que nous considérons comme « un siècle de deux cents ans »[1], étude qui rassemble de nombreux professeurs, chercheurs à temps plein, chercheurs associés et doctorants. Ils se réunissent dans quelques salles de travail au deuxième étage de la Sorbonne, au milieu des livres et des machines. Par les hautes fenêtres, on aperçoit, juste en face, de l’autre côté de la rue Saint-Jacques, le collège (aujourd’hui lycée) Louis-le-Grand où le jeune Arouet, futur Voltaire, fut élève des Pères jésuites. Le Cellf a célébré cette année son cinquantième anniversaire par un colloque de trois jours où ont été évoquées ses recherches passées, présentes et à venir, complété par des festivités diverses. Il a tenu à associer la Voltaire Foundation à cette célébration ; elle y a été représentée par l’un de ses membres actifs, Gillian Pink, qui a pris la parole ; elle a participé à la mise au point de nombreux volumes tout en préparant une excellente thèse soutenue en 2015[2].

Réunion du Conseil scientifique des Œuvres complètes

Réunion du Conseil scientifique des Œuvres complètes de juin 2016. Assis, de gauche à droite: Marie-Hélène Cotoni, Christiane Mervaud, Jeroom Vercruysse; debout, de gauche à droite: Gérard Laudin, Gerhardt Stenger, Nicholas Cronk, John R. Iverson, Sylvain Menant, Russell Goulbourne, François Moureau.

Depuis sa création, le Cellf, par le nombre de chercheurs spécialisés qu’il a accueillis et le nombre de thèses soutenues, par le nombre des publications et des colloques, est le principal centre mondial de recherches sur Voltaire et de formation de jeunes voltairistes. La Voltaire Foundation, devenue un organe de l’Université d’Oxford après avoir été implantée à Genève, est le prestigieux centre d’édition d’une collection complète des œuvres de Voltaire et de travaux critiques sur cet écrivain et son temps. Les deux institutions, de nature et d’objet différents et complémentaires, entretiennent depuis longtemps une féconde et cordiale collaboration. De nombreux chercheurs appartiennent aux deux institutions et y jouent un rôle actif. Symboliquement, le Conseil scientifique des Œuvres complètes de Voltaire publiées à la Voltaire Foundation tient sa réunion annuelle dans les murs du Cellf, souvent sous la présidence d’un membre de notre laboratoire. Symétriquement, nous sommes nombreux à traverser la Manche pour participer à des réunions de travail ou à des comités, faire des recherches dans les riches fonds de la Bodleian ou présenter une conférence sur tel ou tel aspect renouvelé des connaissances sur Voltaire.

Pourquoi ce titre pour célébrer la collaboration du Cellf et de la VF : « Voltaire en notre temps » ? Loin de nous l’idée de chercher naïvement dans l’œuvre ou la vie de cet écrivain des conseils pour régler les problèmes du monde d’aujourd’hui. Ceux qui crient : « au secours, Voltaire » n’ont lu de son œuvre que des fragments orientés. Tout au contraire, nous avons pour objet depuis l’origine de débarrasser Voltaire des récupérations intéressées dont son œuvre a été l’objet au XIXe siècle, récupération par les monarchistes de ce partisan de l’absolutisme, récupération par les élites de ce contempteur de la « populace » et de cet ennemi de l’instruction populaire, récupération par les sans-Dieu de cet anticlérical. Notre temps est celui d’une approche scientifique neutre du phénomène Voltaire, d’une utilisation des moyens les plus neufs d’approche des textes et des faits, d’une mise à disposition des publics d’aujourd’hui de l’œuvre et de ses arrière-plans. Notre temps est ainsi celui d’une redécouverte d’un Voltaire débarbouillé des lectures partisanes, et enrichi d’une nouvelle et prodigieuse érudition. C’est l’esprit qui anime à la fois les voltairistes du Cellf et ceux d’Oxford.

Leur entreprise est commune depuis le début, et elle commence avant même la création des deux institutions. En 1967 à Saint-Andrews en Écosse, en marge d’une rencontre internationale de spécialistes du XVIIIe siècle, un mécène anglais passionné, Theodore Besterman, lance l’idée de publier une édition complète des œuvres de Voltaire, alors que la plus récente datait de 1875. Besterman, dès ce moment et jusqu’à aujourd’hui au-delà de sa mort, consacre sa fortune à cette entreprise ; il est le fondateur de la Voltaire Foundation. René Pomeau, professeur à la Sorbonne et futur membre important de notre laboratoire dès sa création, fait partie du comité international qui s’engage dans cette tâche immense, qui totalisera environ deux cent volumes. Il recrute des collaborateurs français, surtout parmi ses nombreux élèves, comme Marie-Hélène Cotoni, Jean Dagen, Christiane Mervaud, José-Michel Moureaux, Roland Virolle, une dizaine d’autres, et moi-même. Quand le Cellf est créé, l’équipe des voltairistes, déjà nombreuse, soudée et active, constitue une des pierres angulaires de la nouvelle institution de recherche. Les textes à éditer sont distribués selon les compétences de chacun ; les œuvres les plus volumineuses sont prises en charge en équipe ; les premiers résultats du travail circulent, sont enrichis ou corrigés au passage ; les collaborateurs spécialisés de la Voltaire Foundation contribuent à la chasse aux copies manuscrites, aux vérifications bibliographiques, au relevé des variantes, et assurent une impeccable préparation du texte pour l’imprimeur.

À l’origine, il s’agissait surtout de fournir au public moderne le texte devenu introuvable de l’ensemble des écrits de Voltaire, dont seuls quelques titres, les plus connus, étaient disponibles en librairie. Mais nous étions désireux de partager les découvertes faites au cours de nos recherches d’éditeurs, et conscients des difficultés que présente pour un lecteur moderne, même spécialiste, la foule d’allusions et de sous-entendus dont fourmillent les textes de Voltaire. Bientôt les introductions, les notes, les annexes se multiplièrent, et l’édition est devenue un monument d’une extraordinaire richesse, une somme capable de faire comprendre Voltaire en notre temps, autant que faire se peut.

La Religion de Voltaire.

L’édition, contrairement à toutes celles qui l’avaient précédée, est, on le sait, chronologique. Elle met l’accent sur le lien entre la genèse et la publication des œuvres de Voltaire et ses expériences successives du monde et de la vie. C’est un choix qui crée des problèmes d’édition épineux, mais c’est un choix historique lié aux premières orientations du Cellf et de ses fondateurs. Pour résoudre les contradictions apparentes dans la pensée de Voltaire, que la critique ne cessait de souligner, René Pomeau avait opéré une révolution épistémologique dans sa grande thèse sur La Religion de Voltaire : au lieu d’étudier le système de pensée de l’écrivain, il avait suivi les étapes de son existence, montrant comment sa pensée avait évolué, parfois fluctué, en rapport avec les circonstances. C’est cette démarche que reprenait le projet des Œuvres complètes.

Mais c’est aussi cette démarche qui justifiait un grand projet collectif qui se développa parallèlement et se réalisa tout entier dans les murs du Cellf : une grande biographie renouvelée, intitulée Voltaire en son temps. L’équipe des voltairistes du Cellf réalisa ce vaste travail de 1985 à 1994, de façon largement collective, tous les apports individuels étant préparés par des réunions au Cellf, auxquelles participait parfois le représentant d’alors de la VF, Andrew Brown, et aussi des personnalités comme Jacques Van den Heuvel, André-Michel Rousseau, Jacqueline Marchand. Chaque volume avait son responsable; Jean Dagen et moi, qui devions plus tard diriger le Cellf successivement, avons eu en charge les volumes IV et V. L’ensemble était unifié par une révision de René Pomeau, qui écrivit lui-même par ailleurs d’importants développements. La première édition de ce travail désormais fondamental et partout cité comme la biographie savante de référence fut publiée en cinq volumes successifs à la Voltaire Foundation.

Couverture du premier volume de Voltaire en son temps.

Couverture du premier volume de Voltaire en son temps (Oxford, 1985).

Quand cette biographie fut terminée, les réunions plénières annuelles en juin de l’ensemble de l’équipe ne s’arrêtèrent pas. Nous étions soucieux d’assurer l’avenir des études voltairistes en France et ailleurs. Ces réunions se transformèrent en « journées Voltaire » qui continuent et réunissent les spécialistes de toutes les générations autour des chercheurs du Cellf et les collaborateurs de la Voltaire Foundation, réunis dans une « Société des Études voltairiennes » qui a son siège au Cellf. L’actuel président de la SEV est Nicholas Cronk, directeur de la Voltaire Foundation, marque de notre étroite collaboration. Les « journées Voltaire » sont devenues le cadre d’un colloque annuel à la Sorbonne dont les actes sont ponctuellement publiés aux PUPS, avec le soutien actif du Cellf, dans une revue de bonne diffusion, intitulée Revue Voltaire. Cette année, les 22 et 23 juin, le colloque avait pour sujet « Voltaire du Rhin au Danube » et réunissait de nombreux chercheurs d’Europe centrale. Il était organisé par Guillaume Métayer, brillant chercheur du CNRS au Cellf où il représente la troisième génération de voltairistes puisqu’il a été mon doctorant, alors que j’avais été le doctorant de René Pomeau.

Pendant une dizaine d’années j’ai animé en outre dans la salle Jean Fabre du Cellf un séminaire « Voltaire » hebdomadaire qui accueillait des étudiants avancés, des doctorants de toute nationalité, des étrangers en résidence, et d’autres encore. Ce séminaire très suivi a été honoré des interventions d’éminents spécialistes attachés à d’autres centres actifs, comme André Magnan, président de la Société de Ferney, ou Natalia Elaguina conservateur de la Bibliothèque de Voltaire à Saint-Pétersbourg, qui a été chercheur associé au Cellf ; tous deux ont fait partie de notre équipe « Voltaire en son temps ». Le séminaire « Voltaire » se perpétue au Cellf, notamment ces dernières années sur les œuvres théâtrales et leur réception, sous la direction de Pierre Frantz et de Sophie Marchand, désormais sous celle de Renaud Bret-Vitoz et Glenn Roe, récemment nommés à la Sorbonne et devenus ainsi membres du Cellf.

Dans les années 1960, quand j’ai commencé ma carrière, Voltaire était largement éclipsé, dans la recherche dix-huitiémiste, par Rousseau et par Diderot, qui paraissaient plus tournés vers la modernité. Le Cellf a depuis lors participé à une incontestable révolution. Depuis la création de notre laboratoire, les recherches sur Voltaire y ont été particulièrement fécondes. Dans cette fécondité, le rôle de la Voltaire Foundation a été important, d’abord comme un stimulant parce qu’il fallait que l’édition des Œuvres complètes avance. Elle a si bien avancé, grâce à son maître d’œuvre, Nicholas Cronk, qu’elle est sur le point de s’achever. Si Nicholas Cronk est l’efficace directeur de l’édition, c’est l’un des membres de l’équipe du Cellf, Christiane Mervaud, qui est la présidente d’honneur de l’entreprise. C’est dire notre étroite collaboration. Cette collaboration a porté sur les méthodes, sur les savoirs, sur les interprétations. Si nous proposons à la communauté internationale des chercheurs un Voltaire pour notre temps, c’est que nous nous sommes inlassablement entraidés pour mettre tout le savoir de notre temps au service d’une meilleure connaissance de Voltaire.

– Sylvain Menant

[1] Un Siècle de Deux Cents Ans?, éd. Jean Dagen et Philippe Roger, Paris, Desjonquères, 2004.

[2] Gillian Pink, Voltaire à l’ouvrage, Paris, CNRS éditions, 2018.

Sur les traces de Jean Potocki

Jan Potocki

Jean Potocki par Anton Graff (1785). Image Wikimedia Commons.

Savant acharné, rêveur actif de la politique, voyageur inlassable, observateur inépuisable du monde, Jean Potocki[1] est assurément inclassable. Né en 1761 en Podolie, dans une famille appartenant à la plus haute aristocratie polonaise, il ne se plie pas pour autant à la vie protocolaire de son milieu[2]. Certes il épouse tous les modèles de sociabilité, la franc-maçonnerie, les salons, les clubs politiques, les sociétés savantes et les académies, le théâtre de société. Mais dans les grandes maisons de l’Europe dans lesquelles il passe, on garde le souvenir d’un original, à la fois éminent érudit et grand distrait. Doué d’une intelligence hors du commun et d’une capacité de lecture prodigieuse, il nourrit la conception d’un savoir total et universel.

Pour mieux cerner l’ambition totalisante du savant à laquelle répond, non sans ironie, son roman, activité de dilettante, plus que ses travaux d’historien auxquels il a consacré l’essentiel de ses forces, l’étude de la trace met en exergue le rapport foncièrement ambigu que Potocki entretient au réel. Considérer son œuvre sous l’angle de la trace, c’est à la fois appréhender la pensée d’un voyageur-historien insatiable qui, lors de ses périples et recherches, traque les vestiges des peuples anciens pour exhumer une humanité commune ou esquisser une histoire en marche, et à la fois analyser l’héritage littéraire, esthétique, philosophique que nous laisse un romancier et dramaturge sensible au caractère incertain d’un réel nécessitant, pour être connu, une construction interprétative.

La trace, dans les écrits de Potocki, cautionne-t-elle une lecture du monde postmoderne, qui suppose qu’il n’existe aucun accès au monde et au réel qui ne soit exempt de signes et ne dépende d’une interprétation ? Atteste-t-elle au contraire de l’existence pour l’auteur polonais d’un réel indépendant de toute interprétation et qu’il s’agit, à partir de vestiges sensibles, de reconstituer, de reformer et ainsi de reconnaître et retrouver ? C’est à cette question passionnante qui engage la nature même du réel que tentent de répondre les différentes études de notre ouvrage, sans chercher à lisser les contradictions apparentes d’un savant qui est aussi voyageur, historien, romancier, conteur, dramaturge… et qui par là même appréhende le monde selon une approche tantôt expérimentale, physique, sensible, tantôt théorique ou encore esthétique.

La dernière partie de l’ouvrage, quant à elle, est consacrée aux traces que Potocki a laissées à travers des textes récemment découverts et à ce jour inédits. Même s’il reste comme à son habitude peu loquace sur sa vie privée, ces lettres sont certainement parmi les plus intimes qu’il ait jamais écrites et représentent à ce titre un intérêt considérable.

– Émilie Klene

[1] Jean Potocki, Œuvres I-V, éd. François Rosset et Dominique Triaire, 6 vol. (Louvain, 2004-2006).

[2] Voir François Rosset et Dominique Triaire, Jean Potocki. Biographie (Paris, 2004).

Le ‘Voltaire de Beuchot’ à la lettre: sources d’une édition savante sous la Restauration

Œuvres de Voltaire, Beuchot

Œuvres de Voltaire, Beuchot (éd.), Paris, Lefèvre, t.1, 1834. BnF.

Si elle n’égale celle du patriarche ni par son ampleur, ni par son lustre, ni par la célébrité de ses intervenants, la correspondance d’Adrien Jean Quentin Beuchot, principal éditeur des Œuvres de Voltaire sous la Restauration, présente de nombreux intérêts. En nous faisant entrer dans les arcanes de la première édition critique des Œuvres de Voltaire (parue en 70 vol. in-8°, chez le libraire Lefèvre, entre 1828 et 1834), les lettres de Beuchot nous donnent accès au détail de son approche originale de l’édition de Voltaire et de ses œuvres, laquelle renouvelle durablement la forme et le sens de la postérité de Voltaire. Fragments d’intimité autant que sources historiques, les lettres de Beuchot sont principalement conservées à la Bibliothèque nationale de France, à la bibliothèque de Genève et à la Voltaire Foundation. Ces lettres, qui forment la base de ma thèse intitulée « Le Voltaire de Beuchot, un Voltaire parmi d’autres » récemment soutenue, constituent un matériau indispensable à la recherche voltairienne.

Les lettres relatives à Beuchot ont d’abord valeur de fragments autobiographiques, dans ce qu’elles révèlent, subrepticement ou plus directement, de Beuchot lui-même. Bibliographe de métier – il rédige la Bibliographie de la France dès 1811 –, puis bibliothécaire à la Chambre des Députés dès 1834, Beuchot passe sa vie au milieu des livres. Son goût pour le classement n’exclut pas des tendances bibliophiliques. « Voltairographe » autant que « Voltairomane », son goût frénétique pour les pièces rares tourne exclusivement autour des écrits du patriarche de Ferney. Est-ce vraiment un hasard si l’auteur le plus prolifique du XVIIIe siècle se trouve édité par un homme qui cumule une approche rigoureuse du classement des œuvres avec un goût prononcé pour l’inédit, qui plus est à une période où s’ouvrent les archives et où ressortent, en nombre, des pièces non éditées de Voltaire ? Ce goût pour l’inédit voltairien l’a rendu célèbre au-delà des éditeurs de son temps et fonde en partie la longévité de son édition. Bengesco le dit bien dans sa grande bibliographie voltairienne de la fin du XIXe siècle : « Nul n’a fait mieux que lui, nul n’a mieux fait depuis, et nous doutons que Voltaire trouve jamais un éditeur plus consciencieux et plus savant ».

Bibliographie de l’Empire français ou Journal de l’imprimerie et de la Librairie

Bibliographie de l’Empire français ou Journal de l’imprimerie et de la Librairie, n°1. Paris, Pillet, 1er novembre 1811. BnF.

« Editeur savant », l’appréciation de Bengesco doit être comprise au sens plein, et les archives de Beuchot le confirment. Elles éclairent en effet les dessous d’une pratique professionnelle – l’édition – en plein bouleversement. Si Beuchot se définit lui-même comme un éditeur, s’il fait bien partie intégrante du milieu de la librairie parisienne de la Restauration, il n’est pourtant ni libraire, ni imprimeur et son activité n’a rien de commercial. Loin de Panckoucke, Beaumarchais ou Ladvocat, Beuchot pense l’éditeur comme l’auteur d’un travail littéraire. De fait, il accomplit un geste dont la portée confine à l’auctorialité. Assumé comme tel notamment par les innombrables signatures de l’éditeur qui se superposent aux écrits du patriarche, le ‘Voltaire de Beuchot’ doit aussi beaucoup à une philosophie de l’histoire qui évoque, au loin, une forme de positivisme sans doute déjà ambiant. C’est ce que suggère Beuchot lui-même lorsqu’il veut faire voir « La marche de l’esprit de Voltaire ». Fonder ce geste sur un retour aux sources inédit pour l’époque, en assumer à la fois l’originalité et l’incomplétude, constitue bien le travail d’un éditeur savant.

Beuchot, Liberté de la Presse

A. J. Q. Beuchot,Liberté de la Presse, Paris, chez Le Normant, 1814. BnF.

Les lettres de Beuchot nous conduisent à revoir notre approche du phénomène éditorial qui entoure les Œuvres complètes de Voltaire durant cette période politiquement troublée. L’omniprésence de Voltaire comme personnage publique et comme auteur (on parle de frénésie autour de ses Œuvres complètes lorsqu’on évoque la vingtaine de collections qui viennent saturer les étals des librairies) est bien réelle. Mais le travail de Beuchot, tel qu’il se révèle au fil de ses correspondances notamment, doit nécessairement se comprendre à part de ces nombreuses rééditions de la Restauration, lesquelles ne sont, somme toute, que des rééditions de celle de Kehl, dont le paratexte, notamment, se montre plus volontiers militant. D’ailleurs, si Beuchot a publié quelques opuscules en faveur de la liberté de la presse entre la fin de l’Empire et le début de la seconde Restauration, il ne parle jamais de politique dans ses lettres. Il évite soigneusement les questions polémiques dans ses préfaces et dans ses notes, et paraît même se désintéresser de la censure. Difficile de voir en Beuchot un agent à même d’attiser ce « vaste incendie » que décrivent François Bessire ou Raymond Trousson notamment, symbole du feu révolutionnaire que porteraient encore en eux les ouvrages de Voltaire quarante ans après 1789. Son édition influence pourtant la réception de Voltaire et de son œuvre, jusqu’à nos jours : davantage objet d’étude que symbole à valeur politique, Voltaire se voit dresser un monument à double sens par Beuchot. L’hommage au grand homme va semble-t-il de pair avec quelque chose qui ressemble à un acte de décès.

Lettre de Beuchot

Lettre de Beuchot (12 octobre 1826) à Joachim de Cayrol, qui travaillera à l’édition de la correspondance de Voltaire pour l’édition Beuchot, avant de faire sa propre édition des lettres de Voltaire à la fin des années 1850. Bibliothèque de Genève, Musée Voltaire: MS 34, fol.1.

Est-il encore besoin de rappeler l’intérêt des archives privées et des correspondances pour éclairer l’histoire littéraire ? Car comprendre qui est Beuchot est bien un préalable nécessaire à l’étude du ‘Voltaire de Beuchot’. Pourtant, si le recours aux correspondances n’est en soi pas nouveau, il était, jusque-là, plutôt réservé aux grands hommes, et non aux artisans du livre comme c’est le cas ici. À ce titre, si Beuchot, on l’a dit, est un personnage trop peu connu hors de quelques rares voltairistes, que peut-il en être d’éditeurs savants comme Nicolas-Jean-Joachim de Cayrol, Louis Dubois ou Jean Clogenson ? Que sait-on d’éditeurs commerciaux comme Antoine-Auguste Renouard, Auguste Hunout, ou Nicolas Delangle ? Qui s’est déjà penché sur les archives de Georges-Adrien Crapelet, imprimeur de plusieurs éditions de Voltaire sous la Restauration ? Ce sont pourtant autant d’acteurs qui ont participé, de près ou de loin, à façonner l’édition des Œuvres de Voltaire par Beuchot. De toute évidence ce travail mériterait d’être poursuivi pour éclairer la façon dont les philosophes des Lumières ont été modélisés, dès la Restauration, par ces artisans du livre, avant d’arriver jusqu’à nous.

– Nicolas Morel