Rousseau et Locke: Dialogues critiques

Rousseau et Locke: Dialogues critiques is the July volume in the Oxford University Studies in the Enlightenment series. This volume, edited by Johanna Lenne-Cornuez and Céline Spector, reassesses the legacy of Lockean thought in all areas of Rousseau’s philosophy. This blog post introduces readers to the edited collection by discussing its claims and ambitions.

Après le colloque que nous avons organisé en 2019 à Sorbonne Université, il nous a semblé qu’une réévaluation de l’héritage de la pensée de Locke chez Rousseau s’imposait. C’est ainsi que ce volume est né. Tout en établissant l’étendue de la dette de l’auteur d’Émile à l’égard du ‘sage Locke’ dans tous les domaines de sa philosophie (identité personnelle, épistémologie, médecine, morale, pédagogie, économie, politique), il met en lumière les usages des thèmes et concepts lockiens chez Rousseau – quitte à identifier les distorsions que le philosophe genevois fait subir à son prédécesseur.

D’un point de vue philosophique, la thèse défendue par ce volume est la suivante: Rousseau a élaboré un grand nombre de ses thèses majeures dans un dialogue critique avec la philosophie lockienne. Loin d’être une influence évanescente, les thèses de Locke sont une référence constante pour Rousseau, dont il fait un usage aussi varié que fécond. La philosophie rousseauiste institue une relation singulière à cette source: Locke n’est ni un pur adversaire avec lequel il s’agirait toujours de marquer son désaccord, ni une simple ressource textuelle à laquelle il se contenterait de puiser.

Locke est tantôt un allié, tantôt un adversaire, ou plutôt il n’est ni l’un ni l’autre: la philosophie lockienne est le lieu théorique et méthodologique au sein duquel Rousseau s’inscrit et l’origine des principes auxquels il fait subir de notables subversions. Il s’avère beaucoup plus proche de l’auteur de l’Essai et du second Traité que l’exégèse l’a longtemps perçu. Aussi l’ambition de ce volume est-elle de s’écarter de toute vision réductrice de l’héritage lockien pour redonner aux rapports entre les deux auteurs toute sa profondeur et ses nuances. Interroger l’héritage de Locke par-delà le prisme d’oppositions préconçues – naturalisme/historicisme; matérialisme/dualisme; libéralisme/républicanisme – donne son unité à ce volume.

L’usage de Locke par Rousseau pourrait n’être que stratégique. Derrière l’éloge de ‘l’illustre Locke’, l’auteur en exil brandirait une communauté de principes comme un bouclier défensif. À s’en tenir à un usage stratégique, la dette reconnue à l’égard de Locke ne serait qu’une illusion rétrospective. Cependant, par-delà un usage rhétorique, l’auteur du Contrat social fait de Locke un usage instituant une communauté de pensée contre une autre: celle des partisans de l’inaliénabilité de la liberté contre celle des ‘fauteurs du despotisme’ (CS, I, 5). Cet usage est notamment éclairé dans ce volume par les contributions de Céline Spector, à propos de l’inaliénabilité de la liberté, de Jean Terrel, au sujet de l’institution du contrat, et de Ludmilla Lorrain, sur le consentement à la représentation.

S’inscrivant de plain-pied dans les controverses de son temps, le philosophe fait également un usage polémique de la philosophie lockienne. Au-delà de la critique ouverte de Locke, le volume cherche alors à identifier le point de rupture. Cet usage polémique est notamment éclairé par les contributions de Anne Morvan, à propos du différend qui oppose Locke et Rousseau dans l’utilisation d’arguments naturalistes, et de Philippe Hamou au sujet des implications épistémiques et anthropologiques de leur différend sur la religion naturelle. À l’inverse, Rousseau peut apparaître comme un allié, comme le montre Claire Crignon, à propos de la critique des médecins.

Mais la critique ciblée de Locke peut masquer un héritage conséquent, notamment en matière de pédagogie. Cette dette est éclairée par les contributions de Christophe Martin, à propos de la révolution pédagogique initiée par Locke, et par Gabrielle Radica, à propos de l’usage éducatif des sanctions. Dans le même esprit, une filiation surprenante entre leurs philosophies morales doit être restituée. Par-delà la rupture que constitue la Profession de foi du Vicaire savoyard, c’est la cohérence du projet empiriste qui doit être interrogée. Le dialogue critique est éclairé par Louis Guerpillon, à propos du sens de l’empirisme en morale, et par Johanna Lenne‑Cornuez, au sujet de la définition du citoyen des temps modernes.

Portrait de J-J Rousseau, Ecole anglaise du XVIIIe siècle, Voltaire Foundation, Oxford.

Enfin, Rousseau utilise parfois Locke comme source d’arguments d’autorité. C’est le cas du fondement mémoriel de l’identité personnelle ou encore de l’inquiétude qui motive nos actions. Pourtant, cette reprise ne saurait être une simple redite. Concernant le rapport entre mémoire et identité subjective, l’appropriation de Locke par Rousseau est bien plus complexe qu’il n’y paraît. La question des mobiles de l’action suppose quant à elle de revenir à la lettre du texte de Locke. Ces usages qui n’échappent pas à la dimension critique seront éclairés par Stéphane Chauvier, à propos du fondement de l’identité personnelle, et par Christophe Litwin, à propos de l’inquiétude comme mobile de l’action.

Pour chacun de ces trois types d’usages – usage stratégique, usage polémique et appropriation critique –, le terme de dialogue critique est pertinent: dialogue, parce que Rousseau se situe d’abord sur un terrain qu’il identifie comme lockien, critique, parce que l’usage que Rousseau fait des idées lockiennes n’en est jamais la simple répétition. Aussi peut-on parler de critique menée de l’intérieur de thèses héritées de Locke.

– Johanna Lenne-Cornuez (Sorbonne University/CNRS) and Céline Spector (Sorbonne University)

This post first appeared in the Liverpool University Press blog.

Advertisement

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.