Meet the Suassos – tracing a family tree among Voltaire’s London patrons

One of the pleasures of exploring the recently completed Œuvres complètes de Voltaire is occasionally stumbling across hidden treasures which can enrich our understanding of the writer’s life and work. One such treasure, found in volume 6A, is the list of 342 subscribers who supported the publication of his epic poem, La Henriade, in London in 1728. It provides a fascinating insight into his connections and networks in the English capital and beyond. The list is printed in what could first appear to be a rather haphazard fashion, and certainly not in anything so easy to navigate as alphabetical order by name. Yet as one begins to delve into the identities behind the names, it becomes clear that certain family groups and other social and professional relationships are hidden in the ordering of the list.

René Pomeau has already illuminated some of these milieux and networks.[1] He identifies the Mendes d’Acosta family of bankers; a literary contingent that includes Horace Walpole, Congreve and Swift; an intellectual group, with Samuel Molyneux, Anthony Collins, Rev’d Dean Berkeley and Newton’s nephew John Conduitt; Anglicans and Quakers; some names plausibly from London’s Huguenot community; families belonging to the British aristocracy; and finally a number of ambassadors or other diplomats from Protestant European states (Denmark, Brunswick, Sweden, Holland, and Prussia).

But a list of subscribers should not be confused with a list of everyone known to Voltaire in England at the time. Just as those creating online petitions today exhort signatories to share the petition with their friends and family, so it appears to have been with literary subscriptions in the eighteenth century. Beyond the obvious names and the famous ones, then, many wider circles emerge from the list, often grouped together, but sometimes surprisingly not.

Detail from page nine of the list of subscribers to La Henriade (London, 1728), including the elusive Suassos.

As we worked to prepare this volume for publication, the names ‘Honourable Baron Swasso’, ‘Honourable Lady Swasso’ (p.9) and ‘Alvaro Lopes Swasso, Esq.’ (p.10) at first resisted identification. But family connections, in this case unearthed by Norma Perry, turned out to be the answer. The first two names appear in the list of subscribers just ahead of a group from the Mendes Dacosta family, mentioned above as one identified by René Pomeau: Anthony Moses Dacosta and his wife Catherine (‘Mrs Catherine D’acosta’). This couple (also cousins) were members of a large family who had emigrated to London to escape anti-Semitic persecution in Portugal in the seventeenth century, and had become naturalised and prosperous in their new home city. Another cousin, Anthony Jacob Dacosta, was a banker who had speculated badly and ended up bankrupt, ultimately fleeing to France at the end of 1725.

One of Anthony Jacob’s enraged creditors was none other than Voltaire himself, who, upon trying to present him with letters of credit in the summer of 1726, was apparently furious to find that his man had lost all his money and fled the country. Perry suggests that Voltaire may have encountered Anthony Moses while searching for Anthony Jacob. The ensuing interview went unexpectedly well given the circumstances: Voltaire appears to have subsequently been on friendly terms with Anthony Moses and his immediate family. Perry also proposes that Voltaire may have attended social gatherings at their main residence, Cromwell House; he certainly noted a witty exchange with Catherine in his notebook of the period: ‘Madame Acosta dit en ma présence à un abbé qui voulait la faire chrétienne, votre dieu, est-il né juif? Oui. A-t-il vécu juif? Oui. Est-il mort juif? Oui. Eh bien soyez donc juif.’ (Madame Acosta said in my presence to a cleric hoping to convert her to Christianity, Was your God born Jewish? Yes. Did he die Jewish? Yes. Well then, become Jewish. [Translation source])

Portrait of Alvaro Lopes Suasso by Catherine da Costa (1718, Joods Historisch Museum).

But, to return to our Suassos, the proximity of the Mendes Dacosta family to the baron and Lady ‘Swasso’ in the list was the clue which led us to their identity. Anthony Moses and Catherine’s daughter, Leonor Rachel, was married to the Dutch-Jewish baron Antonio Lopes Suasso, and was thus the ‘Lady Swasso’ of the subscribers. And Alvaro Lopes Suasso, who appears further down in the list on page ten, was Antonio’s brother. The Suassos were an eminent banking family in the Netherlands, fervent supporters of the House of Orange. Like Voltaire himself, Alvaro later became a member of the Royal Society, which Voltaire compares to the French Academy in the Lettres sur les Anglais, and our old friend Catherine da Costa, a talented miniaturist, painted his portrait, as well as (probably) that of her Suasso grandchildren (‘[Two young children holding an orange]’, gouache on ivory, ex Sothebys, 16 March 1999).

We can also identify Anthony Moses’ younger brother, Joseph. He subscribed for two books for himself, suggesting an even keener interest in either the work or the author than his brother had. Even Catherine’s brothers, Anthony and James ‘Mendoz’ (Mendes) put themselves down for a copy each. Directly below them, we find a certain ‘Abr. Telles, Esq’, who seems on initial research to have further Dutch-Jewish connections – perhaps another family friend, though we have not yet managed to pin down a specific relationship. And he had already subscribed to at least one other book alongside assorted Suassos and da Costas, a 1725 Vocabulary in Six Languages (which lists its subscribers in alphabetical order).

Details from pages five and nine of the list of subscribers to R. J. Andrée, A Vocabulary in Six Languages (London, 1725). Present in the list is Abraham Telles, along with several members of the da Costa and Suasso families.

Voltaire may have known other members of the family too, but it must be the case that some were approached to subscribe not by the author himself, but by other relations acting as intermediaries. Even this small section of the list of subscribers, then, which might at first glance appear an arid document devoid of interest, is testament to the influence of family connections in literary patronage of the period, and to the effectiveness of networks in a world before social media. These lists are rich sources of information and we can guarantee that there will be more stories to tell about this one in particular.

– Alison Oliver and Gillian Pink


[1] In ‘Voltaire en Angleterre. Les enseignements d’une liste de souscription’, Littératures III 4 (January 1955), p.67-76 (repr. Revue Voltaire 1, 2001, p.93-100).

The Oxford Complete Works of Voltaire … complete!

The Œuvres complètes de Voltaire, one of the most complex publishing projects ever, has been underway since 1967. Two of the editors look back on this great undertaking.

Gillian Pink: It’s amazing to think that we’ve finally reached the end! When I tell non-specialists that our edition of Voltaire’s works runs to 205 volumes, they are always astonished to learn that he wrote so much. Certainly, his better-known works represent only a very small part of the whole.

Alison Oliver: That’s true – and there is so much to discover! We should remember also that almost exactly a quarter of those 205 volumes is correspondence – an astonishing editorial feat by our founder, Theodore Besterman, who edited it not once, but twice. The edition we use now is what he called ‘definitive’ – a bold claim even in 1968, especially as new letters are emerging even now.

GP: Yes, and while there have been fewer ‘new’ discoveries outside the correspondence, one obvious place in which our edition breaks fresh ground compared to its predecessors is in the inclusion of Voltaire’s marginalia. Publication began in the seventies as a separate project run by a team of Russian specialists, but it joined the Complete Works in the early 2000s and was finished here at the Voltaire Foundation, in collaboration with our Russian colleagues.

AO: All this adds up to an extraordinary body of work. Voltaire is an astonishingly versatile writer, and nothing was beneath his notice. For example, his support for victims of injustice, such as Jean Calas, is well known, but he also interested himself in more quotidian matters in his capacity of lord of the manor on his estate of Ferney on the Swiss border. His epic poems La Henriade and La Pucelle brought him fame (and infamy), but there are also gems of occasional verse in which his wit and style are encapsulated in just a few lines.

Gillian Pink and Alison Oliver.

GP: And the chronological organisation of the edition means that those lesser-known writings may gain more visibility: anyone consulting Œdipe [the play that made Voltaire famous in his twenties] in vol.1A may be interested to find the tantalising fragments of an even earlier play, Amulius et Numitor, dating from his school days. Or a reader interested in another of his well-known plays, Mahomet, would find, in the same volume 20B, the short prose text De l’Alcoran et de Mahomet, which was published with the play in Voltaire’s lifetime, but separated from it in all the posthumous editions until this one.

AO: What I like about the idea of the chronological principle is that it is non-judgemental. Literary judgements are apt to date badly, and we want the edition to be, as far as any can be, timeless. By organising according to chronology – at least as far as this can be determined – we are trying to provide a neutral framework on which to hang the content, rather than engage in judgements about genre, hierarchy and literary merit. The founders of the edition opted for ‘date of substantial composition’, rather than date of publication – for the sound reason that Voltaire did not always publish works (and sometimes ones of major importance) as soon as they were written. It’s true that the chronological principle has immeasurably complicated the publishing process… if we’d decided to put all the poetry together, for example, a single volume could potentially have been edited by an individual editor, with all of it ready to publish as soon as it was received. As it is, we’ve often had to hold back texts edited by one person while waiting for other editors to catch up.

GP: I laughed when you referred, very delicately, to ‘complicating the publishing process’! As we know so well, but our readers won’t, that number of 205 has been in constant flux over the years.

AO: We’ve recently been delving into the archives relating to the founding of the project. The fact that ‘as many as 200 volumes’ was mentioned way back in 1967 (before being dialled back later, and then eventually reached) surprised me for one! It’s also been interesting to discover that William Barber and Owen Taylor, who pitched the project to Besterman, initially envisaged only a fairly modest project – just a good, reliable text to replace that of the standard nineteenth-century edition then in use, with minimal introductions and annotation.

GP: These elements have certainly expanded over the years, and with them has come the need to split volumes. I think it was in 1990 that it was first deemed necessary to do that, with volume 63, because it became clear that the content would result in far too many pages to fit within a single physical binding. Since then, we’ve had not only pairs, like 75A and 75B, but as many as a four-way split, with 60A-D. This did allow us a certain amount of leeway sometimes in getting round the problem of waiting for contributors to submit their work, but must have confused librarians and frustrated readers. The Œuvres complètes were a sort of Penelope’s shroud, a seemingly ever-expanding universe of Voltaire, stretching endlessly into the future!

AO: It’s one of the challenges of taking on such an ambitious project, though. And over the course of the 50+ years of the endeavour, editorial standards have inevitably evolved. As the edition has grown, it has allowed scholars to study the Voltaire corpus in ways unimagined at the start of the project, and so it is unsurprising that the more we publish, the more there is to say!

GP: This is something we’re encountering right now as we prepare to make the print edition into a digital resource. Some of this is a (relatively) straightforward conversion process, but occasionally we’d quite like to be able to add little supplements to some of the volumes published longer ago.

AO: Yes, and there will be new ways of looking at the corpus by making it cross-searchable, adding metadata and links to other resources. It’s exciting to think of these possibilities for research evolving in ways that we can’t predict. But also reassuring to know that the books themselves will endure and will be on library shelves for generations to come.

– Alison Oliver and Gillian Pink

First blogged in: The Oxford Polyglot 2021-22, Issue 2, Hilary term 2022.

Les Lumières à Sherbrooke (Québec): Une exposition de documents originaux et un colloque sur Voltaire

Dans le cadre d’une exposition sur Voltaire s’est tenu un colloque, ‘Voltaire et les Lumières au Québec, histoire ancienne ou nécessité présente?’, les 7 et 8 avril 2022. L’exposition intitulée ‘Voltaire: sa vie, sa plume, son influence au Québec’, mettant en valeur la collection Jacqueline Lambert-David, au Centre d’archives Mgr-Antoine-Racine du 27 janvier au 23 juin 2022, représentait en effet le prétexte idéal pour réunir les chercheuses et les chercheurs autour d’enjeux philosophiques, politiques, artistiques, religieux et historiques, passés et présents. Nous présentons ici l’exposition, puis le colloque.

Une exposition exceptionnelle

L’exposition d’une sélection de manuscrits de la collection Jacqueline Lambert-David marque l’aboutissement de la première phase d’un projet mené conjointement par l’Université de Sherbrooke et la Voltaire Foundation de l’Université d’Oxford visant la numérisation et la mise en ligne de l’entièreté de cette collection de manuscrits voltairiens. La collection a été numérisée par les soins de la doctorante en histoire de l’Université de Sherbrooke Sonia Blouin. La Voltaire Foundation, de son côté, œuvre actuellement à la mise en ligne de la collection dans un avenir rapproché.

Cette collection fut en grande partie constituée entre 1848 et 1890 par les arrières-grands-parents et les grands-parents de Jacqueline Lambert-David, alors propriétaires du château de Ferney, l’ancienne demeure de Voltaire. Elle s’est considérablement enrichie dans les années 1950 par cette dernière grâce à de nouvelles acquisitions. Constituée surtout de copies de lettres, de poèmes et de manuscrits divers de Voltaire, la collection comprend notamment quelques inédits et 56 lettres autographes de Voltaire publiées entre 1953 et 1965 par Theodore Besterman dans la première édition de son Voltaire’s Correspondence.

Préparée par le Professeur Peter Southam, le Professeur Pierre Hébert et la commissaire invitée Chloë Southam, l’exposition ‘Voltaire: sa vie, sa plume, son influence au Québec’ permet de découvrir une soixantaine de documents de la collection Jacqueline Lambert-David, à laquelle s’ajoutent des écrits québécois sur Voltaire témoignant de son influence au Québec, de même que des périodiques ayant fait l’objet de censure en raison de leurs idées voltairiennes.

Deux journées de colloque pour cerner l’influence de Voltaire au Québec
Manuscrit type: affiche non datée de l’Epître à Uranie (photographie K. Boivin).

En 1945, l’historien Marcel Trudel signait un ouvrage qui fait date: L’Influence de Voltaire au Canada. Depuis ce temps, aucune étude d’envergure n’avait revisité cette question; tel était le but du colloque ‘Voltaire et les Lumières au Québec: histoire ancienne ou nécessité présente?’, organisé par les professeurs Pierre Hébert (U. de Sherbrooke), Bernard Andrès (U. du Québec à Montréal) et Nicholas Dion (U. de Sherbrooke). Ces échanges ont pris place dans le cadre des 61e journées scientifiques de l’Association québécoise pour l’étude de l’imprimé (AQEI) les 7 et 8 avril 2022 au Centre d’archives Mgr-Antoine-Racine ainsi qu’au Séminaire de Sherbrooke.

Micheline Cambron, professeure émérite de l’Université de Montréal, a ouvert la première journée en abordant ‘L’Ingénu de Voltaire. Lieux communs et mise en récit d’une quête épistémologique’. Scrutant minutieusement les modalités d’énonciation des lieux communs, elle a montré que les idées farfelues présentées comme du ‘déjà su’ apportent peu au conte; en revanche, par leur accumulation, le lecteur est amené à être attentif au caractère fallacieux d’une prémisse. En somme, la leçon de L’Ingénu mettrait en cause l’indécision devant laquelle on est placé devant les lieux communs.

Dans une communication ayant pour titre ‘Les épigones québécois de Voltaire et leur influence sur le développement actuel d’une culture laïque francophone au Québec’, Jacques G. Ruelland a présenté le parcours intellectuel des quatre ‘philosophes’ québécois du XVIIIe siècle associés aux idées des Lumières: Fleury Mesplet, Pierre du Calvet, Valentin Jautard et Pierre de Sales Laterrière. Ruelland a mis en lumière l’anticléricalisme déiste de ces quatre figures qui ont multiplié les démêlés avec les autorités en promouvant la culture laïque à l’époque de la Révolution française.

La présentation suivante, de Sébastien Drouin (U. de Toronto), a abordé l’‘Antiphilosophie et antivoltairianisme chez Joseph-Octave Plessis et Ignace Bourget’. Drouin a couplé l’analyse du contenu des bibliothèques de Mgrs Plessis (liste inédite) et de Bourget avec des extraits des écrits de ceux-ci, afin de faire apparaître les racines antiphilosophiques et antivoltairianistes de l’ultramontanisme au XIXe siècle québécois.

Joël Castonguay-Bélanger (U. de la Colombie-Britannique) a quant à lui traqué ‘Le centenaire de Voltaire dans la presse canadienne’. Contrairement au constat de Marcel Trudel selon lequel l’événement de 1878 serait passé inaperçu, le centenaire a fait couler beaucoup d’encre à partir de 1876, polarisant le discours de la presse entre voltairianistes et antivoltairianistes.

Hans-Jürgen Lüsebrink (U. des Saarlandes, Allemagne), dans ‘Libéralisme radical, laïcité et héritage des Lumières au Québec à la fin du XIXe siècle – le rôle précurseur de Paul-Marc Sauvalle et d’Aristide Filiatreault, journalistes et intellectuels’, a révélé l’alliance improbable entre un journaliste distingué, orateur important et très présent dans les cercles sociaux (Sauvalle, 1857-1920) et un typographe effacé (Filiatreault, 1851-1913) qui animait des revues satiriques, en raison de leur goût commun pour la polémique. Tous deux ont fondé Canada-Revue, qualifiée de ‘journal huguenot’ par ses détracteurs – le clergé et la presse conservatrice – et censurée en 1892. D’après Lüsebrink, ce ‘libéralisme radical’ met cause la place dominante de l’Eglise dans la société québécoise en général et dans l’éducation en particulier (l’éducation au féminin est un combat corollaire).

Par la suite, Bernard Andrès (U. du Québec à Montréal) a présenté ‘Honoré Beaugrand (1846-1906) et l’émancipation maçonnique du Québec’. En 1873, Honoré Beaugrand rejoint la loge maçonnique King Philip à Fall River et déclare dans son journal son appartenance forte à la franc-maçonnerie. Beaugrand est le premier Canadien français à clamer haut et fort sa qualité de franc-maçon libéral. Ce libre-penseur participe notamment à la fondation de la loge montréalaise L’Emancipation (1895-1911), dont les valeurs sont issues des Lumières. Au Québec, l’absolue liberté de conscience qui fonde la franc-maçonnerie conduira aussi à l’émancipation graduelle de l’ultramontanisme, d’après Andrès.

Julien Vallières (Laboratoire d’analyse des discours et récits collectifs, U. McGill) a clos la journée en dépliant ‘L’influence de Rousseau au Canada [par] l’examen du discours de réception à Montréal (1900-1920)’. Vallières a souhaité vérifier de quelle manière le philosophe a influencé les acteurs de la vie culturelle au Québec. Entre autres, ses analyses révèlent que Rousseau est enseigné à l’Université Laval de Montréal dès 1901 ; qu’Etienne Parent s’inspire librement du penseur dans ‘Les rêveries d’un fumeur solitaire’ (1910) rédigées dans son journal de collège ; et que Les Confessions sont une lecture de jeunesse déterminante pour Claude-Henri Grignon, romancier et polémiste majeur des années 1930.

Lors de la seconde journée, les questions liées à la censure, à la laïcité et à la tolérance ont été au cœur des discussions. La première séance a eu pour point de départ l’écoute d’une émission de Radio-Collège diffusée en 1948. Dans ‘La vie et l’œuvre de Voltaire’, Raymond Tanghe s’entretient avec le révérend père Ernest Gagnon, jésuite, professeur à la Faculté des lettres de l’Université de Montréal, et Jean-Marie Laurence, professeur de littérature à l’Ecole normale de Montréal. Les deux invités condamnent l’épicurisme, l’égocentrisme et l’esprit étriqué de Voltaire, et ce, en s’appuyant vraisemblablement sur leur connaissance des morceaux choisis plutôt que des œuvres intégrales.

Marc André Bernier (U. du Québec à Trois-Rivières) a ensuite présenté la communication intitulée ‘Histoire-science et art du récit chez Marcel Trudel’. Son étude fine de L’Influence de Voltaire au Canada de Trudel a mis au jour certains paradoxes entre la démarche scientifique de l’historien et sa rhétorique, qui tient surtout de l’apologétique. Déterminé à mesurer le ‘volume du courant voltairien au Canada’, Trudel s’est donné pour mission d’établir des faits précis, ce qu’il peine à faire puisqu’une métaphore longuement filée de l’inondation tient lieu d’hypothèse de recherche. Autrement dit, la démarche scientifique de Trudel lui permet d’exposer sa thèse, tous les faits montrant que Voltaire a été ‘notre seul maître’, mais la conclusion reste étrangère à tous ces faits pour donner une explication apologétique: le Canada aurait été sauvé miraculeusement des ‘eaux’ voltairiennes par le clergé.

La communication suivante a permis justement d’éprouver cette hypothèse. Pierre Hébert (U. de Sherbrooke) a prononcé la communication ‘Une censure en crise: le Voltaire “post-Trudel”, 1945-1960’. Est-ce que le discours sur Voltaire peut être conçu comme une trace d’un signifié plus grand sur la censure dans ces années? Hébert a répondu à cette question grâce à un dépouillement systématique de la revue mensuelle Lectures et du quotidien Le Devoir durant les années 1945-1960. L’antivoltairianisme des années 1940 s’efface graduellement dans les pages du Devoir, contrairement à Lectures, revue catholique. A partir des années 1950, Voltaire occupe une place sans complexe dans les pages de ce journal plus indépendant. En quinze ans se serait opérée une fissuration notable, précédant l’effondrement complet du régime censorial clérical des lettres au Québec.

A la suite de Hébert, Charlène Deharbe et Hervé Guay (U. du Québec à Trois-Rivières) ont présenté une communication ayant pour titre ‘Voltaire sur les planches: l’adaptation théâtrale de Candide par Antoine Laprise’. S’intéressant à l’actualisation du roman voltairien par le Théâtre du sous-marin jaune à la fin de la décennie 1990, Deharbe et Guay ont montré que ce théâtre de marionnettes a permis une appropriation par le plus grand nombre d’une œuvre classique sur le mode ludique, un dialogue avec le non-spécialiste. Plus encore, cette lecture actualisante rendrait l’ironie plus tangible.

La dernière séance a tiré les fils de l’étoffe voltairienne jusqu’à nos jours. Nova Doyon (Cégep de Saint-Laurent) a abordé ‘La question de la liberté académique et des nouvelles sensibilités’. Comment présenter Candide au cégep (au Québec, une institution d’enseignement supérieur préuniversitaire) à l’heure des contraintes entourant la liberté académique? La conclusion ouverte de Doyon suggérait que Candide a encore beaucoup de choses à apprendre aux étudiantes et étudiants, mais qu’il est nécessaire d’être à l’écoute de leurs sensibilités. A cet égard, il est intéressant de noter que l’œuvre est suspecte aujourd’hui (esclavage, violences à caractère sexuel) pour des raisons bien différentes de jadis (anticléricalisme, libre pensée, pessimisme).

Le colloque s’est terminé par un regard d’ensemble d’Yvan Lamonde (U. McGill). Dans ‘La marche à la laïcité au Québec (1837-2022)’, Lamonde a montré que l’éducation a été un vecteur déterminant pour la laïcité au Québec depuis les Rébellions des Patriotes (1837-1838). En 1837, l’Eglise se met dans une position de médiation entre l’Eglise protestante et l’Etat (laïque). Le loyalisme du clergé est bénéfique à ce dernier, puisque les autorités britanniques placent l’éducation des francophones sous la responsabilité des confessions religieuses à partir de 1845. La suite de l’histoire consiste en une séparation progressive de l’Eglise et de l’Etat. Lamonde a retracé ainsi quelques jalons marquants de l’histoire de la laïcité jusqu’à nos jours, en suivant le fil rouge de l’éducation.

La liberté de pensée a été interrogée de diverses manières par la communauté scientifique rassemblée à Sherbrooke lors de ce colloque ‘Voltaire et les Lumières au Québec: histoire ancienne ou nécessité présente?’; l’exposition ‘Voltaire: sa vie, sa plume, son influence au Québec’, qui se tiendra jusqu’au 23 juin, invite à des réflexions semblables.

– Karol’Ann Boivin et Pierre Hébert

Cramer, Voltaire et les Lumières: la librairie entre deux ères

Lettre de Voltaire à Gabriel Cramer (Institut et Musée Voltaire, ms.ca.229_001).

Pourtant serviteurs fidèles de la plume du philosophe depuis l’installation de ce dernier à Genève en 1754 et jusqu’à l’édition dite ‘encadrée’ de 1775, Gabriel et (dans une moindre mesure puisqu’il quitte la librairie en 1762) Philibert Cramer nous sont relativement peu connus. D’ailleurs, ce que l’on sait d’eux provient essentiellement des innombrables billets, corrections et plaintes en tout genre que leur adresse Voltaire. Tantôt paresseux, tantôt dissipés, voire parfois un peu filous, ils se montreraient, en général, incapables de satisfaire les exigences de Voltaire en matière d’impression de ses ouvrages. Asymétrique, incomplète, et en partie tournée pour dérouter les lois de censure, cette seule correspondance ne permet pourtant pas d’apprécier à sa juste valeur la collaboration entre Voltaire et ses imprimeurs-libraires genevois, ni de se rendre compte de ce qu’est la maison Cramer à Genève et dans l’Europe du livre au XVIIIe siècle.

Premièrement, focaliser l’histoire de la librairie Cramer sur ses seules années voltairiennes, aussi florissantes fussent-elles, ne conduit-il pas à négliger ce que Voltaire doit à ses librairies, et donc à minimiser l’importance de la maison Cramer avant Voltaire? Deuxièmement, tant par sa durée que par sa qualité – après tout, les Cramer font partie du cercle de Voltaire pendant plus de vingt ans – celle-ci ne peut se réduire à un rapport de force compliqué entre un auteur tyrannique et ses imprimeurs paresseux. Au contraire, n’évoque-t-elle pas jusqu’à une forme de connivence entre les deux parties? Troisièmement, c’est surtout par sa nature que la relation entre Voltaire et les Cramer doit être reconsidérée. En misant l’essentiel de leur activité sur la plume d’un seul auteur, aussi célèbre et productif soit-il, n’ont-ils pas fait œuvre de pionniers et anticipé le modèle éditorial des siècles suivants? Ce sont ces questions qu’aborde l’ouvrage De l’encre aux Lumières, récemment paru aux éditions Slatkine.

Portrait de Philibert Cramer, c.1758, par Jean-Etienne Liotard (1702-1789).

Si la librairie Cramer nous est connue, c’est certes d’abord, grâce à Voltaire. Pourtant, Gabriel et Philibert Cramer sont les héritiers d’une maison solidement ancrée à Genève, issue d’une famille protestante présente dans la cité de Calvin depuis 1634, date de l’arrivée de leur ancêtre Jean-Ulrich Cramer. C’est d’ailleurs ce dernier qui, après avoir été reçu bourgeois en 1668, dirige son fils cadet Jean-Antoine (1655-1725) vers un apprentissage d’imprimeur-libraire auprès de la célèbre maison Chouet. Aussi étonnant qu’il puisse paraître, ce choix rappelle l’importance grandissante de l’industrie du livre à Genève, à partir du XVIIe siècle. La cité de Calvin, qui repose sur un territoire étroit, indépendant politiquement, protégé géographiquement des grandes puissances, se nourrit cependant de son commerce avec l’extérieur, notamment via le Rhône. Terre d’accueil de nombreux protestants en exil durant les XVIe et XVIIe siècles, Genève se spécialise dans l’industrie de la draperie, de l’orfèvrerie, de l’horlogerie, ainsi que, plus tardivement, de la librairie. Commerce ouvert sur l’Europe, la librairie contribue à la circulation des savoirs et des capitaux à partir de Genève, favorisant l’enrichissement de la cité-République; en retour, la censure y est modérée par rapport aux pays voisins. Les libraires peuvent même gravir les échelons de la très hiérarchisée société genevoise, tout en fournissant l’Europe en livres parfois interdits ailleurs. Ils étendent, dans le même temps, leur réseau vers des marchés toujours plus éloignés. Ainsi Jean-Antoine n’arrête-t-il pas son apprentissage au métier d’homme de plombs: son statut est bien celui d’un marchand, et sa carrière le conduit à sillonner les foires de livres de toute l’Europe.

Marque typographique de Léonard Chouet (image Universitat de Barcelona).

C’est sans doute dès cette époque que se construit l’impressionnant réseau de correspondants européens de la future librairie Cramer, dont témoigne encore aujourd’hui le ‘Grand Livre’ conservé aux Archives d’Etat de Genève. Jean-Antoine Cramer ne tarde pas, de son côté, à se rendre indispensable auprès de son maître Léonard Chouet (164?-1691), qui en fait même son associé en 1680 pour fonder l’enseigne ‘Léonard Chouet et Cie’. A la mort de Chouet, Cramer s’associe à Philibert Perachon (1667-1738) pour racheter le fonds de son ancien maître et faire prospérer la maison: pour cela, il fait notamment évoluer le catalogue, publiant moins d’ouvrages de théologie réformée, contre davantage d’ouvrages de droit, de médecine, de chimie ou d’anatomie. Malgré des temps difficiles, notamment au tournant des XVIIe et XVIIIe siècle, le succès est au rendez-vous et voit l’entreprise quitter les Rues Basses pour la fameuses Grande Rue de Genève.

A la mort de Jean-Antoine en 1725, c’est à son fils Guillaume-Philibert (1693-1737) que revient la tâche de reprendre le commerce, toujours avec Perachon. Epoux depuis peu de Jeanne-Louise de Tournes, elle aussi issue d’une importante famille de libraires genevo-lyonnaise, et héritier du fonds de Chouet et des contacts noués par son père, il dispose d’atouts solides à Genève et à l’étranger pour rendre son commerce incontournable. Son décès jeune, auquel s’ajoute une année après celui plus attendu de Philibert Perachon, accélère la transition vers l’ère de Gabriel et Philibert Cramer. Les deux fils de Guillaume-Philibert sont trop jeunes pour diriger l’entreprise. Ils sont d’abord placés sous la tutelle de leur mère, laquelle cède une part de l’entreprise aux frères Claude et Antoine Philibert le temps que ses fils accomplissent leur apprentissage et atteignent la majorité. La Société ‘Héritier Cramer et frères Philibert’ est créée en 1738. Elle devient ‘Frères Cramer et Claude Philibert’ en 1748, puis, enfin, ‘Frères Cramer’ en 1753. Durant ces quinze années, Gabriel Cramer fait évoluer son catalogue: en plus des classiques édités déjà du temps de son grand-père – comme les Opera Omnia de Cicéron – et de la littérature scientifique et religieuse en latin, à destination surtout des jésuites d’Espagne, on commence à trouver sous ses presses des livres en français, et même, dès 1749, un Zadig placé au milieu d’une Bibliothèque de campagne.

Cicéron, Opera Omnia (Basileæ, 1687) (Université de Basle).

Dresser, même succinctement, le parcours de la famille Cramer dans la librairie genevoise jusqu’à ce premier rendez-vous avec Voltaire, permet déjà de rappeler que, au moment où ils adressent une première lettre à l’auteur de Zadig, le 15 avril 1754 (D5575), Gabriel et Philibert ne se présentent pas en victime expiatoire. C’est autant leur connaissance du marché du livre que leur ascendance qui leur donnent des arguments pour tenir tête au patriarche. Imprimeurs-libraires avisés, au bénéfice d’un savoir-faire reconnu, bien ancré dans le tissu local, et disposant d’un solide réseau de diffusion dans l’Europe du livre du XVIIIe siècle, ils offrent en outre exactement ce que cherchait Voltaire après son échec à Potsdam: une presse à portée de main, à proximité de la France, habile à déjouer les autorités politiques et religieuses. Les Cramer trouvent de leur côté en Voltaire un auteur à la fois sulfureux, prolifique et célèbre, qui assure la prospérité de la maison. Bien plus, ce dernier développe avec Gabriel – qui se fait appeler ‘Caro’, ‘Frère’, ‘Prince’ ou ‘gros’ selon les humeurs de Voltaire – une véritable familiarité, nourrie par une passion commune pour le théâtre et les mondanités. L’un et l’autre maîtrisent parfaitement les rouages propres aux mondes du livre sous l’Ancien Régime et s’entendent à tirer les ficelles utiles au bon déploiement des activités de la presse. C’est à l’aune de cette relation particulière que se dévoile un rapport, inédit pour l’époque, entre un auteur et celui qui agit comme un véritable éditeur, au sens commercial du terme.

Gabriel Cramer, Introductions à l’analyse des lignes courbes algébriques (Genève, 1750).

Cette approche de la relation Cramer-Voltaire par le biais de l’histoire du livre permet de reconsidérer les forces en présence. Elle permet également de nuancer le récit de la fin de l’aventure éditoriale entre Voltaire et ses imprimeurs-libraires genevois. Souvent pensée comme la conséquence de la supposée paresse de l’‘éditeur’ ou de l’insatisfaction de l’auteur, ce récit gagne en consistance si on la replace dans la perspective de histoire de la librairie sous l’Ancien Régime. Il faut ainsi prendre en considération celui qui en est aussi un des principaux protagonistes: Charles-Joseph Panckoucke, libraire lillois, dont le but est de redonner à la librairie française la place qui lui revient dans un marché jusque-là dirigé par les presses clandestines étrangères. Force montante de la librairie en France depuis les années 1760, il s’immisce progressivement entre Cramer et Voltaire à partir des années 1770, au sein de deux collaborations importantes: une édition in-4o des œuvres de Voltaire qu’il subtilise à Cramer et un projet (avorté) de réédition de l’Encyclopédie entament en effet leur relation. Parfaitement décrit par Suzanne Tucoo-Chala, ces épisodes contribuent à éloigner Cramer de ses activités voltairiennes; le poussent à s’endetter fortement, en papier, mais aussi en presses destinées à imprimer les planches en taille douce; le conduisent à révéler à Panckoucke son réseau de diffusion. Fragilisé, Cramer a-t-il encore les ressources pour lutter avec Panckoucke? Sans compter que la perspective d’une dernière édition publiée en France paraît aussi séduire un Voltaire alors âgé et soucieux de sa postérité littéraire, et joue indubitablement en faveur du lillois lorsque celui-ci vient, accompagné de Decroix, proposer un nouveau plan de ses œuvres complètes. C’est symboliquement sur la dernière édition publiée par Cramer, l’édition dite ‘encadrée’, que Voltaire corrige les textes destinés désormais à Panckoucke.

En devenant les imprimeurs-libraires attitrés de Voltaire, les frères Cramer ont renouvelé la façon d’envisager le métier d’imprimeur-libraires. En misant presque toute leur activité sur un seul auteur, ils ont su s’appuyer sur un savoir faire et un réseau solidement ancré pour révolutionner le métier pratiqué par leurs ancêtres. Mais n’ont-ils pas dans le même temps contribué à façonner le modèle de l’éditeur qui s’implante, dès la fin du siècle, de façon plus aboutie, avec Panckoucke? Leur histoire s’achève bien là où commence L’autre histoire de l’édition française présentée par Jean-Yves Mollier, et qui conduit des débuts de Panckoucke à l’avènement des grandes maisons du XIXe siècle.

– Nicolas Morel

Voltaire… True or false?

Art historians have developed sophisticated techniques to detect forgeries. Sotheby’s has its own ‘fraud-busting’ expert. Most of the world’s leading museums have whole departments devoted to distinguishing the real from the fake. Thanks to modern research methods, scores if not hundreds of famous paintings have been re-classified. Many pictures believed to have been painted by Rembrandt, for instance – several in national collections – are now re-labelled school of or follower of. Similarly, some paintings that were believed to be by an obscure master are now deemed to have been painted by the great Rembrandt himself. Documentary records such as inventories, letters, catalogues, or invoices, chemical analysis of canvas and paint, X-ray imaging, and carbon dating can all be valuable tools and precious auxiliaries to the museum curator. The style and quality of a painting are generally the strongest arguments for its authenticity. When material evidence supports the expert’s eye, the case is sealed. The same criteria apply, mutatis mutandis, to literary history and to the establishment of authorship.

Title page of Candide, deuxième partie (n.p., 1760) (Bibliothèque nationale de France).

Researching Candide, seconde partie, several years ago, I came across an index card in the old, printed catalogue at the British Museum Library with the handwritten note ‘spurious’ scrawled across the top. I was puzzled. It was the first time that I had encountered that word in the context of Voltaire’s writing. The word ‘apocryphal’ appeared on another card. Something was amiss. In all the eighteenth-century editions of Candide, seconde partie I consulted, the second part was bound alongside the first. Moreover, it was translated under Voltaire’s name into several languages. Both parts, 1 and 2, were printed together in the popular Modern Library edition. Countless undergraduates had read it. Had no one noticed that Candide, seconde partie was not the genuine article? I began wondering about the status of this bizarre continuation, which includes, in its second chapter, a scene of brutal homosexual rape. I soon perceived that in terms of style the second part had little in common with the original. Voltaire’s distinctive tone, combined with his verbal sophistication, his brush strokes as it were, are not easily mimicked. Unlike his imitator, Voltaire suggests obscenity without being vulgar.

Title page of H.-J. Dulaurens, Le Compère Mathieu, vol.1 (London, 1761) (Taylor Institution Library).

My research (conducted with the assistance of Gillian Pink) confirmed the hypothesis originally floated by Emile Henriot in 1925 that Candide, seconde partie was in fact written by the unfrocked monk Henri-Joseph Dulaurens (‘La seconde partie de Candide, Le Temps, 17 février 1925). Voltaire was aware of Dulaurens, whose satirical poem Les Jésuitiques (1761) must have caused him to chuckle when he read it. He commented on another work by Dulaurens, Le Compère Matthieu (1766), which he noted was written in the style of Rabelais (D14938): ‘Il y a un théatin qui a conservé son nom de Laurent qui est assez facétieux, et qui d’ailleurs est instruit: il est auteur du compère Matthieu, ouvrage dans le goût de Rabelais, dont le commencement est assez plaisant, et la fin détestable.’ But reading Voltaire is sometimes akin to entering a hall of mirrors. The distorted images flee before our eyes. Now and then we nevertheless catch his gaze. By way of a joke, he attributed his own Relation du bannissement des Jésuites de la Chine (1768) to ‘l’auteur du Compère Matthieu’ (D14915 to Charles Bordes). Et rira bien qui rie le dernier!

Title page of Relation du bannissement des Jésuites de la Chine (Amsterdam, 1768) (Taylor Institution Library).

The late Patrick Lee averred that every collected edition of Voltaire’s writings from 1728 until the last one printed before his death includes spurious, apocryphal, and misattributed works (‘The apocryphal Voltaire: problems in the Voltairean canon’ in: The Enterprise of Enlightenment. A Tribute to David Williams from his friends, ed. Terry Pratt, David McCallam, David Williams, Oxford, 2004, p.265-73). Voltaire himself noted with characteristic flamboyance: ‘On ferait une bibliothèque des ouvrages qu’on m’impute. Tous les réfugiés errants font de mauvais livres et les vendent sous mon nom à des libraires crédules. […] On me répond que c’est l’état du métier. Si cela est le métier est fort triste’ (letter to Damilaville, 17 December 1766, D13744). But what of the hundreds of works that Voltaire published under an assumed name? And what of those that appeared anonymously? And what of those that, for one reason or another, he did not include in his collected works. And what of his persistent denials and obfuscations? And what of his works published posthumously? Questions like these take us to the heart of Voltaire’s psychology as a literary artist. His protean nature both as a writer and a public figure has meant that every utterance must be approached warily. Take for instance his presumed denial over the authorship of Candide, seconde partie contained in the following paragraph, though this is not in fact deemed to have been written by Voltaire. The claw emerges from beneath the soft pad. At best, it would appear to bear the stamp of his ‘circle’.

Let us quote it and let the reader decide (Journal encyclopédique, août 1761, p.144): ‘Il y a quelque tems qu’il a paru en France une seconde partie de Candide: on n’en a pas lû quatre lignes, qu’on voit très-clairement que cette suite n’est pas de la même plume que la première. Quelle différence! ce seroit bien là le cas de dire: non licet omnibus adire Corinthum, mot usé à la vérité, mais trouve ici très-bien sa place. Quelques personnes malintentionnées, sans doute, ont fait courir le bruit que cette brochure étoit de Mr. Campigneulles. Il la désavoue formellement, mais il dit dans son désaveu que quelques Gens de Lettres l’ont trouvée assez bien pour parier qu’elle étoit d’un homme très-illustre en Europe: ces prétendus Gens de Lettres sont des imprudents à qui nous conseillons de retirer promptement leur enjeu.’

The monumental task of publishing Voltaire’s writings has been undertaken several times since his death in 1778. Each generation has approached the project with the resources at its disposal and with the most up-to-date scholarship; and each built on the successes (and shortcomings) of the last. Over time, many works have been added to the canon, and others removed. It was Gustave Lanson early in the last century who summarized the scientific approach to literary history in his ground-breaking article Comment Voltaire faisait un livre (1908). His method, briefly stated, consisted in the painstaking gathering and interpreting all the documents that have come down us to reconstruct plausibly, and coherently, the story of how each work was written.

Establishing the Voltairean canon along scientific lines has been the objective of the Voltaire Foundation’s edition of the Œuvres complètes de Voltaire (OCV) these past fifty years. It has been an ambitious enterprise. But since the early 1950s exciting new tools have become available, some due to the drive and energy of Theodore Besterman. For the first time it was possible to apply the scientific method rigorously to Voltaire’s entire œuvre. Et quel œuvre! No writer wrote as much as Voltaire. This month the most extensive publishing venture in Europe (et par conséquent de toute la terre!) draws to a close with the publication of the final volume in the collection: Textes attribués à Voltaire, numbered 147. In all, 205 volumes have been printed, representing the collaboration of scores of eminent scholars from around the world.

In his Epître à Horace, Voltaire wrote, ‘J’ai fait un peu de bien: c’est mon meilleur ouvrage.’ Volume 147 of the OCV is a tribute to the great man, his massive corpus of writings, and enduring presence in the modern mind. The Œuvres complètes is a monument to the European Enlightenment and to scholarship at its best.

Edouard Langille

Mon été avec Voltaire: la numérisation de la collection Lambert-David

En mai 2021, on m’a approchée pour procéder à la numérisation de la collection Lambert-David, une série de manuscrits de Voltaire appartenant au professeur Peter Southam. Après une première phase de tests réalisée par un photographe professionnel, M. François Lafrance, le travail s’est déroulé dans les locaux de la Faculté des lettres et sciences humaines situés sur le campus principal de l’Université de Sherbrooke. Comme l’université ne dispose pas d’une salle et d’un équipement professionnel attitrés à la numérisation d’archives, les autres membres de l’équipe et moi-même avons rassemblé le matériel nécessaire pour entreprendre le projet. Tout au long du processus, j’ai pris soin de suivre les recommandations et les pratiques de trois institutions patrimoniales (Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Bibliothèque nationale de France et Musée Canadien de l’histoire) pour la numérisation des documents qui sont résumées dans le Recueil de règles de numérisation.* Je ferai ici un survol du processus de numérisation et de mon expérience de travail.

Le matériel et l’espace de travail

Pour numériser des documents, il existe deux types d’outils sur le marché: les numériseurs (scanner) et les appareils photo numériques. Le choix entre ces deux technologies dépend essentiellement de l’état des manuscrits qui composent la collection. Le numériseur possède plusieurs avantages: numérisation en très haute résolution, éclairage uniforme géré par l’appareil et aucune distorsion optique. Cependant, il est moins polyvalent que l’appareil photo (la surface de numérisation est limitée) et il est souvent beaucoup plus dispendieux. Dans le cadre de ce projet, nous avons opté pour l’appareil photo numérique. Voici donc une liste non exhaustive du matériel requis:

  • Un appareil photo numérique, de type DSLR et d’au moins 12 mégapixels (Recueil, p.10)
  • Un objectif: il est préférable d’opter pour un objectif de type zoom, c’est-à-dire avec une plage focale
  • Un support de stockage des données
  • Un ordinateur muni d’un logiciel de traitement d’images
  • Un trépied horizontal
  • Un système d’éclairage continu
  • Un arrière-plan de couleur neutre: blanc, gris ou noir
  • Une charte des couleurs: ColorChecker ou charte Q-13 (Recueil, p.12)

Notre objectif était de mettre en place un espace de travail temporaire à la fois efficace et économique. Plusieurs articles de l’équipement nous ont été donnés ou prêtés. L’appareil photo numérique (Canon Rebel T7) et son objectif (EF-S 18-55 mm) ont été empruntés au Comptoir de prêt du Service de soutien à la formation de l’Université de Sherbrooke. Le propriétaire de la collection, Pr. Southam, possédait déjà un trépied horizontal et M. Lafrance nous a gentiment imprimé un fond gris. Pour la captation et le traitement des images, j’ai utilisé mon ordinateur personnel équipé d’une vieille version de Photoshop et de Camera Raw. J’ai également installé le logiciel gratuit de Canon (EOS Utility), pour la captation des images à distance,ainsi que le logiciel de conversion de fichiers d’Adobe (Adobe Digital Negative Converter). L’utilisation d’un logiciel d’acquisition photo permet de régler les paramètres et déclencher l’appareil à distance évitant ainsi de toucher à l’appareil pendant la numérisation.

L’éclairage est un élément crucial pour prendre de belles photos. L’utilisation d’une lampe-éclair professionnelle est fortement conseillée (Recueil, p.12), mais il s’agit d’une pièce d’équipement très dispendieuse. Nous avons donc opté pour un éclairage en continu. J’ai d’abord emprunté quatre lampes DEL au Comptoir de prêt, mais comme il s’agit de matériel fortement en demande, j’ai terminé le projet avec un ensemble d’éclairage personnel composé de deux boîtes à lumière avec diffuseurs.

La pièce d’équipement qui a été la plus difficile à obtenir est la charte des couleurs. Bien que la ColorChecker soit plus fiable et plus facilement accessible, nous avons opté pour la charte Tiffen Q-13 de Kodak. Pour faciliter le traitement et s’assurer que chaque image est indépendante, la charte des couleurs devait se retrouver à côté de toutes les pages photographiées. Le format de la ColorChecker (12×9 cm) était donc peu pratique comparativement au format de la charte Q-13 (19×6 cm). De plus, par souci d’uniformité, il s’agissait de la même charte utilisée par le photographe François Lafrance lors de la première phase du projet.

Enfin, il fallait choisir un environnement de travail approprié. Il est préférable d’opter pour un local assez sombre (sans fenêtre) où la lumière ambiante est tamisée et constante. L’espace doit également être propre et exempt de poussière (Recueil, p.12). On dispose ensuite l’équipement en s’assurant de bien éclairer la surface de numérisation.

La démarche

Avant d’entamer le processus d’acquisition des images, il faut ajuster les paramètres de l’appareil photo. Il y a au moins quatre facteurs à prendre en considération: l’exposition, la balance des blancs, la netteté (mise au point) et le format d’enregistrement. L’exposition est influencée par trois paramètres: la sensibilité du capteur (ISO), l’ouverture du diaphragme et la vitesse d’obturation. Dans le cadre du projet, selon la suggestion du photographe François Lafrance, j’ai utilisé une ouverture de f/8, une vitesse de 1/100 et une sensibilité ISO de 100. Ces paramètres ne sont présentés ici qu’à titre indicatif et il peut être nécessaire de les ajuster selon la quantité de lumière disponible. L’important est d’avoir une image nette et bien exposée. J’ai également ajusté la balance des blancs en utilisant l’outil de EOS Utility et la charte des couleurs (cette étape fut effectuée au début de chaque séance de numérisation). Enfin, j’ai réglé les paramètres d’enregistrement dans un format RAW (CR2).

On peut maintenant procéder à la photographie des manuscrits. Il faut d’abord positionner le document sur la surface de numérisation. Il est important de bien le mettre à plat lorsque l’état du document le permet. Autrement dit, on doit respecter le manuscrit, sa préservation ayant priorité sur la qualité du fichier. On effectue ensuite le cadrage de l’image à l’aide de la ‘visée par l’écran’ du logiciel d’acquisition. J’ai affiché les grilles et les repères afin de m’aider à centrer le document. Il est conseillé de garder une marge minimum de 1 cm tout autour du manuscrit et de s’assurer que la charte des couleurs soit visible dans son entièreté. Il ne reste plus qu’à effectuer la mise au point et appuyer sur le déclencheur. Tous les documents ont été numérisés dans leur intégralité (recto et verso), même lorsque les pages ne contenaient aucun texte. Les fichiers ont été enregistrés sur un disque dur externe en prenant soin de les classer dans des dossiers bien identifiés.

Les fichiers (CR2) obtenus doivent ensuite être traités. Il fallait d’abord les convertir dans un format RAW universel (DNG) à l’aide du logiciel Adobe Digital Negative Converter. J’ai par la suite effectué quelques traitements à l’aide de Camera Raw(extension dePhotoshop). Pour chacune des images, j’ai effectué les traitements suivants: la balance des blancs, l’exposition et la correction de la déformation optique. J’ai ensuite ouvert le document dans l’interface de Photoshop et ajouté l’étiquette pour identifier le manuscrit. Toutes les images ont été enregistrées en format TIFF non compressé. Bien que je n’aie effectué aucun traitement de couleur (l’équipement à ma disposition ne me permettait pas de calibrer les appareils), j’ai pris soin de traiter et enregistrer les images dans l’espace colorimétrique recommandé dans le Recueil de règles de numérisation, soit Adobe RGB 1998 (p.11). Puisque la charte de couleur se retrouve sur chaque image, un tel traitement pourra être effectué a posteriori.

Des documents fragiles et précieux: les défis rencontrés

Pendant le processus de numérisation, j’ai rencontré des documents particuliers qui furent plus difficiles à numériser. Puisque l’intégrité et la préservation des archives ont priorité sur les copies numériques, les solutions devaient éviter toute altération du document original.

Correspondance Frédéric-Voltaire, f.1.

Le premier défi fut la numérisation d’un document qui avait été collé avec du ruban adhésif. Le ruban empêchait non seulement une bonne mise à plat, mais camouflait également une ligne de texte. Enlever le ruban adhésif aurait fortement endommagé le manuscrit. Après plusieurs discussions au sein de l’équipe et selon la suggestion du propriétaire, Pr. Southam, j’ai coupé une petite partie du ruban adhésif. Heureusement, cette manipulation a pu se faire sans altérer le document original.

Correspondance Decroze-Voltaire.

Le deuxième défi fut d’assurer une bonne mise à plat de documents pliés plusieurs fois. A la demande du propriétaire, j’ai aplati les documents en les compressant entre deux livres lourds. Ils ont ensuite été remis au propriétaire dans cet état (sans les replier) à la demande de celui-ci.

Vers de Voltaire.

Le troisième défi fut de photographier un manuscrit de très grande taille (41×78 cm). Le trépied de Pr. Southam ne me permettait pas de reculer suffisamment l’appareil pour capter le document dans son ensemble. J’ai d’abord essayé de procéder à main levée, mais l’instabilité et le manque d’éclairage rendaient l’exercice très difficile. J’ai donc utilisé un autre trépied que j’ai fabriqué avec mon père pendant mes vacances. Celui-ci me donnait une plus grande marge de manœuvre et me permettait d’éloigner davantage l’appareil du sujet à photographier. Enfin, pour assurer une bonne visibilité du texte dans l’image, j’ai également photographié le manuscrit en plus petites sections en suivant le sens de lecture.

Théâtre de Voltaire, t.1.

Le dernier défi, et non le moindre, fut la numérisation d’un document relié de 250 pages. La manipulation de ce document était très délicate et il était impossible de faire une mise à plat complète sans briser sa reliure. Une étudiante à la maîtrise en littérature de l’Université de Sherbrooke, Frédérika Jean, est donc venue m’aider. Elle tenait le document ouvert pendant que je prenais la photo. Pour faciliter le processus, le recto de toutes les pages a été photographié dans un premier temps et le verso dans un second temps.

Au cours de l’été, j’ai eu la chance de découvrir une collection exceptionnelle de manuscrits voltairiens. La numérisation de celle-ci permettra, à long terme, de faciliter son analyse et sa diffusion. Ce court article n’a pas la prétention de s’imposer comme outil de référence pour toute entreprise de numérisation. Il vise plutôt à conserver la mémoire technique et méthodologique de cette expérience en décrivant avec précision et transparence les étapes qui ont mené à la création des fichiers numériques de la collection Lambert-David. Cette expérience démontre bien qu’en combinant les efforts et les ressources de plusieurs intervenants, il est possible d’installer un espace de travail à la fois efficace et économique.

Espace de travail.

Je terminerai en remerciant toute l’équipe du ‘projet Voltaire’, Pr. Peter Southam, Dr Gillian Pink de la Voltaire Foundation, Pr. Louise Bienvenue, Pr. Nicholas Dion, Pr. Anick Lessard et M. Rock Blanchard, doyenne et directeur administratif de la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Sherbrooke, ainsi que tous les collaborateurs ayant participé de près ou de loin au projet. Un merci spécial à François Lafrance, Yvon Blouin – mon père, et Frédérika Jean pour leur aide précieuse. Cette expérience m’a non seulement permis de perfectionner mes compétences en numérisation d’archives, mais également d’en apprendre davantage sur un personnage et une période de l’histoire que je connaissais trop peu. Je peux maintenant presque dire que j’ai passé un été en compagnie de l’un des philosophes des Lumières les plus célèbres: Voltaire!

Une pièce d’équipement fabriquée sur mesure

Le trépied du Pr. Peter Southam fut adéquat pour l’ensemble du projet. Cependant, la hauteur maximale du trépied ne permettait pas de photographier les documents de très grande taille. La numérisation d’un seul document ne justifiait pas l’achat d’un nouveau trépied ou d’un nouvel objectif. Pendant mes vacances, mon père et moi avons entrepris de confectionner un autre support. Après avoir pris connaissance de mes besoins, mon père, un homme très ingénieux et talentueux, a été en mesure de fabriquer un trépied horizontal à l’aide d’objets recyclés. Nous y trouvons, entre autres, deux bâtons de hockey, un vieux trépied trouvé dans une vente à débarras, un ancien poteau de tente, une équerre combinée sans sa règle ainsi que différents éléments issus d’objets amassés au fil des années. Le tout a ensuite été peint afin de le rendre plus uniforme. Ce nouveau prototype de trépied horizontal permet d’éloigner suffisamment l’appareil photo du sujet photographié afin de numériser des documents de grande taille dans leur entièreté. De surcroît, il est facilement démontable et ajustable. Le résultat est pratique, économique et écologique!

Sonia Blouin

Le support fabriqué.

* Marie-Chantal Anctil, Michel Legendre, Tristan Müller, Dominique Maillet, Kathleen Brosseau et Louise Renaud, Recueil de règles de numérisation [en ligne] (Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Bibliothèque nationale de France, Musée canadien de l’histoire, 2014), sur le site Bibliothèque et Archives nationales du Québec, http://collections.banq.qc.ca/bitstream/52327/2426216/1/4671601.pdf, consulté le 10 août 2022.

Voltaire à Sherbrooke: l’histoire de la collection Lambert-David

En mai 2021, on m’a approchée pour procéder à la numérisation d’une collection d’archives pour le ‘projet Voltaire’. Malgré le nom très révélateur, j’étais loin de me douter qu’il s’agissait d’un ensemble de manuscrits voltairiens comprenant quelques documents ‘inédits’. C’est lorsque j’ai consulté la première série de correspondance et aperçu le sceau de Voltaire que j’ai réalisé la valeur archivistique exceptionnelle de cette collection ainsi que la chance incroyable que j’avais d’y avoir accès. Le fait est que j’habite dans la ville de Sherbrooke au Québec, très loin du lieu où a résidé Voltaire. La première question me venant à l’esprit est: comment ces documents sont-ils arrivés jusqu’ici? Je me suis entretenue avec le propriétaire de la collection, le professeur Peter Southam de l’Université de Sherbrooke, pour en apprendre davantage sur l’histoire de la collection.

Sonia Blouin: Bonjour Pr. Southam, j’aimerais bien comprendre comment des manuscrits voltairiens sont-ils arrivés au Québec. Autrement dit, qui a assemblé la collection et comment est-elle parvenue jusqu’à vous?

P.S.: La collection a été assemblée par quatre générations de la famille de ma mère, Jacqueline Lambert-David, propriétaire du château de Ferney de 1848 à 1999. Mais pour comprendre l’origine de la collection, il faut remonter un peu plus loin…

Voltaire est décédé à Paris dans l’hôtel particulier de son proche ami, le marquis de Villette. Ce dernier a subséquemment acquis de Madame Denis la propriété de Ferney, château de Voltaire. Il avait conservé le cœur de Voltaire et le déposa dans un sanctuaire faisant partie d’une sorte de petit musée à la mémoire du philosophe qu’il avait aménagé dans le ‘Grand Salon’ et dans la chambre de Voltaire, au rez-de-chaussée du château. Depuis ce temps, le château est demeuré un lieu de mémoire visité par le public de façon régulière. Le marquis de Villette ne reste pas propriétaire du domaine très longtemps, mais ceux qui lui ont succédé à ce titre ont tenu à maintenir la tradition commémorative qu’il avait inaugurée. Le comte Jacques-Louis de Budé, qui acquit les lieux en 1785 et qui demeura propriétaire jusqu’à sa mort en 1844, a continué cette tradition en laissant le public visiter l’endroit pendant 60 ans. Durant les premières années de sa résidence à Ferney, ce dernier était en contact permanent avec l’ancien secrétaire de Voltaire, Jean-Louis Wagnière, qui fut élu à la mairie de Ferney en 1792 et qui résida au village jusqu’à sa mort en 1802. Wagnière avait gardé un grand nombre de manuscrits de son ancien maître. Comme plusieurs de ces manuscrits étaient clairement d’intérêt local, mettant en scène des personnages du pays de Gex encore vivants à cette époque, il n’est pas étonnant que Budé s’y soit intéressé. Un exemple serait la correspondance entre Voltaire et Louis Gaspard Fabry, subdélégué de l’intendant de Bourgogne et maire de Gex, concernant la terre de Ferney et plus généralement les affaires du pays de Gex. Par la suite, comme il était coutume quand un domaine changeait de mains que des papiers ayant trait à la propriété soient transférés en même temps, c’est probablement ainsi que mon ancêtre Claude-Marie David est entré en possession de certains manuscrits voltairiens lorsqu’il acheta le château de la succession de Jacques-Louis de Budé en 1848.

Lettre de Voltaire à Louis Gaspard Fabry, f.2v (D8607).

La collection d’archives voltairiennes fut par la suite développée par la fille et le gendre de Claude-Marie David, soit Hortense David et son mari le sculpteur Emile Lambert. En 1884, par l’entremise du libraire et archiviste-paléographe Etienne Charavay, ils ont acquis une quantité de correspondances de Voltaire appartenant à la collection du chimiste, industriel et grand collectionneur d’autographes, Augustin-Pierre Dubrunfaut (1797-1881). Il n’est pas sans rapport, qu’Emile Lambert travaillait à cette époque sur la statue ‘Voltaire à vingt-cinq ans’, une statue qui sera inaugurée en 1887 dans la cour d’honneur de la mairie du 9e arrondissement, à Paris. Le couple fit également l’acquisition de plusieurs autres manuscrits voltairiens datant d’avant et d’après l’établissement de Voltaire à Ferney.

De ma connaissance, mes grands-parents Pierre et Suzanne Lambert-David, qui se sont occupés de la collection après le décès d’Hortense en 1916, n’y ont pas ajouté de façon significative. La collection est demeurée non inventoriée, et dans un état plutôt désordonné jusqu’à ce que ma mère, Jacqueline Lambert-David, la prenne en charge à son tour au moment du décès de ma grand-mère en 1968. Jacqueline était passionnée de Voltaire et de l’histoire de Ferney. Elle était aussi une proche amie de certaines descendantes de Jacques-Louis de Budé. C’est par cette connexion qu’elle a acquis, dans les années 1950, un intéressant ensemble de manuscrits concernant un différend entre l’horloger Ambroise Decroze et le curé de Moëns, Phillip Ancien, auquel Voltaire s’était mêlé. Jacqueline avait épousé un Canadien pendant la Guerre et Ottawa est demeuré son principal lieu de résidence par la suite. Puisqu’elle ne passait pas plus qu’un mois ou deux par année à Ferney, la collection a petit à petit pris le chemin du Canada à mesure qu’elle entreprit de l’organiser, de l’étudier et de l’inventorier. Quelques années avant son décès en 1998, elle m’avait demandé de l’aider à assurer la conservation de la collection. C’est donc au cours des années 1990 que j’ai pris le relais et apporté la collection chez moi près de la ville de Sherbrooke au Québec.

S.B.: Ce récit démontre bien que votre famille avait un intérêt pour l’histoire de Voltaire et de Ferney…

P.S.: A part le fait d’habiter sa maison, une autre condition explique le vif intérêt de ma famille pour Voltaire. Pour comprendre, il faut se rappeler que le dernier combat de la vie du philosophe, mené à partir de 1770 jusqu’à sa mort en 1778, fut sa lutte pour l’émancipation des serfs du Jura. Le servage avait disparu partout ailleurs en France sauf dans le Jura, où les ‘hommes plantes’, comme Voltaire les appelait, sont demeurés sujets au droit de mainmorte jusqu’à la Révolution. Or Claude-Marie David ainsi que sa femme Hélène Bavoux sont nés de familles de paysans mainmortables du Haut-Jura et leur révérence pour la mémoire de Voltaire est en grande mesure attribuable à cet héritage.

Claude-Marie David, fils d’un paysan horloger réputé illettré, est né en 1799 dans le village de Lajoux, situé en haute montagne à seulement 35 km de Ferney. Dès l’âge de seize ans, il rejoint ses frères ainés travaillant à Genève dans l’horlogerie. Installé à Paris comme marchand lapidaire à partir de 1828, il pressent le grand essor de la production de montres qui nécessite la production de millions de contre-pivots en rubis. En prévision de cette nouvelle demande, il entreprit, en 1840, dans son village natal de Lajoux, la construction de la première usine lapidaire du Jura, dédiée à la production de pierres horlogères. Huit ans plus tard, sa vénération pour Voltaire a certainement compté dans sa décision d’acheter le château de Ferney. En juin 1854, il acheta de la famille de Budé les meubles, tableaux et effets mobiliers qui, du temps de Voltaire, garnissaient sa chambre et son salon, et il ouvrit ces pièces à la visite. A l’occasion du centenaire de la mort du philosophe, il fit ériger à ses frais le buste de Voltaire, d’après Jean-Antoine Houdon, sur la fontaine de la place principale du village, suscitant une polémique entre milieux ecclésiastiques et anticléricaux. En 1890, la même polémique fit rage quand Emile Lambert a offert ‘Le Patriarche de Ferney’ à la commune de Ferney. Cette statue en bronze qui trône aujourd’hui devant la mairie, fait pendant à la statue ‘Voltaire à vingt-cinq ans’, inaugurée trois ans plus tôt dans le 9e arrondissement de Paris. Au fond, il allait de soi qu’une famille aussi attachée à Voltaire s’intéresse à collectionner ses manuscrits.

S.B.: Depuis quand vous êtes-vous plus particulièrement penché sur les documents?

P.S.: Les documents sont en ma possession depuis les années 1990, mais à l’époque j’étais trop occupé pour y prêter attention. Je ne m’y suis penché que relativement récemment, car j’avais l’impression que tout ce que cette collection contenait d’intéressant avait déjà été publié. En effet, dans les années 1950, mes grands-parents avaient ouvert leur collection de manuscrits voltairiens à Theodore Besterman, le principal spécialiste de Voltaire de l’époque, qui dirigeait l’Institut et Musée Voltaire à Genève. Quand je me suis mis à examiner la collection plus attentivement, je me suis rendu compte que Besterman n’avait certainement pas tout vu. Par exemple, à la page 171 du volume XCIX de la première édition de son Voltaire’s Correspondance (Institut et Musée Voltaire, Les Délices, 1964),Besterman identifie 65 manuscrits appartenant au ‘défunt’ Pierre Lambert (mon grand-père est mort en 1961 à l’âge de 98 ans) alors que j’ai moi-même inventorié 119 lettres de Voltaire ou adressées à lui. Comment expliquer cette disparité?

Avant de répondre à cette question, il est important de souligner qu’une importante partie de ce que nous connaissons de la correspondance de Voltaire est fondée, non pas sur des originaux, mais sur des copies d’originaux. Je ne suis pas suffisamment spécialiste pour distinguer avec certitude les uns des autres, mais je sais que les copies sont particulièrement importantes quand les originaux ont disparu. Il me semble donc que Besterman aurait dû noter l’existence de lettres de la correspondance de Voltaire même s’il s’agissait de copies. Mon hypothèse concernant la disparité entre l’inventaire de Besterman et le mien est que mes grands-parents ne lui auraient tout simplement pas tout montré.

S.B.: Pouvez-vous nous parler de vos découvertes? Que retrouve-t-on dans la collection?

P.S.: La collection comprend d’abord de la correspondance (119 lettres) et 48 poèmes: certains de Voltaire et certains sur Voltaire ou satirisantce dernier. La collection comprend aussi deux ensembles de manuscrits voltairiens particulièrement intéressants. Premièrement, des manuscrits de divers passages de son Histoire de la guerre de 1741, totalisant 169 pages. Pour des raisons d’Etat, à l’exception de quelques extraits dans son Précis du siècle de Louis XV, ce livre ne fut pas publié de son vivant.

Le Temple de l’amitié, f.1.

Un deuxième ensemble particulièrement intéressant est le dossier que ma mère avait acquis de la famille de Budé, dans les années 1950, concernant la campagne menée par Voltaire en 1761 réclamant justice pour l’horloger Ambroise Decroze dont le fils avait été sauvagement battu par les hommes de main de Philippe Ancien, curé de Moëns (un village avoisinant Ferney). Cette ‘affaire’, en dépit de son rayonnement purement local, est particulièrement intéressante, car elle annonce le Voltaire de l’affaire Calas, précurseur de l’intellectuel moderne. Enfin, la collection regroupe une diversité d’autres manuscrits. On y trouve, entre autres, un manuscrit de 243 pages, Extrait des œuvres de Voltaire, de Jean-Pierre Lebreton.

Les quatre générations qui ont contribué au développement de cette collection cherchaient en priorité à rassembler des documents concernant Ferney et le pays de Gex. Par exemple, la correspondance suivie avec le subdélégué de l’intendant de Bourgogne, Louis Caspar Fabry – le représentant du pouvoir royal dans le Pays de Gex – traitant de projets d’assèchement des marais et de modernisation des pratiques agricoles. C’est le cas aussi des lettres aux marquis d’Ossun et autres représentants de la France à l’étranger qui avaient pour objet de mousser la vente des montres fabriquées à Ferney, dans la nouvelle manufacture ouverte par l’initiative de Voltaire.

Bon nombre de manuscrits traitent, par ailleurs, des années précédant l’installation de Voltaire à Ferney: les années passées à Cirey chez la marquise Du Châtelet et les relations entre Voltaire et Frédéric II de Prusse, y compris sa querelle avec le joaillier Abraham Hersch qui avait tant agacé Frédéric, et le fameux épisode de Francfort.

Quand je me suis rendu compte de l’intérêt de cette collection, j’ai compris qu’il fallait qu’elle soit mise à la disposition de la communauté scientifique et du public en général. Pour savoir comment procéder, j’ai contacté la personne que je voyais comme la plus apte à me conseiller, soit le directeur de la Voltaire Foundation d’Oxford, Nicholas Cronk. C’est comme cela que notre projet a vu le jour.

S.B.: Maintenant que les documents sont numérisés, quelles sont les prochaines étapes?
Extrait des œuvres de Voltaire par Lebreton.

P.S.: Grâce à votre travail de numérisation à haut niveau de résolution, la Voltaire Foundation (VF) détient maintenant ce qu’il lui faut pour éventuellement mettre la collection en ligne. D’après ce que je comprends, la VF est sur le point de compléter la publication de l’édition critique de l’ensemble de l’œuvre de Voltaire. Elle envisageait déjà, comme prochaine étape, la mise en ligne de manuscrits. La collection Lambert-David arrive donc, de façon providentielle, comme une sorte de projet-pilote. Il restera maintenant à Gillian Pink et à l’équipe de la VF d’entreprendre la lourde tâche de classification et de corrélation entre le contenu de cette collection et le corpus voltairien déjà connu. Finiront-ils par mettre l’ensemble de la collection en ligne ou seulement certaines parties? Il faudra que j’attende l’aboutissement du projet avant de décider définitivement de la suite.

Entre-temps, je travaille avec des collègues de l’Université de Sherbrooke à monter une exposition, prévue pour les premiers mois de 2022 au Centre d’Archives Mgr-Antoine-Racine à Sherbrooke, mettant en lumière cette collection et explorant l’influence de Voltaire au Québec et au Canada français. Ce dernier thème m’intéresse tout particulièrement et j’envisage en conséquence de laisser la collection à un centre d’archives du Québec. Je suis sûr que ma mère, qui a organisé les conférences ‘Demi-heure française’ à Ottawa dans les années 1960, serait en accord.

 – Sonia Blouin

Jean Guéguinou (1941-2021)

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Jean Guéguinou, ambassadeur de France à Londres de 1993 à 1998. Lors de sa visite à la Maison Française d’Oxford en 1994, année du tricentenaire de la naissance de Voltaire, il nous avait fait l’honneur et le plaisir d’inaugurer les nouveaux bureaux de la Voltaire Foundation. Comme le rappelle la nécrologie parue dans Le Monde du 25 juin 2021, il était ‘convaincu que le rayonnement de la culture française à l’étranger fait partie de la diplomatie’: nous nous souvenons de lui avec amitié et reconnaissance.

Plaque à la Voltaire Foundation, Université d’Oxford.

Enfin Moland vint ou comment reprendre le flambeau

La première partie de cette notice, ‘Moland avant Voltaire’, peut se lire ici.

2. Moland et Voltaire

Portrait de Louis Moland dans H. Carnoy, Dictionnaire biographique des hommes du Nord, I. Les contemporains (Paris, 1894), p.134. (artiste inconnu)

Commençons par dire qu’en l’état présent de nos connaissances nous ne savons rien de concret concernant la genèse de l’édition des Œuvres complètes de Voltaire, ni si Moland lui-même en était l’initiateur. Le prospectus initial, qui annonce une édition d’environ quarante-cinq volumes in-8o cavalier, attire surtout l’attention du lecteur sur le fait que ‘Ceux qui voulaient placer les Œuvres de Voltaire à côté des belles éditions de nos grands écrivains, qui se multiplient de toutes parts, ne trouvaient aucune édition qui pût les satisfaire. C’est cette lacune que nous entreprenons de combler.’ D’une part, il se peut que les Garnier aient tout simplement subodoré un créneau béant dans un marché lucratif; d’autre part – cas de figure peut-être plus probable – il se peut que Moland ait plaidé la cause d’une édition selon ses propres critères d’excellence qui pût en effet profiter des résultats des recherches entreprises – sur une période d’une quarantaine d’années – depuis l’époque de l’édition Beuchot. Ce même prospectus pourrait très bien porter la trace de sa propre plume: ‘Publiée sous la direction de M. Louis Moland, la nouvelle édition de Voltaire [présentée en tête du prospectus comme étant ‘conforme pour le texte à l’édition de Beuchot’] sera la plus complète de toutes, celle qui présentera un plus remarquable ensemble de notices, de commentaires et de travaux accessoires: études biographiques et bibliographiques, table générale analytique, enfin ce que les lecteurs sont accoutumés de trouver dans nos grandes éditions modernes. Le nom de l’éditeur si considéré des Œuvres de Molière, de La Fontaine, de Racine, de Rabelais, etc., suffit à garantir que notre édition ne laissera rien à désirer sous le rapport littéraire.’

Le nom de Beuchot dans ce contexte, comme inspirateur, n’a rien d’étonnant: de toutes les éditions de Voltaire, parues depuis la grande édition de Kehl, il n’y avait que la sienne qui pût satisfaire un critique comme Moland dont les préférences éditoriales étaient évidemment panoramiques. Si pour les uns, intellectuellement ou culturellement peu exigeants, les 72 volumes de Beuchot étaient un capharnaüm indigeste, pour d’autres – dont évidemment Moland – ils constituaient un véritable coffre aux trésors. Son édition à lui sera donc, qu’il l’ait dit ouvertement ou non, un hommage à un éditeur dont il admirait l’engagement indéfectible, et qu’il tenait à mettre à jour de la manière la plus efficace possible. L’édition de base sera donc celle de Beuchot, complétée de diverses manières par un Moland que l’on peut qualifier de disciple.

Voltaire. (estampe: Gallica, BnF)

A comparer les deux, nous ne discernons que peu d’innovations du côté de celui qui reprend un flambeau si brillamment porté en 1828-1833, car même si Moland arrive à ajouter au dossier Voltaire de nombreuses pièces inédites aussi importantes qu’éclairantes, même s’il arrive à ajouter par-ci par-là (au niveau des variantes et des notes) des compléments d’information essentiels, même s’il arrive à rédiger lui-même des introductions liminaires à une multitude de textes de toutes sortes, il ne s’écartera nullement de la marche de son modèle. Bref, il ne fait que l’actualiser de manière intelligente tout en y mettant son sceau personnel.

Comment illustrer cette affirmation? Elle se recommande à nous, comme un phénomène incontournable, dès le premier tome chez l’un comme chez l’autre. Dans sa Préface générale (t.1, p.[i]-xxxviii), Beuchot, conscient du fait que son édition à lui est infiniment plus scientifique que celles qui l’ont précédée, en conclut qu’elle sera donc infiniment plus utile qu’elles. Il s’applique donc, à l’exclusion de toute autre considération, à la situer comme l’apogée d’une longue lignée d’éditions de toutes sortes (dont évidemment il nous propose l’historique circonstanciée) et non point à nous proposer une explication raisonnée des dispositions internes de la sienne. Il nous propose comme qui dirait une explication éclatée: ‘comme j’ai mis, en tête de chaque division ou de chaque ouvrage ou opuscule, des préfaces ou notes, dans lesquelles je donne les explications que j’ai jugées nécessaires, je n’ai point à en parler ici’ (t.1, p.xxxi-xxxii). Les raison de son classement des parties intégrantes des Œuvres complètes ne sont donc pas immédiatement évidents. Moland, par contre, dans sa propre Préface générale (t.1, p.[i]-vii) tient d’emblée à donner, comme entrée en matière, ‘quelques explications sur le plan et sur l’économie de cette nouvelle édition […], tel est l’objet de cette préface’ (t.1, p.[i]). Dans dix paragraphes qui se tiennent, il définit et justifie ce qu’on peut appeler l’architecture interne de l’édition, laquelle n’est à tout prendre qu’un véhicule à proposer (quoique grossièrement) une présentation chronologique de la production voltairienne … aveu que fait Moland, de manière à éviter la controverse, en écrivant dans son Introduction au théâtre de Voltaire (t.2, p.[i]): ‘La présente édition commence, conformément à un usage traditionnel, par le théâtre. Cet usage ne tient aucunement, comme on l’a dit, à l’espèce de préséance qu’on accordait à la poésie sur la prose. Mais c’est qu’il est bon que, dans la suite des œuvres complètes, l’auteur apparaisse successivement tel qu’il s’est montré à ses contemporains, et que l’on assiste autant que possible au développement graduel de son esprit. […] Sous quel aspect se révèle d’abord Voltaire? Il se révèle d’abord comme poète dramatique et comme poète épique’ (p.[i]). D’où, par la suite, apparemment selon les avatars successifs de son personnage (mais en même temps selon une échelle de valeurs esthétiques bien connue, propre à ne pas froisser les tenants de l’école néo-classique), son classement ‘logique’ (Préface générale, p.ii-iii) en tant qu’historien, philosophe, romancier, nouvelliste et conteur, pour aboutir enfin à l’auteur des pamphlets qu’il nommait lui-même ses ‘élucubrations’, ‘petits pâtés chauds’, ‘rogatons’ ou ‘fromages’. C’est ainsi que Moland, à la différence de Beuchot, se met immédiatement au diapason de son lecteur qui est avide de comprendre quel est le ‘fil d’Ariane’ qui doit le mener à une meilleure compréhension de l’auteur et non moins à cette confiance indispensable qui doit s’instaurer entre éditeur et lecteur.

Or si, toutefois, j’ai plus haut caractérisé Moland de disciple de Beuchot, c’est que je m’intéresse tout particulièrement à certaines innovations vraiment révolutionnaires, faites par ce dernier, qui devaient être entérinées de tout cœur par ce premier. Comment, en effet, en tant que membre de l’équipe éditoriale que je suis, recruté il y a bien longtemps par Theodore Besterman pour aider à échafauder une édition à la fois synchronique et diachronique, présentée comme inédite, pouvais-je rester insensible devant une telle approche, évidemment inattendue, chez un éditeur du XIXe siècle? La présentation de textes de manière chronologique n’était en aucune façon pour Beuchot terra incognita. En vérité il s’y aventura délibérément quand il jugeait le procédé utile et éclairant. S’intéressant depuis longtemps aux éditions modernes de Voltaire (voir sa Préface générale, t.1, p.[i]-xxxviii), il n’ignorait pas que, dans l’édition Dalibon (1824-1832), Jean Clogenson avait décidé de classer toutes les lettres de Voltaire (LXVIII-XCV) de façon chronologique, ‘sans distinction des personnes à qui ou par qui elles sont écrites, c’est-à-dire sans les subdivisions de correspondances particulières établies dans les éditions de Kehl, et conservées depuis’ (t.1, p.xxvi et xxxi). Disposition qu’il adopta lui-même quelques années plus tard dans sa propre édition (LI-LXX).

Theodore Deodatus Nathaniel Besterman (1904-1976). (Studio Harcourt, Paris)

Mais Beuchot ne s’arrêta pas là. Il décida d’extrapoler cette méthodologie vers une multitude d’autres écrits qu’il intitule Mélanges (XXXVII-L). Si, dans sa Préface du volume 37, il annonce tout simplement la publication de cette masse par ordre chronologique, ce n’est que dans sa Préface générale qu’il s’en était expliqué: les sections discrètes, intitulées dans les éditions de Kehl et leurs imitations Mélanges historiques, Politique et Législation, Philosophie, Physique Dialogues, Facéties, Mélanges littéraires, devaient être classées ‘sous le titre de Mélanges, dans l’ordre chronologique, sans distinction de genre ni de matière’. Et de se justifier: ‘La classification que j’ai adoptée fait suivre au lecteur la marche de l’esprit de Voltaire. En commençant l’édition, je craignais d’être obligé de justifier longuement cette disposition; cela est superflu aujourd’hui, qu’elle a eu la sanction d’un grand nombre de personnes’ (t.1, p.xxxi). Non pas contre toute attente, Moland reprit le flambeau: ‘L’ordre chronologique donne seul une idée juste des travaux de cette existence extraordinaire, de leur multiplicité et de leur variété. […] C’est en mettant chaque œuvre à sa date qu’on permet au lecteur de se rendre compte à peu près de la marche suivie par le chef des philosophes, de voir ses prudents détours, ses diversions habiles, de deviner sa tactique […]. L’intérêt de certains morceaux augmente ainsi par juxtaposition et par contraste’ (t.1, p.iii). La seule différence que l’on puisse remarquer entre les deux érudits, ce sont des différences d’opinion sur la date de composition de tel ou tel écrit, car l’ordre de leurs tables chronologiques de la totalité des écrits de Voltaire (Beuchot, t.70, p.498-519; Moland, t.1, p.525-42), reflète l’ordre de leur publication de part et d’autre. Mais c’est l’existence même de ces tables qui autorise une question capitale: serait-on, par voie de conséquence, en droit de soupçonner qu’ils auraient pu découvrir, bien avant William Barber et Owen Taylor, les vertus d’une édition des Œuvres complètes entièrement chronologique?

L’Inspiration de l’artiste (c.1761-1773), par Jean-Honoré Fragonard. (The Metropolitan Museum of Art)

M’étant penché sur les travaux de Moland, j’admire sa constante fidélité à une conception très ardue de son rôle d’éditeur et d’érudit. Mais il y a un autre aspect de son portrait qui séduit sur le plan humain: c’est sa générosité d’esprit. Déjà le 13 juillet 1863, Sainte-Beuve lui reconnaissait la même qualité. Répétons-en l’essentiel: ‘M. Moland est […] le contraire de ces critiques dédaigneux qui incorporent et s’approprient sur le sujet qu’ils traitent tout ce qu’ils rencontrent et évitent de nommer leurs devanciers [et] dont le premier soin est de lever après eux l’échelle par laquelle ils sont montés’ (Nouveaux Lundis, t.5, p.274-75). En rendant constamment hommage aux efforts et aux découvertes de ses devanciers et de ses contemporains, qu’il nomme chaque fois sans faute, il prouve à l’évidence, quant à moi, qu’il était conscient du fait que le monument à Voltaire qu’il érigeait en 52 volumes était le fruit d’un travail collaboratif. En quoi n’est-il pas notre semblable et notre frère? Car, arrivés enfin au terme de tous les efforts consentis depuis cinquante ans pour donner vie à cette édition qui concrétise le rêve de Theodore Besterman, il me semble que, dignes successeurs de Moland, nous avons tous à notre tour érigé un monument, non seulement à l’érudition la plus pointue, mais aussi aux ressources inépuisables du travail en équipe qui a été bien mené et bien encadré.

John Renwick, Professeur émérite, University of Edinburgh

Enfin Moland vint ou comment reprendre le flambeau

1. Moland avant Voltaire

Louis-Emile-Dieudonné Moland (1824-1899) ne fut nullement destiné à devenir le troisième volet de ce triptyque si bien connu des dix-huitiémistes: Kehl, Beuchot, Moland. Son père, descendant d’une famille de magistrats, juge au tribunal de Saint-Omer, entendait qu’il suive la même carrière. Ses études au lycée de Douai terminées, il monta donc à Paris pour y faire son Droit. Reçu licencié en août 1846, il prêta serment comme avocat à la Cour d’Appel de Paris (26 novembre 1846), fit même son stage … puis se désintéressa totalement de la carrière qu’on avait voulu lui imposer. L’attrait des recherches historiques et de la composition littéraire s’était avéré irrésistible.

Louis Moland

Portrait de Louis Moland dans H. Carnoy, Dictionnaire biographique des hommes du Nord, I. Les contemporains (Paris, 1894), p.134. (Artiste inconnu)

De 1851 à 1862, il devait en fait se faire avantageusement connaître comme spécialiste … du Moyen Age (témoins, par exemple, Peuple et roi au XIIIe siècle, 1851; Nouvelles françaises en prose du XIIIe siècle, 1856; Nouvelles françaises en prose du XIVe siècle, 1858; Origines littéraires de la France, 1862). Fait digne de remarque: c’est l’illustre critique Sainte-Beuve qui, dès 1861, avait porté des jugements remarquables sur ses talents de critique dans l’introduction qu’il rédigea pour Les Poëtes français. Recueil des chefs-d’œuvre de la poésie française depuis les origines jusqu’à nos jours (Paris, Gide, 1861-1863, 4 vols). Confronté aux nombreuses notices que Moland avait rédigées pour les XIIe, XIIIe et XIVe siècles, il ne lésina pas sur ses louanges. Ayant évoqué ‘la plume docte et sûre de M. Moland’, il poursuit sur sa lancée en ajoutant: ‘Ses exposés précis, lumineux, sont plus que des notices: ce sont d’excellents chapitres d’une histoire littéraire qui est encore toute neuve’ (t.1, p.x). Quoique le médiéviste ait eu pour compagnons dans la confection de ce volume Anatole de Montaiglon et Charles d’Héricault, il est évident que Sainte-Beuve lui attribuait (avec raison) la part du lion. Voilà pourquoi le jugement suivant est particulièrement éloquent: ‘Il s’est créé depuis une douzaine d’années une jeune école d’érudits laborieux, appliqués, ardents, enthousiastes, qui se sont mis à fouiller, à défricher tous les cantons de notre ancienne littérature, à en creuser tous les replis, à rentrer jusque dans les portions les plus explorées et censées les plus connues, pour en extraire les moindres filons non encore exploités. Cette jeune école de travailleurs, plus épris de l’étude et de l’honneur que du profit, s’était groupée autour de l’estimable éditeur M. Jannet, dont la Bibliothèque elzévirienne restera comme un monument de cet effort de régénération littéraire érudite’ (p.x-xi).

Louis Moland, Origines littéraires de la France

Louis Moland, Origines littéraires de la France. (University of Michigan)

Or, ce fut en 1862, malgré ce succès indéniable, que Moland décida de changer de cap, faisant publier chez Garnier Frères (1863) les deux premiers volumes des Œuvres complètes de Molière dans une nouvelle édition revue, annotée et précédée d’une introduction. C’est pour la deuxième fois que le public français assista à l’apparition d’un éditeur de textes talentueux. Entre-temps Sainte-Beuve n’avait pas changé d’avis. Séance tenante, dans ses Nouveaux Lundis, l’illustre critique détecta de nouveau chez lui, le lundi 13 juillet 1863, une originalité certaine doublée de talents et de qualités entièrement humains. Ecoutons-le: ‘Non content d’une large et riche Introduction, qui se poursuit et se renouvelle même en tête du second volume par une Etude sur la troupe de Molière, M. Moland fait précéder chaque comédie d’une Notice préliminaire, et il accompagne le texte de remarques de langue, de grammaire ou de goût, et de notes explicatives. Il s’est fait une règle fort sage, de ne jamais critiquer ni discuter les opinions des commentateurs qui l’ont précédé; cela irait trop loin: “Lorsqu’ils commettent des erreurs, dit-il, il suffit de les passer sous silence: lorsqu’ils ont bien exprimé une réflexion juste, nous nous en emparons.” Il s’en empare donc, mais en rapportant à chacun ce qui lui est dû. M. Moland est, en effet, le contraire de ces critiques dédaigneux qui incorporent et s’approprient sur le sujet qu’ils traitent tout ce qu’ils rencontrent et évitent de nommer leurs devanciers; qui affectent d’être de tout temps investis d’une science infuse et plénière, ne reconnaissant la devoir à personne […]. Lui, il ne s’arroge rien d’emblée; il est graduel pour ainsi dire, et laisse subsister les traces; il tient compte de tous ceux qui l’ont précédé et aidé; il les nomme, il les cite pour quelques phrases caractéristiques; il est plutôt trop indulgent pour quelques-uns. Enfin sa critique éclectique, au meilleur sens du mot, fait un choix dans tous les travaux antérieurs et y ajoute non seulement par la liaison qu’il établit entre eux, mais par des considérations justes et des aperçus fins qui ne sont qu’à lui’ (p.274-75). On y trouve déjà l’homme estimable qui, quatorze ans plus tard, se mettra à éditer Voltaire.

Mais évidemment, en 1863, son ‘apprentissage’ en tant qu’éditeur d’auteurs modernes n’est pas encore arrivé à son terme. Il a l’air d’ailleurs de se cantonner de préférence dans des époques qui ne sont pas celles des Lumières. En compagnie de Charles d’Héricault, il se lança dans une nouvelle aventure éditoriale avec La France guerrière, récits historiques d’après les chroniques et les mémoires de chaque siècle (1868, 1873, 1878, 1878-1885) mais où les éditeurs n’ont apparemment pas laissé leurs griffes. Le seul détail de l’Avant-propos, auquel il manque d’ailleurs une ou des signatures, et qui ait attiré mon attention, est le dédain – dédain typiquement Voltairien – réservé aux récits de bataille où foisonnent les vaines descriptions des mouvements de troupe et des détails d’une stratégie monotone. Exactement comme Voltaire ces deux auteurs, dont principalement peut-être Moland lui-même, adoptent une autre approche: ‘Il en est tout autrement, lorsqu’on voit les hommes dans l’action, avec les sentiments qui les animent, avec les mobiles et les passions qui les poussent, avec les formes successives que revêt, pour ainsi dire, l’héroïsme individuel ou collectif’ (p.ii).

Restant toujours bien loin du siècle de Voltaire, il s’était tourné en parallèle vers Brantôme dont il édita (1868) les Vies des dames illustres. Si l’introduction qu’il y signa (p.[i]-xxxviii) est frappée au coin de l’homme cultivé, versé dans l’histoire littéraire de France, nous ne pouvons réserver à ses notes explicatives, ou à son appareil critique, qu’un accueil moins positif: on y trouve un minimum d’éclaircissements de différentes sortes, parfois lapidaires et banales, moins souvent franchement utiles. Mais en gros l’impression qu’il nous laisse est celle d’une édition faite (peut-être selon les vœux des Frères Garnier), non pas pour des érudits, mais pour des honnêtes hommes. En somme, on dirait que – pour un critique capable de prestations beaucoup plus impressionnantes – cette édition représentait sans doute une commande qui ne l’intéressait que médiocrement. Par contre, il est évident que Moland redevenait pleinement lui-même quand il se trouvait à proximité du Moyen Age: ainsi son édition des Œuvres de Rabelais (1873, 2 vol.), qui avait mérité tous ses soins, est le comble de l’érudition: textes collationnés sur les éditions originales; vie de l’auteur d’après les documents les plus récemment découverts; le tout assorti de notes savantes.

Œuvres de Rabelais, éd. Moland

Œuvres de Rabelais, éd. Moland, Le Quart Livre, illustration de Gustave Doré. (Bibliothèque nationale de France)

A la maison Garnier Frères, il est évident que Louis Moland était un collaborateur fort estimé. Précédant de peu son Rabelais, il avait entrepris une édition des Œuvres oratoires de Bossuet (1872, 4 vol.), la présentant au public comme une ‘nouvelle édition […] améliorée et enrichie à l’aide des travaux les plus récents sur Bossuet et ses ouvrages’. Et de préciser qu’il s’agissait d’une ‘édition purgée des erreurs graves et des altérations importantes qui y ont été signalées’ car ‘il s’agissait de concilier le respect plus profond du texte de l’auteur et la fidélité plus scrupuleuse qu’on réclame’. Si donc, la plupart du temps – quand l’auteur l’intéressait – Moland était capable d’adopter les mêmes scrupuleuses approches critiques, assorties d’introductions et de commentaires totalement appropriés aux genres dont il s’agissait (voir, par exemple, les Œuvres complètes de La Fontaine, 1872-1876, 7 vol.), il faut néanmoins reconnaître que d’autres auteurs semblent l’avoir intéressé beaucoup moins, ne méritant que le minimum d’attention. Obéissait-il à une certaine idée bien arrêtée quant à la valeur individuelle de toute une gamme de littérateurs français? Y aurait-il eu chez lui un ordre hiérarchique ou même un ordre de préférences individuelles? Ou obéissait-il tout bonnement à des consignes imposées intra muros? Ce qui m’a frappé, c’est la longueur quasi-invariable de ses notices, préfaces ou introductions dans les ouvrages suivants: Œuvres complètes de Beaumarchais (1874, xvi pages), Œuvres poétiques de Malherbe (1874, viii pages), Théâtre choisi de Marivaux (1875, viii pages), Théâtre de Regnard (1876, xvi pages). Les quatre ouvrages sont d’ailleurs remarquables par leur absence d’interventions éditoriales.

Contes de La Fontaine, éd. Louis Moland

Contes de La Fontaine, éd. Louis Moland (Paris, Garnier, s.d.).

Malgré cette incertitude, toujours est-il que nous arrivons, grâce à un rapide survol de l’ensemble, à définir les caractéristiques de cet éditeur qui s’est vite fait une réputation enviable. Parlons de cette dernière: dès son apparition dans le monde des lettres, il mérita de la part d’Ernest Prarond (De Quelques écrivains nouveaux, Paris, 1852, p.123-30) un accueil chaleureux. En 1861 et puis en 1863, Sainte-Beuve, qui était difficile à contenter, n’avait pas été avare d’éloges sur ses talents de novateur et d’homme de goût. En 1865, à la mort de Joseph-Victor Le Clerc, la Maison Garnier Frères n’hésita pas à faire appel à ses compétences reconnues: ‘La mort de l’honorable savant nous a forcés de confier ce soin [celui de continuer la publication des Essais de Montaigne] à un autre collaborateur. Nous ne pouvions mieux nous adresser qu’à l’écrivain distingué dont le beau travail sur Molière a si bien démontré la compétence en matière de goût et de bonne érudition. M. Louis Moland a bien voulu, sur notre demande, accepter cette tâche’ (Avis des éditeurs, en tête du t.4, 1866). En 1873, la mort de l’académicien Saint-Marc Girardin voulut à son tour que les mêmes éditeurs aient songé à lui confier, dès le tome 3, la continuation de l’édition de Racine (tomes 3-8). Ce sont là des appréciations éloquentes qui trouvaient constamment écho dans la presse, que ce soit en France, en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis. Ce qui séduisait surtout ces publics cultivés, ce fut la nature exhaustive de son exégèse, sa volonté de proposer un texte de base irréprochable, de profiter des travaux de ses prédécesseurs sans jamais leur voler leur bien, sa volonté enfin de combler des carences et de mettre à profit les découvertes les plus récentes. Ainsi armé, Moland était tout indiqué pour éditer les Œuvres complètes de Voltaire que la Maison Garnier Frères songeait à faire paraître dès 1877.

John Renwick, Professeur émérite, University of Edinburgh

La suite, ‘Moland et Voltaire’, sera publiée dans ce blog en avril.