Around the ‘Commentaire historique’

Voltaire Sesostris

End of ‘Lettres véritables’ and beginning of Sésostris in Commentaire historique sur les œuvres de l’auteur de La Henriade (Basle, 1776). Bodleian Library, University of Oxford: VET.FR.II.B.1997.

This summer the Voltaire Foundation team have been building up to the publication in September of Voltaire’s Commentaire historique, presented for the first time since its initial publication in 1776 with its dossier of ‘lettres véritables’ and the allegorical poem ‘Sésostris’ serving as a kind of postscript. This work, considered Voltaire’s final masterpiece, spans volumes 78b and 78c of the Complete Works. We have also put online a series of short articles aimed particularly at first-time readers of the Commentaire historique to highlight some of the various postures adopted by its chameleonic author over the course of the text.

We decided to focus on the keyword ‘legacy’: how did Voltaire want to be remembered? The Commentaire historique sees him creating a dossier of historical documentation to memorialise his life. The third-person narrator of Part 1 claims to have just found these letters from Voltaire’s correspondence and proceeds to give a preamble about the philosophe’s life before presenting the letters for posterity. It is as if Voltaire were imagining a historian from long after he has been forgotten, rediscovering this dossier and learning about his remarkable achievements for the first time. Marie-Hélène Cotoni calls it ‘le brillant curriculum vitae qui va lui servir d’introduction’, but it could just as easily be described as a social media profile designed to survive beyond its author’s death.[1] It presents the reader with a heavily doctored version of Voltaire’s life, neatly cropped with just the right filters applied so that some parts are foregrounded while others are obscured. The first of our articles, ‘Voltaire’s legacy under threat’, examines why Voltaire undertook this exercise in brand management.

We then take a tour around three personas that Voltaire chooses to highlight over the course of the Commentaire historique, starting with ‘Voltaire le voyageur’. The text places special emphasis on the philosophe’s tour of Europe during his younger years, visually presented by our annotated map that attempts to trace his voyages as described in the narrative of Part 1 and the letters of Part 2. It is not an easy job, as Voltaire has a tendency to flit from place to place over the course of one sentence without specifying when he arrived or left a particular city or country. He presents himself as a man on a mission, never tiring and always on the move. Furthermore, the religious connotations of this mission become apparent when we take a look at the particular countries he visits and those he avoids.

Voltaire nu by Pigalle Musée du Louvre

Voltaire nu (1776), by Jean-Baptiste Pigalle. Musée du Louvre.

While he is very active in his younger years, the narrator does not shy away from the fact that his journey is almost over. ‘Voltaire le vieillard’ is a second persona that looms large in the Commentaire historique, representing a man coming to terms with his own mortality as he approaches death. This persona is perhaps best summed up by Jean-Baptiste Pigalle’s statue of ‘Voltaire nu’, which testifies to the fact that even in iconography, the philosophe continued to stir up controversy. You can read more about the statue and its relevance to the text in our second article, ‘The statues’

The inclusion of the epistolary dossier with the Commentaire historique shows that Voltaire recognises the importance of his status as a letter writer. The presentation of ‘Voltaire épistolaire’ through these letters is, however, far from un-doctored. The repeated insistence on veracity and authenticity is couched in irony and there is ample evidence that these letters may be heavily edited or even forged. The third of our complementary articles, ‘The letters’, therefore addresses the letters themselves and attempts to answer some of the questions readers might have when making their way through Part 2 of this work.

At times contradictory and frequently perplexing, the Commentaire historique is a rewarding text to decrypt and really hammers home some of the essential lessons Voltaire teaches his readers in many of his earlier works. We find ourselves putting these lessons into practice, forever looking for ulterior motives, questioning the author’s authority and resolving to take nothing we read at face value.

– Sam Bailey

[1] Quoted by Nicholas Cronk, ‘Introduction’, in OCV 78b, ed. Nicholas Cronk (Oxford, 2018), p.1-87 (p.83).

Advertisements

Voltaire on death

The following post is reblogged from Oxford University Press. The author, Alyssa Russell, is a marketing manager at OUP on the Global Online Products and Academic/Trade teams.

Voltaire, the French Enlightenment writer, historian, and philosopher, wrote over 20,000 letters during his lifetime. One can read through his letters to learn more about his views on democracy and religion, as well as the soul and afterlife. The following excerpts from his letters show how his thoughts and ideas about death and the soul evolved over time.

Death, by Aufray de Roc'Bhian

‘Death’, by Alphonse Édouard Enguérand Aufray de Roc’Bhian. (Public domain via The Metropolitan Museum of Art)

Voltaire first brushed with death in December 1723. At the young age of 29 he contracted smallpox. In a letter written to Louis Nicolas Le Tonnelier de Breteuil, baron de Preuilly in December 1723, Voltaire reflects on the previous days and his few regrets:

“[I] made my confession; and my will, which, as you will readily believe, was exceedingly short. After that, I calmly awaited death: only regretting that I had not put the finishing touches to my poem and to Mariamne, and that I must part from my friends so soon.”

He recovered from this bout of smallpox, but, as was indicative of the time, was quite incorrect about the nature of the disease, stating in the same letter:

“Smallpox is, in a simple form, merely the blood ridding itself of its impurities, and positively paves the way to more vigorous health.”

In 1726, Voltaire’s sister Catherine Arouet died. Quite shaken, he muses on death in his letter to Nicolas Claude Thieriot:

“Life is but a dream full of starts of folly, and of fancied, and true miseries. Death awakes us from this painful dream, and gives us, either a better existence or no existence at all.”

Almost 10 years later, in 1735, Voltaire muses on what the soul is in a letter to René Joseph Tournemine. The letter marks an important point in his intellectual development:

“[M]atter itself does not perish. Its extent, its impenetrability, its need to be delimited and to be located in space, all that and a thousand other things remain after our death. Why should not what you call soul also remain? It is certain that I know what I call matter only by some of its properties, and those very imperfectly. How then can I assert that omnipotent God has not been able to give it the faculty of thought?”

He later admits:

“I am very far from believing that I can assert thought to be matter. I am equally far from being able to assert that I have the slightest idea of the nature of what is called soul.”

Jumping ahead to August, 1769, Voltaire has been ill and is contemplating his own death, in this letter to Gottlob Louis von Schönberg, Reichsgraf von Schönberg:

“Yes, sir, it is true that I have been very ill. But that is the common lot of old age, especially when one has always had a feeble constitution: and these little warnings are the stroke of the clock to tell us that soon we shall have passed beyond time.”

He next introduces an interesting perspective of death: that animals benefit from not knowing it is coming:

“Animals have a great advantage over human beings: they never hear the clock strike, however intelligent they may be: they die without having any notion of death: they have no theologians to instruct them on the Four Ends of animals: their last moments are not disturbed by unwelcome and often objectionable ceremonies: it costs them nothing to be buried: no one goes to law over their wills: but in one respect we are greatly their superior — they only know the ties of habit, and we know friendship.”

Thirty-five years after previously writing down his thoughts about the eternal soul, Voltaire muses how it’s not known whether or not the soul lives on, in his letter to Frederick William, Prince of Prussia, November 1770:

“It is very true that we do not know any too well what the soul is: no one has ever seen it. All that we do know is that the eternal Lord of nature has given us the power of thinking, and of distinguishing virtue. It is not proved that this faculty survives our death: but the contrary is not proved either. It is possible, doubtless, that God has given thought to a particle to which, after we are no more, He will still give the power of thought: there is no inconsistency in this idea.“

Even if we do not know whether the soul lives on, Voltaire pragmatically advises that it is the best course of action to always do right:

“In the midst of all the doubts which we have discussed for four thousand years in four thousand ways, the safest course is to do nothing against one’s conscience. With this secret, we can enjoy life and have nothing to fear from death.”

On May 26, 1778, Voltaire wrote his last letter. Death is clearly on his mind; the letter, written to Trophime Gérard de Lally-Tolendal, chevalier de Lally-Tolendal, is comprised of only one sentence:

“The dying man returns to life on hearing this great news: he tenderly embraces M. de Lally: he sees that the King is the defender of justice: and he dies content.”

Voltaire died four days later at the age of 83.

– Alyssa Russell

The Voltaire Library Project: using digital humanities to understand Voltaire’s influences

Lena Zlock is a rising senior at Stanford University double-majoring in History and French. She is the principal investigator of the Voltaire Library Project, a digital humanities study of Voltaires personal library. She will be working at the Voltaire Lab during the summer of 2018. Her work is supported by the Vice Provost for Undergraduate Education at Stanford University. Lena can be reached at lzlock@stanford.edu or @LZlock89.

In the firmament of the Siècle des Lumières, Voltaire is the sun. His presence in the Enlightenment world is enormous by any metric. In life as in death, Voltaire’s name came to signify those who challenged orthodoxy and convention. When asked why philosopher Jean-Paul Sartre had not been arrested for his polemical critique of the Algerian War, French president Charles de Gaulle, simply replied, ‘One does not arrest Voltaire’.

To understand Voltaire’s thinking and impact, where better to look than his massive library of 6700 volumes? Much like its owner, the library has both a fascinating history and afterlife. It was sold to Catherine the Great of Russia by Madame Denis – Voltaire’s niece and lover – shortly after the author’s death in 1778. Catherine the Great was one of Voltaire’s most powerful admirers, writing to him in 1763, ‘By chance your works fell into my hands; and since then I have never stopped reading them, and have not wished to have anything to do with books which were not written as well and from which the same profit could not be derived.’[1] In 1779 the books started the perilous journey from Voltaire’s château in Ferney all the way to the Hermitage in St Petersburg. Under the careful watch of the Empress, the library was sorted and placed into the Hermitage Palace, alongside the library of fellow philosophe Denis Diderot. However, the contents of Diderot’s library were dispersed throughout the Hermitage. Voltaire’s library thankfully remained intact, with an occasional book identified as mistakenly belonging to the sire of Ferney.

Battle of the books

‘Before the Title of the Battle’, frontispiece to the Battle of the Books in the 1710 edition (London) of Jonathan Swift’s A Tale of A Tub.

His library is extraordinary for this period not only because it remains intact, but because it was a working library, rather than a collector’s library. Gorbatov’s thesis of ‘the working library’[2] is especially helpful in understanding Voltaire’s interaction with his books. It was active and even chaotic, akin to Jonathan Swift’s depiction of a ‘battle of the books’. But even with this flurry of activity, Voltaire’s was a curated library for the purpose of research and writing, which means that deliberate choices were made as to what became part of the collection. With marginalia in over half the books, the story of the library is in many ways the origin story of Voltaire’s corpus.

In 1961, Soviet researchers put together a catalogue of the library, including titles; names of authors, editors, translators, and publishers; places of publication; and real and false data for books that were censored or printed underground. In studying the library, researchers usually flip through the catalogue to find a particular book (e.g. did Voltaire have works by John Locke? Yes, but not the ones you think). What if we could study hundreds or even thousands of books at once?

With the advent of digital humanities, we can now visualize the full breadth and depth of Voltaire’s ‘laboratory’. How many works of history did Voltaire own? Science? Theology? Jurisprudence? Did he purchase these books or were they gifted to him? How many were clandestinely printed? Where is the historical weight of the library? The goal of my project is to create a three-dimensional portrait of Voltaire’s ‘life of the mind’.

My current project is building a database of the library. I took the library catalogue and ran it through Optical Character Recognition (OCR) software, making it machine readable (I am lucky to have Russian as my native language, otherwise the structure of the catalogue would have been unintelligible). Each of the 6700 books is organized along 130 metadata categories – including data on authorship, publication dates and locations, and censored works. These categories combine modern typologies with those intelligible to Voltaire and his contemporaries, such as 17th-century bookseller hierarchies of genre.

The database is enriched through linked data, drawing on repositories like Wikidata, Geonames, Virtual International Authority File (VIAF), and BnF Gallica. My research is guided by two questions: what forces – social, literary, geographic, political – shaped Voltaire’s library? And what in the library shaped Voltaire’s corpus? These questions are often two sides of the same coin. Using a big-data approach to the library, we can visualize the patterns that shaped the library, and in turn Voltaire’s own work. My goal is to recreate the experience Voltaire himself had as a researcher in the library. The library database will form part of a larger cross-referencing system. This system will incorporate a digitised version of Voltaire’s marginalia, as well as the current Electronic Enlightenment database. Users of the database will be able to reference his marginalia in the books, as well as letters to and from the individuals – authors, publishers, editors – in the library. By immersing ourselves in the laboratory of Voltaire’s mind, we can gain new insights into the Enlightenment’s lodestar.

– Lena Zlock

[1] Quoted in Inna Gorbatov, ‘From Paris to St Petersburg: Voltaire’s library in Russia’, Libraries & the Cultural Record, vol.42, No.3 (2007), p.308-324 (p.308).

[2] Gorbatov, ‘From Paris to St Petersburg’, p.314.

Voltaire en notre temps : le Cellf et la Voltaire Foundation

Sylvain Menant est professeur émérite à Sorbonne Université, ancien directeur du Cellf, il est, depuis 1988, membre du Conseil scientifique des Œuvres complètes de Voltaire, pour lesquelles il a signé de nombreuses éditions critiques dont celle des Contes de Guillaume Vadé en 2014.

La Voltaire Foundation, à Oxford.

La Voltaire Foundation, à Oxford.

L’acronyme « Cellf » désigne le « Centre d’étude de la langue et des littératures françaises », centre de recherches de l’Université Paris-Sorbonne (fondue depuis le 1er janvier 2018 dans Sorbonne Université) et du Centre National de la Recherche Scientifique. Jusqu’à une période récente, ce centre de recherches était spécialisé dans l’étude des XVIIe et XVIIIe siècles. Son prestige a amené les autorités de tutelle à élargir ses compétences à tous les siècles, sous la direction du Pr Christophe Martin. Cet élargissement n’a en rien nui à l’étude des XVIIe et XVIIIe siècles, que nous considérons comme « un siècle de deux cents ans »[1], étude qui rassemble de nombreux professeurs, chercheurs à temps plein, chercheurs associés et doctorants. Ils se réunissent dans quelques salles de travail au deuxième étage de la Sorbonne, au milieu des livres et des machines. Par les hautes fenêtres, on aperçoit, juste en face, de l’autre côté de la rue Saint-Jacques, le collège (aujourd’hui lycée) Louis-le-Grand où le jeune Arouet, futur Voltaire, fut élève des Pères jésuites. Le Cellf a célébré cette année son cinquantième anniversaire par un colloque de trois jours où ont été évoquées ses recherches passées, présentes et à venir, complété par des festivités diverses. Il a tenu à associer la Voltaire Foundation à cette célébration ; elle y a été représentée par l’un de ses membres actifs, Gillian Pink, qui a pris la parole ; elle a participé à la mise au point de nombreux volumes tout en préparant une excellente thèse soutenue en 2015[2].

Réunion du Conseil scientifique des Œuvres complètes

Réunion du Conseil scientifique des Œuvres complètes de juin 2016. Assis, de gauche à droite: Marie-Hélène Cotoni, Christiane Mervaud, Jeroom Vercruysse; debout, de gauche à droite: Gérard Laudin, Gerhardt Stenger, Nicholas Cronk, John R. Iverson, Sylvain Menant, Russell Goulbourne, François Moureau.

Depuis sa création, le Cellf, par le nombre de chercheurs spécialisés qu’il a accueillis et le nombre de thèses soutenues, par le nombre des publications et des colloques, est le principal centre mondial de recherches sur Voltaire et de formation de jeunes voltairistes. La Voltaire Foundation, devenue un organe de l’Université d’Oxford après avoir été implantée à Genève, est le prestigieux centre d’édition d’une collection complète des œuvres de Voltaire et de travaux critiques sur cet écrivain et son temps. Les deux institutions, de nature et d’objet différents et complémentaires, entretiennent depuis longtemps une féconde et cordiale collaboration. De nombreux chercheurs appartiennent aux deux institutions et y jouent un rôle actif. Symboliquement, le Conseil scientifique des Œuvres complètes de Voltaire publiées à la Voltaire Foundation tient sa réunion annuelle dans les murs du Cellf, souvent sous la présidence d’un membre de notre laboratoire. Symétriquement, nous sommes nombreux à traverser la Manche pour participer à des réunions de travail ou à des comités, faire des recherches dans les riches fonds de la Bodleian ou présenter une conférence sur tel ou tel aspect renouvelé des connaissances sur Voltaire.

Pourquoi ce titre pour célébrer la collaboration du Cellf et de la VF : « Voltaire en notre temps » ? Loin de nous l’idée de chercher naïvement dans l’œuvre ou la vie de cet écrivain des conseils pour régler les problèmes du monde d’aujourd’hui. Ceux qui crient : « au secours, Voltaire » n’ont lu de son œuvre que des fragments orientés. Tout au contraire, nous avons pour objet depuis l’origine de débarrasser Voltaire des récupérations intéressées dont son œuvre a été l’objet au XIXe siècle, récupération par les monarchistes de ce partisan de l’absolutisme, récupération par les élites de ce contempteur de la « populace » et de cet ennemi de l’instruction populaire, récupération par les sans-Dieu de cet anticlérical. Notre temps est celui d’une approche scientifique neutre du phénomène Voltaire, d’une utilisation des moyens les plus neufs d’approche des textes et des faits, d’une mise à disposition des publics d’aujourd’hui de l’œuvre et de ses arrière-plans. Notre temps est ainsi celui d’une redécouverte d’un Voltaire débarbouillé des lectures partisanes, et enrichi d’une nouvelle et prodigieuse érudition. C’est l’esprit qui anime à la fois les voltairistes du Cellf et ceux d’Oxford.

Leur entreprise est commune depuis le début, et elle commence avant même la création des deux institutions. En 1967 à Saint-Andrews en Écosse, en marge d’une rencontre internationale de spécialistes du XVIIIe siècle, un mécène anglais passionné, Theodore Besterman, lance l’idée de publier une édition complète des œuvres de Voltaire, alors que la plus récente datait de 1875. Besterman, dès ce moment et jusqu’à aujourd’hui au-delà de sa mort, consacre sa fortune à cette entreprise ; il est le fondateur de la Voltaire Foundation. René Pomeau, professeur à la Sorbonne et futur membre important de notre laboratoire dès sa création, fait partie du comité international qui s’engage dans cette tâche immense, qui totalisera environ deux cent volumes. Il recrute des collaborateurs français, surtout parmi ses nombreux élèves, comme Marie-Hélène Cotoni, Jean Dagen, Christiane Mervaud, José-Michel Moureaux, Roland Virolle, une dizaine d’autres, et moi-même. Quand le Cellf est créé, l’équipe des voltairistes, déjà nombreuse, soudée et active, constitue une des pierres angulaires de la nouvelle institution de recherche. Les textes à éditer sont distribués selon les compétences de chacun ; les œuvres les plus volumineuses sont prises en charge en équipe ; les premiers résultats du travail circulent, sont enrichis ou corrigés au passage ; les collaborateurs spécialisés de la Voltaire Foundation contribuent à la chasse aux copies manuscrites, aux vérifications bibliographiques, au relevé des variantes, et assurent une impeccable préparation du texte pour l’imprimeur.

À l’origine, il s’agissait surtout de fournir au public moderne le texte devenu introuvable de l’ensemble des écrits de Voltaire, dont seuls quelques titres, les plus connus, étaient disponibles en librairie. Mais nous étions désireux de partager les découvertes faites au cours de nos recherches d’éditeurs, et conscients des difficultés que présente pour un lecteur moderne, même spécialiste, la foule d’allusions et de sous-entendus dont fourmillent les textes de Voltaire. Bientôt les introductions, les notes, les annexes se multiplièrent, et l’édition est devenue un monument d’une extraordinaire richesse, une somme capable de faire comprendre Voltaire en notre temps, autant que faire se peut.

La Religion de Voltaire.

L’édition, contrairement à toutes celles qui l’avaient précédée, est, on le sait, chronologique. Elle met l’accent sur le lien entre la genèse et la publication des œuvres de Voltaire et ses expériences successives du monde et de la vie. C’est un choix qui crée des problèmes d’édition épineux, mais c’est un choix historique lié aux premières orientations du Cellf et de ses fondateurs. Pour résoudre les contradictions apparentes dans la pensée de Voltaire, que la critique ne cessait de souligner, René Pomeau avait opéré une révolution épistémologique dans sa grande thèse sur La Religion de Voltaire : au lieu d’étudier le système de pensée de l’écrivain, il avait suivi les étapes de son existence, montrant comment sa pensée avait évolué, parfois fluctué, en rapport avec les circonstances. C’est cette démarche que reprenait le projet des Œuvres complètes.

Mais c’est aussi cette démarche qui justifiait un grand projet collectif qui se développa parallèlement et se réalisa tout entier dans les murs du Cellf : une grande biographie renouvelée, intitulée Voltaire en son temps. L’équipe des voltairistes du Cellf réalisa ce vaste travail de 1985 à 1994, de façon largement collective, tous les apports individuels étant préparés par des réunions au Cellf, auxquelles participait parfois le représentant d’alors de la VF, Andrew Brown, et aussi des personnalités comme Jacques Van den Heuvel, André-Michel Rousseau, Jacqueline Marchand. Chaque volume avait son responsable; Jean Dagen et moi, qui devions plus tard diriger le Cellf successivement, avons eu en charge les volumes IV et V. L’ensemble était unifié par une révision de René Pomeau, qui écrivit lui-même par ailleurs d’importants développements. La première édition de ce travail désormais fondamental et partout cité comme la biographie savante de référence fut publiée en cinq volumes successifs à la Voltaire Foundation.

Couverture du premier volume de Voltaire en son temps.

Couverture du premier volume de Voltaire en son temps (Oxford, 1985).

Quand cette biographie fut terminée, les réunions plénières annuelles en juin de l’ensemble de l’équipe ne s’arrêtèrent pas. Nous étions soucieux d’assurer l’avenir des études voltairistes en France et ailleurs. Ces réunions se transformèrent en « journées Voltaire » qui continuent et réunissent les spécialistes de toutes les générations autour des chercheurs du Cellf et les collaborateurs de la Voltaire Foundation, réunis dans une « Société des Études voltairiennes » qui a son siège au Cellf. L’actuel président de la SEV est Nicholas Cronk, directeur de la Voltaire Foundation, marque de notre étroite collaboration. Les « journées Voltaire » sont devenues le cadre d’un colloque annuel à la Sorbonne dont les actes sont ponctuellement publiés aux PUPS, avec le soutien actif du Cellf, dans une revue de bonne diffusion, intitulée Revue Voltaire. Cette année, les 22 et 23 juin, le colloque avait pour sujet « Voltaire du Rhin au Danube » et réunissait de nombreux chercheurs d’Europe centrale. Il était organisé par Guillaume Métayer, brillant chercheur du CNRS au Cellf où il représente la troisième génération de voltairistes puisqu’il a été mon doctorant, alors que j’avais été le doctorant de René Pomeau.

Pendant une dizaine d’années j’ai animé en outre dans la salle Jean Fabre du Cellf un séminaire « Voltaire » hebdomadaire qui accueillait des étudiants avancés, des doctorants de toute nationalité, des étrangers en résidence, et d’autres encore. Ce séminaire très suivi a été honoré des interventions d’éminents spécialistes attachés à d’autres centres actifs, comme André Magnan, président de la Société de Ferney, ou Natalia Elaguina conservateur de la Bibliothèque de Voltaire à Saint-Pétersbourg, qui a été chercheur associé au Cellf ; tous deux ont fait partie de notre équipe « Voltaire en son temps ». Le séminaire « Voltaire » se perpétue au Cellf, notamment ces dernières années sur les œuvres théâtrales et leur réception, sous la direction de Pierre Frantz et de Sophie Marchand, désormais sous celle de Renaud Bret-Vitoz et Glenn Roe, récemment nommés à la Sorbonne et devenus ainsi membres du Cellf.

Dans les années 1960, quand j’ai commencé ma carrière, Voltaire était largement éclipsé, dans la recherche dix-huitiémiste, par Rousseau et par Diderot, qui paraissaient plus tournés vers la modernité. Le Cellf a depuis lors participé à une incontestable révolution. Depuis la création de notre laboratoire, les recherches sur Voltaire y ont été particulièrement fécondes. Dans cette fécondité, le rôle de la Voltaire Foundation a été important, d’abord comme un stimulant parce qu’il fallait que l’édition des Œuvres complètes avance. Elle a si bien avancé, grâce à son maître d’œuvre, Nicholas Cronk, qu’elle est sur le point de s’achever. Si Nicholas Cronk est l’efficace directeur de l’édition, c’est l’un des membres de l’équipe du Cellf, Christiane Mervaud, qui est la présidente d’honneur de l’entreprise. C’est dire notre étroite collaboration. Cette collaboration a porté sur les méthodes, sur les savoirs, sur les interprétations. Si nous proposons à la communauté internationale des chercheurs un Voltaire pour notre temps, c’est que nous nous sommes inlassablement entraidés pour mettre tout le savoir de notre temps au service d’une meilleure connaissance de Voltaire.

– Sylvain Menant

[1] Un Siècle de Deux Cents Ans?, éd. Jean Dagen et Philippe Roger, Paris, Desjonquères, 2004.

[2] Gillian Pink, Voltaire à l’ouvrage, Paris, CNRS éditions, 2018.

Sur les traces de Jean Potocki

Jan Potocki

Jean Potocki par Anton Graff (1785). Image Wikimedia Commons.

Savant acharné, rêveur actif de la politique, voyageur inlassable, observateur inépuisable du monde, Jean Potocki[1] est assurément inclassable. Né en 1761 en Podolie, dans une famille appartenant à la plus haute aristocratie polonaise, il ne se plie pas pour autant à la vie protocolaire de son milieu[2]. Certes il épouse tous les modèles de sociabilité, la franc-maçonnerie, les salons, les clubs politiques, les sociétés savantes et les académies, le théâtre de société. Mais dans les grandes maisons de l’Europe dans lesquelles il passe, on garde le souvenir d’un original, à la fois éminent érudit et grand distrait. Doué d’une intelligence hors du commun et d’une capacité de lecture prodigieuse, il nourrit la conception d’un savoir total et universel.

Pour mieux cerner l’ambition totalisante du savant à laquelle répond, non sans ironie, son roman, activité de dilettante, plus que ses travaux d’historien auxquels il a consacré l’essentiel de ses forces, l’étude de la trace met en exergue le rapport foncièrement ambigu que Potocki entretient au réel. Considérer son œuvre sous l’angle de la trace, c’est à la fois appréhender la pensée d’un voyageur-historien insatiable qui, lors de ses périples et recherches, traque les vestiges des peuples anciens pour exhumer une humanité commune ou esquisser une histoire en marche, et à la fois analyser l’héritage littéraire, esthétique, philosophique que nous laisse un romancier et dramaturge sensible au caractère incertain d’un réel nécessitant, pour être connu, une construction interprétative.

La trace, dans les écrits de Potocki, cautionne-t-elle une lecture du monde postmoderne, qui suppose qu’il n’existe aucun accès au monde et au réel qui ne soit exempt de signes et ne dépende d’une interprétation ? Atteste-t-elle au contraire de l’existence pour l’auteur polonais d’un réel indépendant de toute interprétation et qu’il s’agit, à partir de vestiges sensibles, de reconstituer, de reformer et ainsi de reconnaître et retrouver ? C’est à cette question passionnante qui engage la nature même du réel que tentent de répondre les différentes études de notre ouvrage, sans chercher à lisser les contradictions apparentes d’un savant qui est aussi voyageur, historien, romancier, conteur, dramaturge… et qui par là même appréhende le monde selon une approche tantôt expérimentale, physique, sensible, tantôt théorique ou encore esthétique.

La dernière partie de l’ouvrage, quant à elle, est consacrée aux traces que Potocki a laissées à travers des textes récemment découverts et à ce jour inédits. Même s’il reste comme à son habitude peu loquace sur sa vie privée, ces lettres sont certainement parmi les plus intimes qu’il ait jamais écrites et représentent à ce titre un intérêt considérable.

– Émilie Klene

[1] Jean Potocki, Œuvres I-V, éd. François Rosset et Dominique Triaire, 6 vol. (Louvain, 2004-2006).

[2] Voir François Rosset et Dominique Triaire, Jean Potocki. Biographie (Paris, 2004).

Le ‘Voltaire de Beuchot’ à la lettre: sources d’une édition savante sous la Restauration

Œuvres de Voltaire, Beuchot

Œuvres de Voltaire, Beuchot (éd.), Paris, Lefèvre, t.1, 1834. BnF.

Si elle n’égale celle du patriarche ni par son ampleur, ni par son lustre, ni par la célébrité de ses intervenants, la correspondance d’Adrien Jean Quentin Beuchot, principal éditeur des Œuvres de Voltaire sous la Restauration, présente de nombreux intérêts. En nous faisant entrer dans les arcanes de la première édition critique des Œuvres de Voltaire (parue en 70 vol. in-8°, chez le libraire Lefèvre, entre 1828 et 1834), les lettres de Beuchot nous donnent accès au détail de son approche originale de l’édition de Voltaire et de ses œuvres, laquelle renouvelle durablement la forme et le sens de la postérité de Voltaire. Fragments d’intimité autant que sources historiques, les lettres de Beuchot sont principalement conservées à la Bibliothèque nationale de France, à la bibliothèque de Genève et à la Voltaire Foundation. Ces lettres, qui forment la base de ma thèse intitulée « Le Voltaire de Beuchot, un Voltaire parmi d’autres » récemment soutenue, constituent un matériau indispensable à la recherche voltairienne.

Les lettres relatives à Beuchot ont d’abord valeur de fragments autobiographiques, dans ce qu’elles révèlent, subrepticement ou plus directement, de Beuchot lui-même. Bibliographe de métier – il rédige la Bibliographie de la France dès 1811 –, puis bibliothécaire à la Chambre des Députés dès 1834, Beuchot passe sa vie au milieu des livres. Son goût pour le classement n’exclut pas des tendances bibliophiliques. « Voltairographe » autant que « Voltairomane », son goût frénétique pour les pièces rares tourne exclusivement autour des écrits du patriarche de Ferney. Est-ce vraiment un hasard si l’auteur le plus prolifique du XVIIIe siècle se trouve édité par un homme qui cumule une approche rigoureuse du classement des œuvres avec un goût prononcé pour l’inédit, qui plus est à une période où s’ouvrent les archives et où ressortent, en nombre, des pièces non éditées de Voltaire ? Ce goût pour l’inédit voltairien l’a rendu célèbre au-delà des éditeurs de son temps et fonde en partie la longévité de son édition. Bengesco le dit bien dans sa grande bibliographie voltairienne de la fin du XIXe siècle : « Nul n’a fait mieux que lui, nul n’a mieux fait depuis, et nous doutons que Voltaire trouve jamais un éditeur plus consciencieux et plus savant ».

Bibliographie de l’Empire français ou Journal de l’imprimerie et de la Librairie

Bibliographie de l’Empire français ou Journal de l’imprimerie et de la Librairie, n°1. Paris, Pillet, 1er novembre 1811. BnF.

« Editeur savant », l’appréciation de Bengesco doit être comprise au sens plein, et les archives de Beuchot le confirment. Elles éclairent en effet les dessous d’une pratique professionnelle – l’édition – en plein bouleversement. Si Beuchot se définit lui-même comme un éditeur, s’il fait bien partie intégrante du milieu de la librairie parisienne de la Restauration, il n’est pourtant ni libraire, ni imprimeur et son activité n’a rien de commercial. Loin de Panckoucke, Beaumarchais ou Ladvocat, Beuchot pense l’éditeur comme l’auteur d’un travail littéraire. De fait, il accomplit un geste dont la portée confine à l’auctorialité. Assumé comme tel notamment par les innombrables signatures de l’éditeur qui se superposent aux écrits du patriarche, le ‘Voltaire de Beuchot’ doit aussi beaucoup à une philosophie de l’histoire qui évoque, au loin, une forme de positivisme sans doute déjà ambiant. C’est ce que suggère Beuchot lui-même lorsqu’il veut faire voir « La marche de l’esprit de Voltaire ». Fonder ce geste sur un retour aux sources inédit pour l’époque, en assumer à la fois l’originalité et l’incomplétude, constitue bien le travail d’un éditeur savant.

Beuchot, Liberté de la Presse

A. J. Q. Beuchot,Liberté de la Presse, Paris, chez Le Normant, 1814. BnF.

Les lettres de Beuchot nous conduisent à revoir notre approche du phénomène éditorial qui entoure les Œuvres complètes de Voltaire durant cette période politiquement troublée. L’omniprésence de Voltaire comme personnage publique et comme auteur (on parle de frénésie autour de ses Œuvres complètes lorsqu’on évoque la vingtaine de collections qui viennent saturer les étals des librairies) est bien réelle. Mais le travail de Beuchot, tel qu’il se révèle au fil de ses correspondances notamment, doit nécessairement se comprendre à part de ces nombreuses rééditions de la Restauration, lesquelles ne sont, somme toute, que des rééditions de celle de Kehl, dont le paratexte, notamment, se montre plus volontiers militant. D’ailleurs, si Beuchot a publié quelques opuscules en faveur de la liberté de la presse entre la fin de l’Empire et le début de la seconde Restauration, il ne parle jamais de politique dans ses lettres. Il évite soigneusement les questions polémiques dans ses préfaces et dans ses notes, et paraît même se désintéresser de la censure. Difficile de voir en Beuchot un agent à même d’attiser ce « vaste incendie » que décrivent François Bessire ou Raymond Trousson notamment, symbole du feu révolutionnaire que porteraient encore en eux les ouvrages de Voltaire quarante ans après 1789. Son édition influence pourtant la réception de Voltaire et de son œuvre, jusqu’à nos jours : davantage objet d’étude que symbole à valeur politique, Voltaire se voit dresser un monument à double sens par Beuchot. L’hommage au grand homme va semble-t-il de pair avec quelque chose qui ressemble à un acte de décès.

Lettre de Beuchot

Lettre de Beuchot (12 octobre 1826) à Joachim de Cayrol, qui travaillera à l’édition de la correspondance de Voltaire pour l’édition Beuchot, avant de faire sa propre édition des lettres de Voltaire à la fin des années 1850. Bibliothèque de Genève, Musée Voltaire: MS 34, fol.1.

Est-il encore besoin de rappeler l’intérêt des archives privées et des correspondances pour éclairer l’histoire littéraire ? Car comprendre qui est Beuchot est bien un préalable nécessaire à l’étude du ‘Voltaire de Beuchot’. Pourtant, si le recours aux correspondances n’est en soi pas nouveau, il était, jusque-là, plutôt réservé aux grands hommes, et non aux artisans du livre comme c’est le cas ici. À ce titre, si Beuchot, on l’a dit, est un personnage trop peu connu hors de quelques rares voltairistes, que peut-il en être d’éditeurs savants comme Nicolas-Jean-Joachim de Cayrol, Louis Dubois ou Jean Clogenson ? Que sait-on d’éditeurs commerciaux comme Antoine-Auguste Renouard, Auguste Hunout, ou Nicolas Delangle ? Qui s’est déjà penché sur les archives de Georges-Adrien Crapelet, imprimeur de plusieurs éditions de Voltaire sous la Restauration ? Ce sont pourtant autant d’acteurs qui ont participé, de près ou de loin, à façonner l’édition des Œuvres de Voltaire par Beuchot. De toute évidence ce travail mériterait d’être poursuivi pour éclairer la façon dont les philosophes des Lumières ont été modélisés, dès la Restauration, par ces artisans du livre, avant d’arriver jusqu’à nous.

– Nicolas Morel

 

Lectures voltairiennes : colloque à la Bibliothèque de Voltaire (Bibliothèque nationale de Russie)

La bibliothèque de Voltaire à Ferney, acquise par Catherine II après la mort de l’écrivain, fut installée en 1779 dans l’Ermitage du Palais d’Hiver à Saint-Pétersbourg. En 1861, elle fut transférée à la Bibliothèque impériale publique (actuelle Bibliothèque nationale de Russie).

Bibliothèque de Voltaire

Bibliothèque de Voltaire (Bibliothèque nationale de Russie, Saint-Pétersbourg).

Après la visite du président Jacques Chirac en 1997 et grâce aux efforts de Nikolaï Kopanev, alors directeur de la Réserve des livres rares, un projet de coopération culturelle franco-russe démarra, qui aboutit à la création d’une salle dédiée à la bibliothèque du philosophe. Elle fut inaugurée en 2003, l’année du tricentenaire de Saint-Pétersbourg, par les premiers ministres des deux pays, MM. Mikhail Kassianov et Jean-Pierre Raffarin. Toujours à l’instigation de Nikolaï Kopanev, qui assuma le poste de conservateur en chef de la Bibliothèque de Voltaire, le parti fut pris de créer en ce même lieu le « Centre d’étude du siècle des Lumières ». Les fonctions habituelles de conservation se doublèrent ainsi d’activités de recherche dans l’idée qu’un si précieux trésor, riche de près de 7000 livres, devait stimuler les activités des dix-huitièmistes, contribuer à coordonner leurs actions et manifester la profondeur et la richesse du lien culturel qui unit l’Europe et la Russie au XVIIIe siècle.

Les activités de ce centre sont variées : il s’agit d’accueillir et de conseiller les chercheurs du monde entier, de contribuer à l’édition des Œuvres complètes de Voltaire en cours de publication, d’approfondir la description des fonds bibliographiques, etc. N. Kopanev avait grandement contribué à éclaircir les différents aspects du commerce du livre français en Russie (en 1980 il publia un livre sur ce sujet, dont la version française vient de paraître).

Nikolaï Kopanev, Nicholas Cronk et Vladimir Zaïtsev

Nikolaï Kopanev, Nicholas Cronk et Vladimir Zaïtsev (de gauche à droite), à la présentation du volume 6 du Corpus des notes marginales de Voltaire, Bibliothèque nationale de Russie, le 21 septembre 2006.

En tant que conservatrice en chef de la Bibliothèque de Voltaire depuis 2014, je me suis attachée à faire connaître différents matériaux conservés dans les fonds manuscrits de la Bibliothèque de Voltaire et d’autres archives russes, tandis que ma collègue Mme Alla Zlatopolskaya s’est consacrée à l’étude des aspects de la réception de Voltaire et de Rousseau en Russie depuis l’origine jusqu’à aujourd’hui.

L’aspect le plus emblématique des activités du Centre d’étude du siècle des Lumières est incarné par les colloques internationaux qu’il a organisé presque chaque année depuis 2003 autour de thèmes spécifiques. Les langues de travail en sont le russe et le français. Les colloques se tiennent au sein de la Bibliothèque nationale de Russie, qu’il s’agisse de son ancien site de la rue Sadovaya ou du nouvel édifice du Parc de la Victoire. Par-delà les communications des chercheurs, les conférences donnent lieu à de nombreuses activités culturelles : expositions de livres, concerts de musique baroque ou représentations théâtrales.

Les thèmes des colloques des années précédentes furent les suivants :

2003: table ronde « De l’intérêt de l’étude des Lumières aujourd’hui »
2004: Louis XIV dans les Œuvres de Voltaire
2005: Religion et Lumières
2006: Voltaire, le journalisme européen et l’opinion publique au XVIIIe siècle
2007: Diderot et la Russie
2009: Candide: 250 ans d’histoire
2010: Voltaire et l’historiographie russe
2011: Les 150 ans de la Bibliothèque Voltaire au sein de la BnR
2012: L’homme et l’éducation dans le système français des Lumières: au 300e anniversaire de la naissance de J.-J. Rousseau
2013: L’encyclopédisme en Europe de l’Ouest et en Russie: à l’occasion du 300e anniversaire de la naissance de Denis Diderot
2014: La Russie et les Lumières en Europe occidentale: en mémoire de N. A. Kopanev
2015: Voltaire, la littérature et la société russes
2017: Les Voies des Lumières : les bibliothèques privées du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle et leurs propriétaires

Pierre Zaborov, Jean Sgard et André Magnan

Pierre Zaborov (debout), Jean Sgard (au milieu) et André Magnan (à droite), Bibliothèque nationale de Russie, le 18 décembre 2006.

Le recueil De l’intérêt de l’étude des Lumières aujourd’hui (2004) fut la première publication des actes du colloque, comprenant les contributions de Nikolaï Kopanev, Michel Delon, Nicholas Cronk, Alla Zlatopolskaya, Ulla Kölving et André Magnan. Le premier volume de la série Lectures voltairiennes, paru en 2009, avec l’aide de l’Institut français de Saint-Pétersbourg, est composé des articles basés sur les communications faites lors des colloques des années 2005 et 2006 et consacrés aux questions de la religion au siècle des Lumières et au journalisme européen. Les articles sont édités en version originale (à partir du troisième volume, ils sont pourvus d’un résumé, en français pour les articles en russe et vice versa).

Le second volume (2014) ne contient que des articles en russe, étant consacré au sujet « Voltaire et l’historiographie russe ». Le troisième (2015) se penche sur l’histoire de la bibliothèque de Voltaire et sur Denis Diderot (colloques de 2011 et 2013). Le volume suivant, La Russie et les Lumières en Europe occidentale, ne parut pas dans le cadre de la série des Lectures voltairiennes; il fut dédié à la mémoire de Nikolaï Kopanev, décédé subitement en août 2013. Cette publication présente la totalité des contributions apportées à sa mémoire lors du colloque de 2014 en russe, en français et en anglais et reflète la diversité de ses intérêts: à part les études voltairiennes, il est question de l’histoire du livre, du commerce intellectuel entre la Russie, la France, l’Allemagne et la Hollande, des relations diplomatiques, et des encyclopédistes.

Le quatrième volume (2017) est centré autour des thèmes du colloque 2015 : « Voltaire, la littérature et la société russes ». Il contient également deux comptes rendus des publications qui ont fait date dans l’étude des relations de la Russie avec l’Europe: le premier volume de la correspondance de Catherine II avec F.M. Grimm, préparé par S. Karp, et le catalogue des livres en langues européennes de Pierre le Grand (édition russe, préparé par Irina Khmeleskikh, et l’édition française, contenant des articles sur les livres du tsar et dirigée par Olga Medvedkova).

Le premier et le second volume des Lectures voltairiennes sont accessibles en ligne en entier, le troisième partiellement; à compter du quatrième volume, toutes les publications seront placées en ligne intégralement.

À partir de 2018, les colloques auront lieu tous les deux ans. Nous invitons les chercheurs qui s’occupent de l’histoire des Lumières à prendre part aux activités de notre centre, en venant à Saint-Pétersbourg ou en participant à nos activités par vidéo conférence, et/ou en contribuant à la publication des Lectures voltairiennes, qui vont paraître au rythme des colloques.

Le prochain colloque se tiendra en novembre 2018 et sera consacré à Vladimir Lyublinsky, le plus grand voltairiste russe dont on commémore le cinquantième anniversaire de la mort. Bienvenus seront également les travaux sur l’héritage des Lumières dans la philosophie de Karl Marx, à l’occasion du deuxième centenaire de sa naissance. L’appel à communications se trouve sur le site web du Centre d’étude du siècle des Lumières.

– Natalia Speranskaya
(Conservatrice en chef de la Bibliothèque de Voltaire, Bibliothèque nationale de Russie)