Au programme des agrégations de Lettres en 2020: Zadig, CandideL’Ingénu

Les ‘contes philosophiques’ de Voltaire sont aujourd’hui la partie émergée d’un iceberg aux multiples facettes. D’abord poète, mondain, tragique et épique, Voltaire a beaucoup écrit, dans tous les genres. Ses œuvres complètes totaliseront deux cents volumes dans la nouvelle édition qu’achève en ce moment la Voltaire Foundation à Oxford. La lecture de ses contes nécessite, pour qui veut en saisir toute la portée littéraire, historique et philosophique, une lecture approfondie d’autres écrits du philosophe. Il faut notamment relire l’ensemble du corpus romanesque, pour saisir les échos, les continuités et les évolutions entre les contes de jeunesse, qu’ils soient en vers ou déjà en prose, et les contes au programme de l’agrégation. La production théâtrale, elle aussi, offre des perspectives éclairantes sur l’œuvre narrative, que l’on songe à la veine orientale de plusieurs de ses tragédies, ou bien à certaines thématiques de ses comédies, liées à la condition féminine que l’on retrouve dans les contes. La philosophie personnelle de Voltaire, son ethos, sa morale et ses conceptions esthétiques sont exprimés dans nombre de poèmes, le Temple du goût, Le Mondain ou encore ses épîtres. Bien entendu, et c’est peut-être le plus important, les enjeux des contes ne peuvent être saisis sans une relecture des grands textes philosophiques et militants de Voltaire. Enfin, il est aussi utile et intéressant de se référer aux écrits autobiographiques du philosophe, ainsi qu’à sa correspondance, qui rassemble aujourd’hui près de vingt mille lettres.

Zadig, gravure de Monnet et Dambrun

‘L’ange cria [à Zadig] du haut des airs: prends ton chemin vers Babylone.’ Gravure de Monnet et Dambrun, dans Romans et contes de M. de Voltaire, 3 vol. (Bouillon, 1778), t.1. Image BnF/Gallica.

Si les trois contes mis au programme de l’agrégation à la prochaine session sont les plus célèbres de toute la production voltairienne, c’est qu’ils ont su émouvoir et faire réfléchir des générations de lecteurs. Elaborés sur une vingtaine d’années, ces contes s’inscrivent chacun à une étape décisive de la trajectoire de Voltaire. Zadig (1748), Candide (1759) et L’Ingénu (1767) ont popularisé l’image d’un Voltaire conteur, volontiers railleur, préoccupé par les maux de notre monde, en un mot universel. Qu’on les nomme ‘récits’ ou ‘contes philosophiques’, ces ‘fictions pensantes’ (selon l’expression de Franck Salaün, Besoin de fiction, Paris, 2010) mettent en scène les aventures terrestres de trois jeunes garçons, originaires de Mésopotamie, d’Allemagne et du Canada, parcourant le monde sur un mode initiatique, goûtant l’amour et tâtant de la prison, découvrant les beautés et les contradictions des sociétés humaines. Nos héros se forgent ainsi, au contact de ces réalités, une expérience qui leur permet de construire une pensée critique.

Ces dispositifs romanesques, qui jouent du topos du manuscrit trouvé, sont avant tout didactiques. Ils participent des Lumières militantes. Voltaire veut former une jeunesse trop souvent inconsciente: ‘Nous l’avons déjà dit ailleurs, et nous le répétons: pourquoi ? Parce que les jeunes Welches, pour l’édification de qui nous écrivons, lisent en courant, et oublient ce qu’ils lisent’ (note de Voltaire dans l’article ‘Ventres paresseux’ des Questions sur l’Encyclopédie). Le propos des contes n’est pas neuf. Ces récits participent, grâce à une formule littéraire inédite, du combat de Voltaire contre ‘l’Infâme’, mettant en jeu les préjugés de son temps et dénonçant tour à tour le fanatisme religieux, la violence, l’exploitation des hommes et des femmes, l’obscurantisme, la métaphysique lénifiante, le dogmatisme pédant et la suffisance des puissants. L’Ancien régime de la pensée, de l’organisation sociale et du pouvoir politique sont ainsi vilipendés, en ce qu’ils produisent des injustices sans nombre que les personnages mis en scène découvrent avec naïveté et effroi.

Candide, gravure de Monnet et Deny

‘M. le baron de Thunder-ten-tronckh passa auprès du paravent, et, voyant cette cause et cet effet, chassa Candide du château à grands coups de pied dans le derrière.’ Gravure de Monnet et Deny, dans Romans et contes de M. de Voltaire, 3 vol. (Bouillon, 1778), t.2. Image BnF/Gallica.

Comment Voltaire est-il parvenu à mettre au point cette recette littéraire appelée à une grande fortune et si indissociablement liée à son nom ? Ne cessant, tout au long de sa carrière, de réfléchir à son art poétique, il a formulé à plusieurs endroits les enjeux théoriques de son écriture. Pour être efficace, le conte voltairien doit être ‘très court et un peu salé’ (lettre de Voltaire à Paul Claude Moultou, 5 janvier 1763). Ces petites ‘coïonneries’, comme les appelait volontiers le philosophe, sont des entités narratives reposant sur le récit d’aventures de fiction, mêlées de considérations sur la marche du monde, d’indications référentielles et d’idées facilement reconnaissables. Un riche arrière-plan historique, politique et religieux est constamment mis en perspective dans les contes, dont les sources documentaires sont d’une grande variété. Surtout, le récit est parodique, et joue constamment d’un intertexte multiple, à tel point qu’on a pu parler, à propos de Candide, d’une ‘encyclopédie du roman’. Les courants de pensée avec lesquels les récits dialoguent sans cesse, de façon critique et parodique, ne sont pas moins complexes à saisir. Voltaire passe ainsi en revue nombre de systèmes philosophiques, pour aboutir à une conclusion qui chasse toute prétention à une explication générale du monde. La véritable sagesse, pour Zadig, pour Candide ou pour l’Ingénu consiste surtout à se méfier des interprétations simplistes, invitant ainsi le lecteur à se forger plutôt la conviction des limites de notre savoir, seule forme de sagesse et de morale.

L'Ingénu, gravure de Monnet et Deny

‘Mon cher neveu, dit tendrement le prieur [à l’Ingénu], ce n’est pas ainsi qu’on baptise en Basse-Bretagne’. Gravure de Monnet et Deny, dans Romans et contes de M. de Voltaire, 3 vol. (Bouillon, 1778), t.2. Image BnF/Gallica.

Les composantes de la fiction, schéma initiatique du conte, motif du voyage, rencontres, dialogues, discours, intertexte et métafiction, participent d’une intention globale: figurer un processus de prise de conscience politique. C’est en cela que la fiction s’inscrit dans le projet des Lumières. Le roman d’apprentissage met en scène une initiation: l’évolution psychologique du héros, née de la confrontation avec de nouvelles réalités sociologiques, culturelles, politiques, génère une remise en question, un questionnement des valeurs et des modèles connus. Le motif du voyage, du déplacement, permet la découverte d’un monde inconnu, présentant de nouveaux modes de fonctionnement (l’Egypte, l’Eldorado ou la France). Le réalisme géographique, culturel, sociologique donne lieu à des tableaux descriptifs: par ces descriptions, le narrateur propose au lecteur un processus critique, mettant en lumière les absurdités, les failles, les excès de ce que les personnages observent. Les rencontres avec d’autres personnages sont des moments de confrontation avec l’autre. L’expérience de l’altérité permet une prise de conscience de la différence de pensée, de valeurs, de culture et la mise à distance, pour les personnages mais aussi pour le lecteur, de ses propres certitudes. Certes, les trois fictions au programme présentent des points communs, qui permettent de les aborder conjointement – le récit initiatique est mis au service d’une intention critique, le romanesque s’allie au questionnement moral et philosophique, la fantaisie et l’humour confèrent une dimension parodique à l’intrigue sentimentale et au récit d’aventure –, mais sur d’autres plans, ces trois contes diffèrent sensiblement, et manifestent l’évolution de la pensée de l’auteur.

On ne peut donc que se réjouir de voir les récits les plus célèbres de Voltaire au programme des agrégations de Lettres. Jouant sur le rire, introduisant un jeu dans la pensée, suspendant le jugement, ils permettent l’exercice de la réflexion. Traduits, édités, illustrés, lus, étudiés, commentés, imités, adaptés dans le monde entier, ces trois contes offrent aujourd’hui aux agrégatifs l’occasion d’entrer dans l’atelier du philosophe pour analyser ces chefs d’œuvres dont la verve et l’humour sont une fête pour l’intelligence. La poétique voltairienne, qui convoque et associe de multiples formes littéraires, est un hymne à la liberté, celle de l’écrivain et celle du lecteur. Puissent les agrégatifs faire leur cette liberté, et la transmettre un jour à leurs élèves !

– Linda Gil
(Université Paul-Valéry de Montpellier, Institut de recherche sur la Renaissance, l’âge Classique et les Lumières)

Beaumarchais à l’agrégation

Le Barbier de Seville

Le Barbier de Séville, II, 14 (le comte déguisé en soldat entre Rosine et Bartholo) / Par Jean Fabien Gautier, l’aîné, extrait de Beaumarchais, Œuvres complètes, 7 tomes, Paris, L. Collin, 1809 / Image César.

La publication du programme d’agrégation dans le Bulletin Officiel est toujours pour moi à la fois source de soulagement et d’inquiétude: soulagement parce qu’on a enfin confirmation du sujet alors que des bruits circulent depuis des mois; inquiétude parce qu’il va bien falloir s’y mettre et que, tous les étés, depuis le programme Chénier en 2005-2006, mes “vacances” sont prises par la préparation d’un cours pour des étudiants de haut vol, candidats à un concours prestigieux dont les origines remontent à l’Ancien Régime. Il faut, en quelques mois, lire et relire des textes qu’on ne connaît pas forcément bien – voire pas du tout: j’ai découvert le Cleveland de Prévost à l’occasion de l’agrégation en 2006 – et prendre connaissance des essentiels de la critique.

J’aurais aimé, en 2015-2016, plus d’audace de la part des prescripteurs – quand mettra-t-on par exemple Zaïre de Voltaire au programme? La trilogie a déjà été au concours. Le choix de Beaumarchais n’a surpris personne. Cela dit, l’avantage de ce programme est de faire travailler les agrégatifs sur des pièces magnifiques. Elles pourront servir aux lauréats du concours, quel que soit le niveau de leurs classes.

Le Mariage de Figaro

Le Mariage de Figaro, I, 9 (la scène du fauteuil) / Par Jacques Philippe Joseph de Saint Quentin et Claude Nicolas Malapeau, extrait de Beaumarchais, La Folle Journée ou Le Mariage de Figaro, Paris, Ruault, 1785 / Image César.

Pour préparer un cours d’agrégation, mon premier outil est toujours la bibliographie du Bulletin de la Société Française d’Étude du XVIIIe Siècle (SFEDS). Il est toujours agréable de découvrir des analyses pertinentes des ouvrages prescrits. L’un de mes plaisirs a été de lire, parmi les ouvrages de fond, celui de Jacques Scherer: La Dramaturgie de Beaumarchais n’a pas pris une ride depuis sa publication en 1954. Un autre de lire les écrits de spécialistes contemporains – dont bien sûr ceux de Jean-Pierre de Beaumarchais – je me souviens à ce propos d’une anecdote racontée par une collègue de classe prépa: elle invitait des conférenciers pour parler des œuvres sur lesquelles elle faisait cours. Le jour où elle a annoncé que M. de Beaumarchais (en personne) allait venir parler de la trilogie, les étudiants se sont demandés si sa langue avait fourché ou si elle se proposait de faire parler le fantôme du dramaturge!

Comme le montrent les travaux de ce collègue, qui a eu accès aux archives familiales, les trois pièces sont des textes qui procurent de véritables bonheurs de lecture et, comme toute grande œuvre, ils sont inépuisables: il y a toujours quelque chose de nouveau à découvrir, parfois dans des détails. L’accès à des bases de données en ligne comme JSTOR permet de faire à distance (au fin fond du Gers en ce qui me concerne) certaines lectures préparatoires comme celle du bel article de Christiane Mervaud sur le “ruban de nuit” de la comtesse paru dans la RHLF en 1984.

Outre la critique existante, le programme d’agrégation suscite la publication d’ouvrages ad hoc, parfois destinés spécifiquement aux candidats (comme l’ouvrage dirigé par J.– M. Gouvard, ou un cours prévu aux PURH, ou encore le volume Atlande revu), alors que d’autres ont une ambition plus large comme le recueil de Sophie Lefay pour Garnier. Le site Fabula est toujours un bon point de départ pour suivre l’actualité des publications et colloques.

La Mere coupable

La Mère coupable, V, 7 (la lettre) / Par Jean Fabien Gautier, l’aîné, extrait de Beaumarchais, Œuvres complètes, 7 tomes, Paris, L. Collin, 1809 / Image César.

La dimension théâtrale permet d’envisager des prolongements agréables. Le site César répertorie l’histoire des représentations et quelques illustrations. Souhaitons aux candidats de voir jouer les pièces. On en trouve des versions en ligne comme Le Barbier de Séville de Jean Pignol (qui ne respecte pas l’unité de lieu), tourné à Séville en 1980. On a accès, sur youtube, à plusieurs versions du Mariage de Figaro. La Mère coupable, la mal aimée des trois pièces, est moins facile à retrouver. Finalement, pour passer un bon moment, on peut se détendre en regardant Beaumarchais l’insolent, le film de Molinaro qui montre que la vie du dramaturge fut… un véritable roman!

– Catriona Seth (octobre 2015)

 

 

 

Liste des articles et ouvrages consacrés à Beaumarchais et à son œuvre (VF).