Poetry in the digital age: the Digital Miscellanies Index and eighteenth-century culture

For most of us, reading for pleasure usually means getting stuck into some fiction or non-fiction. Poetry is a less common diversion, but we still have an appetite for poems to dip into, to find solace in, to memorise and share. And we can choose from an array of collections that promote poetry as an everyday companion, a form of therapy, and a tradition of national interest. For readers looking for peace of mind, The Emergency Poet: An Anti-Stress Poetry Anthology offers comfort, while the popular twin collections of Poems That Make Grown Men (or Women) Cry present a cult of sensibility for the modern age.

It was in the eighteenth century that poetry collections like these became a staple of literary publishing in Britain. The tradition of printed collections of English poetry stretches back to the sixteenth century, with Songes and Sonettes (1557), an edition of short lyric poems compiled by the publisher Richard Tottel, generally regarded as the foundation of English Renaissance poetry and the most important early printed collection of English verse. But it was not until the eighteenth century that collections of poems by several hands, with prose as a secondary feature, became one of the most common forms in which British readers encountered poetry. Like their modern counterparts, eighteenth-century editors and publishers sought to gain a foothold in a crowded market by targeting specific audiences and promoting the benefits of reading poetry. Some produced didactic collections for young people (Poems for Young Ladies); others pitched their collections to lovers in need of poetic inspiration (The Lover’s Manual); and many more set their sights on a local audience (The Oxford Sausage).

Poems for Young Ladies

Poems for Young Ladies (1767), edited by the poet Oliver Goldsmith.

Collections like these shaped the ways in which poetry was written and read throughout the eighteenth century. Yet until recently relatively little was known about their contents. Thanks to the Digital Miscellanies Index (DMI), this is no longer the case. The DMI provides a searchable record of the contents of over 1,600 collections of poems by several hands published over the course of the eighteenth century. These books are sometimes referred to as anthologies, as most poetry collections are today. But the word anthology, derived from the Greek for ‘a gathering of flowers’, has connotations that sit uneasily with many eighteenth-century poetry collections. Few collections produced in this period claimed to present the best of English poetry, a rationale often seen as characteristic of anthologies (collections that cull the flowers of the poetic tradition). As a result, several scholars, myself included, prefer the term miscellany. Derived from the Latin miscellanea, meaning a ‘hotchpotch’ of foodstuffs, it captures the dominant characteristic of most eighteenth-century collections: variety. A typical miscellany offers a varied feast of poems to entertain readers with varied tastes and personalities.

The DMI was launched in 2013, following three years of development and data collection carried out by a team based at the University of Oxford. Led by Abigail Williams and Jennifer Batt, the project was funded by the Leverhulme Trust. In 2014, another Leverhulme grant set in motion the second phase of the project. One of the aims of this phase, to be completed in 2017, is to harness the data now accessible via the DMI to shed new light on how miscellanies evolved, how they packaged and popularised poetry, and on the habits of their readers. At the same time, we are working with the Bodleian’s Digital Libraries team to develop the DMI into a more flexible and wide-ranging resource, and last month we celebrated a milestone on this road. The thirty-strong audience at Lines of Connection, a conference I co-organised as part of the project, were among the first to see the DMI’s new search interface, which replaces the beta site created in 2013.

The Book of Fun

The Book of Fun (1759), a miscellany dominated by seventeenth-century verse.

The new search platform is much more than a digital facelift for the DMI. It provides access to a database undergoing expansion: the latest version includes new records for miscellanies published between 1680 and 1699, and future updates will extend the DMI ’s coverage further back to Tottel’s foundational Songes and Sonettes. The redeveloped interface also enables users to explore the data in new ways. Keyword and phrase searching is quicker and more extensive with the new basic search function. There is also the option to filter the records using a number of facets, which display and rank the data in ways that suggest key trends and lines of enquiry. For instance, clicking on ‘Poem’ under ‘Content Type’, then selecting the ‘Related People’ facet, reveals a list of almost one hundred of the most prominent authors in the database, ranked according to the number of poems attributed to them. At the top of the list is John Dryden, with around 1,500 poems; the highest ranked French author is Nicolas Boileau-Despréaux, with over 120 poems in English translation (the DMI does not record appearances of poems in foreign languages). Although these figures should not be seen as straightforward indications of popularity, they remind us that many of the most widely read poets of the eighteenth century were those who had been active in the late seventeenth century. In his imitation of Horace’s epistle to Augustus (written 1737), Alexander Pope observed that the verse of his seventeenth-century predecessors was scattered ‘Like twinkling stars the Miscellanies o’er’. The DMI has made it possible to see these stars, and the sky around them, more clearly.

– Carly Watson

Advertisements

Visite virtuelle de la Bibliothèque de Voltaire

L’histoire des négociations entourant la bibliothèque de Voltaire après la mort de l’auteur et qui ont culminé dans le transfert de tous les livres de Ferney à Saint-Pétersbourg a souvent été racontée.[1] Loin d’être la seule bibliothèque d’écrivain à avoir survécu à la mort de son propriétaire, elle est cependant peut-être la plus grande (avec presque sept mille volumes) et la plus célèbre. Sa particularité est celle, bien sûr, des nombreuses notes marginales et autres traces de lecture dont les volumes sont remplis. Nous savons que les livres de Diderot ont pris, eux aussi, le chemin de la Russie, mais aujourd’hui l’identité de cette collection a été dissoute au sein du fonds des imprimés de la Bibliothèque nationale de Russie et demande à être reconstituée. La bibliothèque de Montesquieu a connu un sort plus heureux et une partie des volumes du philosophe de La Brède constitue un ‘fonds Montesquieu’ à la Bibliothèque de Bordeaux. Plus éloignés, dans l’espace et dans le temps, des livres ayant appartenu à Alexander Pope et à William Warburton sont conservés à la Hurd Library à Hartlebury Castle en Angleterre, et la presque intégralité de la bibliothèque de Flaubert peut encore être visitée à la Mairie de Canteleu.

St_PetersburgTant qu’on ne s’est pas rendu sur place, le concept d’une bibliothèque d’auteur pourrait sembler abstrait, bien qu’il s’agisse avant tout d’une collection d’objets matériels. Tout change après une visite: la bibliothèque de Voltaire ne peut qu’impressionner le visiteur. Elle fait aujourd’hui partie de la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg qui, comme on le voit sur la bannière de son site web, est encore située dans le bâtiment du dix-huitième siècle commandité par Catherine II à l’angle de la rue Sadovaya et de la Perspective Nevsky, bien qu’il existe également de nos jours un nouveau site plus éloigné du centre-ville. L’entrée des lecteurs a été modernisée, avec vestiaire et tourniquet actionné par les cartes de lecteurs. Pour accéder à la bibliothèque de Voltaire, on prend à droite et on traverse un long couloir aux murs couverts de boiseries, qui donne une impression d’étroitesse grâce à sa hauteur et aux vitrines où sont exposées livres et documents présentant les riches collections de la Bibliothèque, y compris celle de Voltaire. On monte deux marches et on est dans un hall spacieux. En prenant la porte à droite et en descendant quelques marches le lecteur se retrouve devant la plaque commémorant l’inauguration officielle du ‘Centre d’Etude du Siècle des Lumières “Bibliothèque de Voltaire” ’ par les premiers ministres russe et français le 28 juin 2003.

Au-delà des portes sécurisées, on entre enfin dans les deux salles voûtées consacrées à la mémoire de Voltaire et à ses livres. Enjolivée par un parquet et des vitraux faits sur mesure qui incorporent les initiales ‘A.d.V.’ (Arouet de Voltaire), la première salle, disposée en forme de ‘T’ (l’entrée étant à la jonction de la verticale et de l’horizontale), contient les volumes du patriarche de Ferney. Mais c’est d’abord la statue qui frappe, face à la porte: le célèbre ‘Voltaire assis’ de Houdon, une copie de celle qui se trouve à deux kilomètres seulement de la Bibliothèque, à l’Ermitage. Les murs sont tapissés de livres, et les rayons sont protégés par des portes en verre dont seuls les conservateurs détiennent les clefs. Les cotes reflètent l’ordre des livres à l’époque où la bibliothèque était encore conservée à l’Ermitage, et ce classement est censé être celui de Ferney, respecté par Wagnière, le secrétaire de Voltaire qui accompagna et déballa les caisses de livres en Russie. Au milieu de chaque ‘aile’ de la salle se trouve une vitrine, avec des expositions temporaires. Actuellement l’une expose quelques volumes emblématiques de la collection, tel l’exemplaire du Contrat social de Rousseau annoté par Voltaire,[2] alors que l’autre montre le catalogue de la bibliothèque dressé par Wagnière, un plan dessiné au dix-huitième siècle du château de Ferney, et des échantillons de tissu apportés par Wagnière pour Catherine II, qui avait initialement projeté de construire une reproduction fidèle du château de Ferney pour y conserver les collections voltairiennes.

En passant dans la seconde salle on trouve  une copie de la maquette du château de Ferney (dont l’original se trouve, lui aussi, au musée de l’Ermitage), exécutée en 1777 par Morand, le menuisier de Voltaire. C’est dans la seconde salle, bien pourvue en outils de travail (Œuvres complètes de Voltaire, catalogue de sa bibliothèque, etc.) que les lecteurs peuvent s’installer pour consulter les livres du grand écrivain. Là on peut feuilleter ses manuscrits, déchiffrer les ratures, parcourir les notes qu’il a laissées en marge des volumes imprimés. Toutes les traces de lecture de Voltaire ont été recensées et sont en cours de publication dans le Corpus des notes marginales. Nous regrettons le récent décès de Nikolai Kopanev, qui a joué un rôle important dans la continuation de cette publication essentielle par la Voltaire Foundation. C’est en partie grâce à lui que les voltairistes de tous les pays du monde sont si chaleureusement accueillis dans la bibliothèque de Voltaire pour étudier – et pour contempler aussi l’ampleur de la marque laissée par Voltaire sur le patrimoine mondial.

-Gillian Pink

[1] Notamment par Sergueï Karp, Quand Catherine II achetait la bibliothèque de Voltaire (Ferney-Voltaire, 1999); Christophe Paillard, De la “bibliothèque patriarcale” à la “bibliothèque impériale” – Grimm, Wagnière, Mme Denis et l’acquisition de la bibliothèque de Voltaire par Catherine IIGazette des Délices 14 (été 2007); Gillian Pink, ‘Voltaire in St Petersburg: the Voltaire Library and the marginalia project’ au colloque ‘Was there a Russian Enlightenment?’, Ertegun House, Oxford (novembre 2012).

[2] La reproduction en fac-similé a été publiée sous le titre Du contrat social. Edition originale commentée par Voltaire (Paris, 1998). L’annotation de Voltaire, ainsi que les autres marques de lecture, a été reproduite et commentée par Kelsey Rubin-Detlev dans Voltaire, Corpus des notes marginales, t.8 (Œuvres complètes de Voltaire, t.143, p.165-83 et p.493-515 pour le commentaire).