La comédie de mœurs: perversion du classique ou genre classique?

Pourquoi la comédie de mœurs fleurit-elle de 1680 à 1720? A cette question, l’histoire littéraire répond habituellement en évoquant le déclin de la France dans les dernières décennies du règne de Louis XIV, années de crise spirituelle et économique, favorisant la multiplication des escrocs en tous genres et le délitement des valeurs, à leur tour reflétés dans la comédie.

Pourtant, tous les thèmes de la comédie de mœurs préexistent largement cette période charnière entre les deux siècles, et j’en ai trouvé plusieurs illustrations dans des pièces des années 1630 ou 1640, dont je parle dans mon ouvrage La Comédie de mœurs sous l’ancien régime: poétique et histoire. Au-delà, se dessine même une tradition multiséculaire, remontant à l’antiquité grecque et latine, habituée à faire rire, de façon plus légère ou plus grinçante, d’un ‘aujourd’hui’ méprisable par rapport à un ‘hier’ idéalisé. En restant plus proche de la période charnière mentionnée plus haut, il suffit d’ouvrir les Satires de Boileau pour y découvrir tous les personnages caractéristiques de ce type de pièces: le financier indûment enrichi, le médecin assassin, le laquais parvenu, le procureur fourbe, le noble désargenté et prêt à se mésallier, la coquette.

En changeant de genre, on lit dans L’Histoire amoureuse des Gaules plusieurs scènes dignes de la comédie de mœurs, que Bussy-Rabutin donne pour ‘vraies’, mais qui semblent surtout avoir beaucoup emprunté au théâtre, avant de l’inspirer en retour. Pour ne donner qu’un exemple, on peut mentionner l’épisode de la séduction par l’argent, que Lesage devait avoir en tête en écrivant son Turcaret: le financier Paget, significativement désigné par le sobriquet ‘Crispin’, se fait précéder chez Ardélise par une lettre accompagnée d’une généreuse ‘subvention’, et qui lui ouvre à coup sûr le cœur et surtout le chemin du lit de la belle dame. L’ensemble du roman relève d’une esthétique de la médisance, Bussy expérimentant ainsi, avant les auteurs de la comédie de mœurs, une écriture qui crée un univers littéraire à partir d’une vision a priori, comme un pur exercice de l’esprit. L’enjeu n’est pas de fournir une lecture juste de la réalité, mais de faire illusion, en canalisant le regard du lecteur ou du spectateur uniquement vers les éléments qui confirment la perspective noire posée, sans tenir compte de tout ce qui l’infirme ou la nuance.

Ainsi, il est peut-être plus légitime de voir dans la comédie de mœurs non pas le résultat d’un déclin des mœurs et des goûts, mais la continuatrice d’une pensée classique. Celle-ci reprend à son compte d’anciennes critiques sur la modernité corruptrice, la couple avec la vision chrétienne du monde comme vallée des larmes, et décide de porter jusqu’à ses limites cette lecture sombre de l’humanité, en lui donnant une tournure décidément comique. Mettant au service de la satire son arsenal de types et de procédés, elle élabore une version policée, recevable si l’on peut dire, d’un jeu que l’on avait reproché à Bussy-Rabutin et à Boileau de pratiquer comme une attaque ad hominem. La représentation d’un monde d’où les principes moraux et la vertu ont généralement et définitivement disparu, à tous les échelons de la société, dilue les responsabilités et étouffe le scandale. Avec son côté absurde de neverland, la comédie de mœurs tire la représentation vers la farce. Sur fond d’essoufflement de la machine à caractères de premier plan, elle est certainement apparue aux comédiens comme une alternative de nature à relancer le théâtre et à renouveler le plaisir du spectateur.

Ioana Galleron

Advertisements

Poetry in the digital age: the Digital Miscellanies Index and eighteenth-century culture

For most of us, reading for pleasure usually means getting stuck into some fiction or non-fiction. Poetry is a less common diversion, but we still have an appetite for poems to dip into, to find solace in, to memorise and share. And we can choose from an array of collections that promote poetry as an everyday companion, a form of therapy, and a tradition of national interest. For readers looking for peace of mind, The Emergency Poet: An Anti-Stress Poetry Anthology offers comfort, while the popular twin collections of Poems That Make Grown Men (or Women) Cry present a cult of sensibility for the modern age.

It was in the eighteenth century that poetry collections like these became a staple of literary publishing in Britain. The tradition of printed collections of English poetry stretches back to the sixteenth century, with Songes and Sonettes (1557), an edition of short lyric poems compiled by the publisher Richard Tottel, generally regarded as the foundation of English Renaissance poetry and the most important early printed collection of English verse. But it was not until the eighteenth century that collections of poems by several hands, with prose as a secondary feature, became one of the most common forms in which British readers encountered poetry. Like their modern counterparts, eighteenth-century editors and publishers sought to gain a foothold in a crowded market by targeting specific audiences and promoting the benefits of reading poetry. Some produced didactic collections for young people (Poems for Young Ladies); others pitched their collections to lovers in need of poetic inspiration (The Lover’s Manual); and many more set their sights on a local audience (The Oxford Sausage).

Poems for Young Ladies

Poems for Young Ladies (1767), edited by the poet Oliver Goldsmith.

Collections like these shaped the ways in which poetry was written and read throughout the eighteenth century. Yet until recently relatively little was known about their contents. Thanks to the Digital Miscellanies Index (DMI), this is no longer the case. The DMI provides a searchable record of the contents of over 1,600 collections of poems by several hands published over the course of the eighteenth century. These books are sometimes referred to as anthologies, as most poetry collections are today. But the word anthology, derived from the Greek for ‘a gathering of flowers’, has connotations that sit uneasily with many eighteenth-century poetry collections. Few collections produced in this period claimed to present the best of English poetry, a rationale often seen as characteristic of anthologies (collections that cull the flowers of the poetic tradition). As a result, several scholars, myself included, prefer the term miscellany. Derived from the Latin miscellanea, meaning a ‘hotchpotch’ of foodstuffs, it captures the dominant characteristic of most eighteenth-century collections: variety. A typical miscellany offers a varied feast of poems to entertain readers with varied tastes and personalities.

The DMI was launched in 2013, following three years of development and data collection carried out by a team based at the University of Oxford. Led by Abigail Williams and Jennifer Batt, the project was funded by the Leverhulme Trust. In 2014, another Leverhulme grant set in motion the second phase of the project. One of the aims of this phase, to be completed in 2017, is to harness the data now accessible via the DMI to shed new light on how miscellanies evolved, how they packaged and popularised poetry, and on the habits of their readers. At the same time, we are working with the Bodleian’s Digital Libraries team to develop the DMI into a more flexible and wide-ranging resource, and last month we celebrated a milestone on this road. The thirty-strong audience at Lines of Connection, a conference I co-organised as part of the project, were among the first to see the DMI’s new search interface, which replaces the beta site created in 2013.

The Book of Fun

The Book of Fun (1759), a miscellany dominated by seventeenth-century verse.

The new search platform is much more than a digital facelift for the DMI. It provides access to a database undergoing expansion: the latest version includes new records for miscellanies published between 1680 and 1699, and future updates will extend the DMI ’s coverage further back to Tottel’s foundational Songes and Sonettes. The redeveloped interface also enables users to explore the data in new ways. Keyword and phrase searching is quicker and more extensive with the new basic search function. There is also the option to filter the records using a number of facets, which display and rank the data in ways that suggest key trends and lines of enquiry. For instance, clicking on ‘Poem’ under ‘Content Type’, then selecting the ‘Related People’ facet, reveals a list of almost one hundred of the most prominent authors in the database, ranked according to the number of poems attributed to them. At the top of the list is John Dryden, with around 1,500 poems; the highest ranked French author is Nicolas Boileau-Despréaux, with over 120 poems in English translation (the DMI does not record appearances of poems in foreign languages). Although these figures should not be seen as straightforward indications of popularity, they remind us that many of the most widely read poets of the eighteenth century were those who had been active in the late seventeenth century. In his imitation of Horace’s epistle to Augustus (written 1737), Alexander Pope observed that the verse of his seventeenth-century predecessors was scattered ‘Like twinkling stars the Miscellanies o’er’. The DMI has made it possible to see these stars, and the sky around them, more clearly.

– Carly Watson

Progrès et passé: vers une fabrique de la modernité scientifique

OSE-2015-03-50pc

Il m’a toujours semblé que l’idée de progrès était l’une des plus importantes de la modernité, parce qu’elle lui avait permis de se définir. Corollaire de la conception d’un homme perfectible, elle a contribué, par le passage de l’individuel au collectif, à l’avènement des philosophies de l’histoire. Pourtant, l’idée de progrès a hésité longtemps entre une ‘valeur euphorique’ et une ‘valeur critique’– on n’a qu’à lire les Discours de Rousseau pour le constater.

Le progrès est présenté le plus souvent comme une succession sans retour d’acquis, une chaîne de dépassements de stades antérieurs et de métamorphoses qualitatives ouvrant l’histoire vers l’avenir. Une conséquence inattendue de ce discours est que le progrès produit lui-même le passé avec lequel il entend prendre ses distances. Dans sa dynamique de rupture avec le préjugé, avec le tâtonnement, avec l’erreur, le progrès apparaît comme une sorte de curseur, amoncelant derrière lui des réserves toujours plus abondantes d’inactuel, de tout ce qui n’est plus le savoir admis.

L’un des enjeux de notre ouvrage La Fabrique de la modernité scientifique: discours et récits du progrès sous l’Ancien Régime est sans doute d’explorer, dans le cadre spécifique d’une histoire du discours sur les sciences et la médecine, la transition capitale entre l’ambivalence classique face au progrès et son axiologie claire au XIXe siècle. Ainsi, Bordeu, d’abord ‘réformateur’ de la médecine, sera-t-il peu à peu déclassé, ramené à mesure que la ‘fine pointe’ du progrès se déplace, au rang de simple précurseur, puis à celui d’écrivain, expulsé des lieux du savoir. Cette destinée impitoyable et dont on pourrait croire qu’elle est en dernière instance celle de toutes les icônes du progrès, tarde longtemps parfois, et parfois se précipite, frappant même l’homme de son vivant, comme Buffon.

Paul Klee, Angelus Novus (The Israel Museum, Jerusalem)

Paul Klee, Angelus Novus, 1920 (The Israel Museum, Jerusalem)

Je ne puis m’empêcher à ce propos de penser au commentaire de Walter Benjamin sur le tableau de Klee intitulé Angelus novus: “Il représente un ange qui semble sur le point de s’éloigner de quelque chose qu’il fixe du regard. Ses yeux sont écarquillés, sa bouche ouverte, ses ailes déployées. C’est à cela que doit ressembler l’Ange de l’Histoire. Son visage est tourné vers le passé. Là où nous apparaît une chaîne d’événements, il ne voit, lui, qu’une seule et unique catastrophe, qui sans cesse amoncelle ruines sur ruines et les précipite à ses pieds. Il voudrait bien s’attarder, réveiller les morts et rassembler ce qui a été démembré. Mais du paradis souffle une tempête qui s’est prise dans ses ailes, si violemment que l’ange ne peut plus les refermer. Cette tempête le pousse irrésistiblement vers l’avenir auquel il tourne le dos, tandis que le monceau de ruines devant lui s’élève jusqu’au ciel. Cette tempête est ce que nous appelons le progrès” [1].

– Frédéric Charbonneau, Université McGill

[1] Walter Benjamin, Sur le concept d’histoire, IX, (1940; Gallimard, Folio/Essai, 2000), p.434.